Quantcast
Publié par Gaia - Dreuz le 19 janvier 2020

Source : Leparisien

Deux hommes âgés de 30 ans ont été arrêtés ce vendredi soir à la porte d’Italie à Paris (XIIIe) alors qu’ils exigeaient une rançon pour la libération du fils d’un commerçant.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

C’est une opération menée de main de maître par la police judiciaire parisienne. Deux hommes, âgés de 30 ans, ont été arrêtés, ce vendredi soir à la porte d’Italie à Paris (XIIIe), alors qu’ils exigeaient une rançon pour la libération du fils d’un commerçant.

Tout commence jeudi soir sur le boulevard Magenta (Xe) lorsque ce jeune homme, âgé de 20 ans, est surpris par des gros bras qui le forcent à monter dans une voiture. Les ravisseurs contactent son père qui possède des commerces dans ce secteur de Paris et exigent qu’il leur remette plusieurs dizaines de milliers d’euros contre la libération de son fils. Les enquêteurs du deuxième district de la police judiciaire épaulés par leur collègue de la brigade de recherche et d’intervention mettent en place un dispositif pour surprendre les malfaiteurs en flagrant délit lors de l’échange entre l’otage et l’argent. « En France, on ne paye jamais les demandes de rançon, explique une source proche de l’affaire. L’idée était donc d’interpeller les ravisseurs ».

Le donneur d’ordre reste à identifier

Vers 18 heures deux ravisseurs sont arrivés place d’Italie avec la victime et les forces de l’ordre leur ont mis la main au collet avant qu’ils n’aient eu le temps d’esquisser le moindre geste. Le jeune homme a été libéré. Il est sain et sauf et n’a apparemment pas été maltraité.

Les deux suspects, qui ont plutôt le profil d’hommes de main, ont été placés en garde à vue dans les locaux du deuxième district. Leurs auditions peuvent aller jusqu’à 48 heures. Les enquêteurs vont tenter de comprendre dans quel contexte ils ont agi. Il s’agit peut-être « d’une histoire de dette autour d’un contexte d’affaires commerciales mais cela n’a rien à voir avec le trafic », souligne une autre source. Le donneur d’ordre reste encore à identifier.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz