Quantcast
Publié par Gaia - Dreuz le 24 janvier 2020

Source : Resistancerepublicaine

On remarquera d’abord que Macron parle anglais comme une vache espagnole pour maltraiter les soldats israéliens.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Mais l’important est ailleurs : au cours de sa visite à Jérusalem, Macron a carrément fichu dehors les soldats israéliens qui voulaient continuer -quoi de plus normal ? – à assurer sa « sécurité ». 

Ce mot n’est pas un vain mot en Israël. Or, il entrait dans l’église Sainte-Anne territoire resté français à Jérusalem… Ou comment faire sentir aux Israéliens qu’ils n’étaient pas chez eux partout dans Jérusalem, ce qu’une journaliste de RTL a traduit par  » les soldats israéliens force d’occupation » (tiens donc !). Jérusalem est serait donc toujours considérée comme appartenant aux terroristes du Hamas et de Gaza ? 

Dans son très mauvais anglais très frenchy pour le coup (il l’a fait exprès ? Il me  semble qu’on l’a déjà entendu mieux s’exprimer que ça en anglais… ) il a donc dit aux soldats faisant leur travail  : « Je suis le Président de la République, c’est moi qui décide »…

«Du calme. Du calme. Tout le monde connaît les règles. Je n’aime pas ce que vous avez fait face à moi. Sortez ! Dehors. Je suis désolé, personne n’a besoin de provoquer quiconque. Nous avons fait une promenade merveilleuse dans la ville. Vous avez fait du bon boulot dans la ville, j’apprécie cela. Maintenant, respectez les règles qui existent depuis des siècles. Elles ne vont pas changer avec moi, je peux vous l’assurer. Ok ? Donc tout le monde respecte les règles»

Traduction Le Figaro

Si après ça, les Juifs n’ont pas compris à quel point Macron est du côté des « Palestiniens »... Après les critiques de Trump qui a ramené son ambassade à Jérusalem et toute sa politique pro-palestinienne, au point de se trouver un allié en l’islamiste Erdogan... Après le grand jeu et le tapis rouge offert à Mahmoud Abbas… héritier du nazisme ! 

Jamais Macron n’aurait osé s’adresser ainsi, avec cette brutalité, cette arrogance… à des soldats musulmans dans un des pays musulmans où il aime tant aller. Jamais. Même en enclave française. 

Macron est en campagne électorale… à Jérusalem. Le roi du « En même temps » a fait des mamours d’abord et surtout aux « Palestiniens », ensuite aux Juifs, et enfin, un peu, aux chrétiens israéliens.

Faut-il sourire ou pleurer quand on lit ça dans le Figaro ?

Une fois la pression et la tension redescendues, le président de la République a tenu à se rendre sur l’esplanade des Mosquées. Fait inédit : il y a pénétré par une des portes réservées aux musulmans. Il a ensuite regagné le Mur des lamentations, via la longue passerelle en bois qui est devenu le théâtre d’affrontements réguliers entre communautés juive et musulmane. « Je pense qu’il est important de montrer, à une époque où notre monde se déchire, et où le fait religieux déchire souvent, qu’ils sont ici réconciliés. Et qu’ils le sont depuis des siècles », a pourtant déclaré Emmanuel Macron, pour expliquer les raisons qui l’avaient poussé à visiter les trois lieux saints de Jérusalem. Il y est revenu quelques minutes plus tard, estimant que sa démarche relevait du « rôle qu’a la France » et que « reconnaître la part de chaque religion » correspondait à « la juste définition de la laïcité ».

Même le journaliste reconnaît que la passerelle qui sépare l’Esplanade ses mosquées est  un théâtre pratiquement quotidien d’affrontements, mais Macron toute honte bue, disserte et affirme ce qui lui convient. 

« Je pense qu’il est important de montrer, à une époque où notre monde se déchire, et où le fait religieux déchire souvent, qu’ils sont ici réconciliés. Et qu’ils le sont depuis des siècles »

Juifs et illégaux musulmans réconciliés depuis des siècles ? Il prend ses désirs pour la réalité ? Non, il se paye la tête des Juifs israéliens, qui risquent chaque jour leur vie. Salaud de Macron, en France et là l’étranger. 

Et ensuite il nous la joue « antisémitisme et antisionisme  » sont des synonymes. Ce qui est faux en soi mais juste pour les amis musulmans de Macron qui imitent le beau modèle Mahomet. 

Macron en campagne, partout. Pour attirer à lui le vote des musulmans de France, il est prêt à faire affront à ses hôtes israéliens. Une honte. 

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz