Quantcast
Publié par Magali Marc le 24 janvier 2020

John Kass donne les véritables raisons de la procédure d’Impeachment des Démocrates pour se débarrasser de Donald Trump. Il ne s’agit pas seulement de défaire l’élection de 2016 ou de gagner l’élection en novembre 2020. Il s’agit de protéger le «Deep State», c’est à dire les fonctionnaires placés par Obama pour mener à bien l’agenda globaliste des Démocrates.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de John Kass*, paru sur le site de Townhall, le 23 janvier.

********************

Le théâtre de l’Impeachment : une farce pour protéger l’État administratif fédéral

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

La farce partisane qu’est le théâtre de la destitution du Président Donald Trump n’est rien d’autre qu’un spectacle de marionnettes politiques, une diversion qui couvre une bataille véritablement titanesque, occultée par la danse des marionnettes.

Le public sait comment va se terminer le spectacle de destitution des Démocrates, avec un probable acquittement par la majorité républicaine au Sénat.

Certains comprennent que la mise en accusation de Trump a été conçue par les Démocrates pour poursuivre leur délégitimation du président. Aidés en cela par leurs valets gauchistes des médias de Washington, ils cherchent à affaiblir l’emprise républicaine sur le Sénat.

En réalité les Démocrates veulent désespérément protéger leur véritable source de pouvoir. Elle se situe juste en dehors de la scène, dans les coulisses du théâtre – l’arme magique dont ils ont besoin pour continuer à refaire l’Amérique à leur propre image : c’est l’État administratif fédéral.

Cet État administratif est dirigé par les bureaucrates qui rédigent les lois et protègent l’État contre le peuple, et par les juges fédéraux gauchistes qui leur accordent ce pouvoir.

C’est un État qui s’est imposé au sommet de la république depuis l’époque du président Woodrow Wilson et le début du progressisme, si ce n’est avant.

À l’origine cela semblait être une réponse raisonnable aux excès des capitaines d’industrie qui achetaient des hommes politiques et dirigeaient les empires féodaux américains.

Maintenant, cet État administratif s’est tellement développé qu’il touche à tous les aspects de la vie des Américains.

Il donne aux gauchistes un pouvoir qu’ils ne pourraient pas obtenir autrement sur la classe moyenne qu’ils ont abandonnée, alors que les Démocrates s’alignent sur les nouveaux millionnaires, ces géants de la haute technologie qui contribuent à former la nouvelle coalition démocrate.

J’ai déjà abordé ce sujet auparavant, et mon ami Charles Lipson, professeur émérite de sciences politiques à l’Université de Chicago, entre autres, en a fait l’objet de récents écrits dans Real Clear Politics.

C’est contre cet État administratif que M. Trump mène la guerre, en nommant des dizaines de juges fédéraux et deux juges de la Cour suprême.

En ce qui concerne les Démocrates, son attaque contre l’État administratif est son grand péché.

Et pour cela, les Démocrates doivent l’arrêter.

Lors de l’ouverture du spectacle de marionnettes mardi, il y a eu du drame, comme en témoigne la mise en accusation par le directeur de la Chambre des Représentants, Adam Schiff, le Démocrate de Californie et président de la commission des renseignements de la Chambre.

M. Schiff a parlé d’équité.

Si M. Schiff était le demi-dieu de la vérité et de la beauté qu’il prétend être (ou que CNN et MSNBC et d’autres dépeignent comme tel), alors ses lèvres se seraient certainement enflammées.

Adam Schiff et l’équité ? Il a dû mentionner «l’équité» une demi-douzaine de fois, mais je n’ai pas pu noter ses citations, tant j’étais occupé à me piquer les tympans avec des fourchettes pour arrêter la douleur.

C’est Schiff qui a donné le coup d’envoi de cet épisode de mise en accusation à propos de l’appel téléphonique du président à l’Ukraine en juillet 2019.

Cela faisait suite à l’échec subi par les Démocrates quand ils ont cherché à se débarrasser de Trump en utilisant une théorie de la collusion avec la Russie, qui a coûté des dizaines de millions de dollars pour une enquête qui s’est effondrée dès la publication du rapport Mueller, car aucune collusion de Trump avec le gang de Vladimir Poutine n’avait été trouvée.

Si Mueller avait découvert une collusion entre Trump et la Russie, Trump aurait été démis de ses fonctions.

Le peuple américain l’aurait exigé. Mais Mueller n’a rien trouvé de tel, et les Démocrates se sont alors accrochés au nouvel objet brillant, l’appel téléphonique de Trump au président de l’Ukraine.

(…) Trump avait tort (sic) de demander à un pays étranger d’enquêter sur des politiciens rivaux, même si ce politicien était Joe Biden, le vice-président de Barack Obama et l’homme de main de l’Ukraine. Le fils de Joe Biden, Hunter, s’était enrichi auprès d’un gouvernement corrompu et était protégé par les menaces de son père de retenir un milliard de dollars d’aide étrangère américaine.

L’appel de Trump méritait peut-être un blâme (sic). Mais devait-il causer une mise en accusation et une destitution du Président — moins d’un an avant une élection — sans un soutien massif du peuple américain pour sa destitution ? Non.

Schiff, qui a parlé d’équité, a joué un rôle central dans l’orchestration injuste du scandale ukrainien en vue de la destitution. Lui ou son personnel ont été de connivence avec le soi-disant dénonciateur, celui que nous ne pouvons pas nommer, celui qui a été placé à la Maison Blanche de Trump par l’ancien patron de la CIA, l’anti-Trump, John Brennan. La plainte du « dénonciateur » a été divulguée par l’équipe de Schiff aux médias, et Schiff a protégé le « dénonciateur » contre tout témoignage à la Maison Blanche.

(…)
L’équité n’a rien à voir avec tout cela. C’est une question de pouvoir. Et il s’agit de l’État administratif, qui est le véritable pouvoir.

Trump n’est pas un homme moral ou philosophique.(…)
Il y a des années, l’Amérique avait un homme vertueux et moral comme président en la personne de Jimmy Carter. Sa présidence a été un échec lamentable. Et les Démocrates le détestaient pour sa faiblesse.

Trump est un homme d’affaires qui excelle dans les transactions. (…)

Il s’appuie sur les bons conseils de la Federalist Society pour procéder à ces nominations judiciaires conservatrices afin de démanteler l’État administratif.

C’est pour cela que les Démocrates veulent l’arrêter.
C’est la raison pour laquelle les Américains doivent endurer un spectacle de marionnettes, avec des politiciens qui parlent d’équité et des juges gauchistes de l’État administratif dans les coulisses, qui observent.

*John Kass est chroniqueur pour le Chicago Tribune.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Source :

https://townhall.com/columnists/johnkass/2020/01/23/trump-impeachment-theater-a-farce-to-protect-the-federal-administrative-state-n2559938

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz