Quantcast
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 23 janvier 2020

Adam Schiff, qui a présidé à la farce de l’impeachment sans crime à la Chambre des représentants, vient de faire une déclaration qui a choqué jusque dans les rangs Démocrates.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Ce n’est un secret pour personne que la gauche veut le pouvoir par tous les moyens afin de contrôler la vie des gens, et qu’elle n’a que du mépris pour la démocratie, sans quoi, à quelques mois des élections présidentielles, elle ne chercherait pas à démettre le président, et laisserait les électeurs décider, et sanctionner Trump s’ils le jugent coupable.

Emporté par sa perfidie, il a déclaré au Sénat lors des auditions :

Les fautes du président ne peuvent être sanctionnées par les urnes. Car nous ne pouvons pas être sûrs que le vote sera gagné de manière équitable.

Si vous analysez ses propos, cela signifie que les électeurs ne doivent plus faire confiance au vote, sauf bien entendu lorsqu’un candidat Démocrate sérieux est en liste, ce qui manque aujourd’hui, et mes amis Démocrates qui détestent le plus Trump, le détestent plus que l’Amérique, et sont près à voter pour un candidat qu’ils savent incompétent et capable du pire, simplement pour voir Trump être humilié, et ses électeurs avec.

A écouter Schiff, cela signifie également que les électeurs doivent maintenant se tourner vers le Congrès pour décider quand un président doit être élu ou pas, mais que les électeurs, eux, ne peuvent pas le décider. Quelle farce.

Schiff, menteur patenté

  • Schiff diffuse des théories complotistes à tous les coins de rue. Il accuse encore Trump d’être un agent russe, alors que deux ans d’enquête par Robert Mueller et son équipe de 15 Rottweilers assoiffés du sang de Trump ont conclu le contraire, et que Hurricane Crossfire, le nom de code de l’enquête du FBI pour découvrir si des liens existaient entre les associés et les équipes de Trump avec des officiels Russes dans le but de voler les élections de 2016 n’a rien découvert.
  • En septembre, lors d’une audition de la commission des renseignements de la Chambre des représentants, Schiff a fabriqué de toutes pièces une version de l’appel téléphonique du 25 juillet entre le président Trump et le président Zelensky.
  • Puis, on a appris que l’équipe de Schiff avait eu des contacts en coulisses avec le « lanceur d’alerte » au centre de l’enquête d’empêchement, avant même que cette plainte ne soit déposée, alors qu’il avait déclaré ne jamais avoir parlé avec lui.

Hier, lors des auditions au Sénat, Schiff a encore menti, plusieurs fois.

  • Schiff a déclaré que le président Trump a refusé d’inviter le président Zelensky à la Maison-Blanche. C’est un mensonge, le président Trump a invité le président Zelensky à la Maison Blanche à trois reprises : le 21 avril, le 29 mai et le 25 juillet. Ils se sont rencontrés à l’Assemblée générale des Nations unies.
  • Schiff a une fois de plus évoqué que Trump a « fait du chantage » à Zelensky. Mensonge : cela ne figure pas dans les articles de mise en accusation des Démocrates. Pourquoi ? Parce que cela n’existe pas.

Cerise sur le gâteau

Et pour couronner le tout, Adam Schiff a envoyé une lettre au président du comité judiciaire de la Chambre des représentant, Jerry Nadler, qui a validé les articles d’impeachment, en accusant Lev Parnas, un ancien associé de l’avocat personnel de Trump, Rudy Giuliani, « d’avoir continué à essayer d’organiser une rencontre avec le président Zelensky », citant un échange de SMS spécifique où Parnas dit à Giuliani : « j’essaye de nous obtenir M. Z. »

En réalité, Schiff a manipulé les preuves, car M. Z. n’était pas le président ukrainien, mais Mykola Zlochevsky, le fondateur de Burisma de qui Hunter Biden a reçu un salaire de 80 000 dollars par mois pendant des années, sans rien faire, tandis que son père était vice-président. (1)

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

  1. https://www.politico.com/news/2020/01/21/schiff-parnas-trump-evidence-101832
Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz