Publié par Gaia - Dreuz le 17 janvier 2020

Source : Lefigaro

Les chiffres officiels des crimes et délits témoignent d’une inquiétante dégradation, notamment sur le plan des violences.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Le bilan 2019 de la délinquance en France est mauvais, très mauvais. Le ministère de l’Intérieur a donc publié en toute discrétion ses chiffres, via son service statistique, le SSMI. Il est loin le temps où les ministres défendaient leur action en toute transparence, au cours d’une grande conférence de presse. Il faut dire que le sujet est devenu sensible, surtout à quelques semaines des élections municipales: quasiment tous les indicateurs sont au rouge, avec une nette dégradation de la situation sur le plan des violences.

La place Beauvau est bien forcée de le reconnaître: «Comme en 2018, les coups et blessures volontaires sur personnes de 15 ans ou plus enregistrent une forte hausse en 2019 (+8 %).» De même, concernant les violences sexuelles, «après une année 2018 marquée au niveau national par une hausse sensible (+19 %), l’année 2019 affiche également une augmentation très nette de ces violences (+12 %).»

Sur le plan géographique, «toutes les régions francaises ont connu des augmentations du nombre de viols, agressions et harcèlements sexuels enregistrés par les forces de sécurité en 2019, notamment la Corse, le Centre-Val-de-Loire, l’Auvergne-Rhone-Alpes et la Nouvelle-Aquitaine», précisent les analystes du service ministériel de la statistique. Tentant de rassurer, ils insistent sur le fait que, «hors violences intrafamiliales, l’augmentation des coups et blessures volontaires est limitée a + 4 % (contre + 6 % en 2018).»

Un retour 40 ans en arrière

Ces résultats ne trompent pas le professeur de criminologie, Alain Bauer, qui créa, sous Sarkozy, l’Observatoire national de la délinquance (OND devenu ONDRP), avant que l’existence même de cet organisme indépendant soit remise en cause en octobre dernier. «C’est le pire bilan qu’on ait vu depuis des années», estime ce criminologue.

Pour le Pr Bauer, «ces chiffres sont particulièrement révélateurs. Les violences qui grimpent ne sont pas seulement celles liées au maintien de l’ordre. Tous les types de violence sont concernés, faisant effectivement craindre un retour à presque quarante années en arrière, en tout cas sur le terrain des homicides et des tentatives d’homicides.»

«Le nombre d’homicides augmente nettement en 2019 (970 victimes) alors qu’il était stable les deux dernieres années», concède le SSMI. C’est une hausse de +8,5 % en un an. Et encore ne faudra-t-il pas oublier d’intégrer dans le raisonnement l’explosion des tentatives d’homicides. Celles-ci éclairent l’autre face de cette réalité criminelle. Car un meurtre raté ne saurait occulter l’intention de tuer.

Reconquête républicaine

Le reste du bilan est plutôt mitigé. Le SSMI estime, par exemple, que «la hausse est plus modérée pour les vols sans violence contre des personnes (+3 %) et tres légère pour les vols dans les véhicules (+1 %)». Mais il note que «les escroqueries sont en forte progression en 2019 (+11%), alors que la tendance a la hausse était moins marquée en 2018 et 2017». Par ailleurs, les vols avec armes et les cambriolages de logements sont stables en 2019. Pas à Paris, en tout cas, où les vols avec effractions ont littéralement explosé ces deux dernières années.

Curieusement, malgré les dérives des «gilets jaunes» et une longue année de casse qui s’est ponctuée par des centaines de voitures brûlées le soir de la Saint Sylvestre, les destructions et dégradations volontaires ont baissé (-1 %). Il est vrai que les feux de l’an neuf entreront dans le comptage de 2020. Pas de quoi pavoiser donc.

À la lecture de ces chiffres, on comprend mieux l’empressement des autorités à communiquer sur «les quartiers de reconquête républicaine». Ils n’ont pas encore inversé la tendance visiblement et le combat contre la délinquance du quotidien sera rude. Surtout quand on sait à quel point la machine policière est fatiguée et fragile. La réponse pénale aussi laisse à désirer et contribue à assurer une forme d’impunité chez les délinquants récidivistes. Tous les syndicats de police le disent. Christophe Castaner et Laurent Nuñez n’ont décidément pas la tâche facile.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz