Quantcast
Publié par Christian Larnet le 25 janvier 2020

Quelle honte ! Voilà un gouvernement arrogant, incapable d’assurer la sécurité de ses citoyens, sa fonction première.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Une jeune lycéenne française de 16 ans a été invitée par la police à se cacher, parce que les autorités ne sont pas capables d’assurer sa sécurité, après qu’elle ait reçu plusieurs menaces de mort pour avoir insulté l’Islam sur les médias sociaux.

Le délégué du CFCM Abdallah Zekri a même déclaré au sujet de la jeune lycéenne menacée de mort : « Elle l’a cherché, qu’elle assume ». Aucun procureur ne déclenchera d’enquête pour ses propos d’incitation à la haine – et il faut avoir confiance en la justice.

Mila, cette jeune lyonnaise dont nous avons déjà parlé, avait partagé une série de courtes vidéos Instagram après avoir reçu des insultes homophobes et racistes en ligne de la part de fanatiques musulmans.

L’adolescente, qui publie régulièrement des vidéos d’elle chantant sur son profil Instagram, a dit à ceux qui l’abusaient qu’elle détestait l’islam, et qu’elle détestait toutes les religions, qu’il n’y avait rien d’autre que de la haine dans le Coran, et que l’islam était « de la merde ».

En réaction, elle reçut un torrent d’insultes, ainsi que de graves menaces de mort, qui l’ont amenée à demander une protection policière.

En outre, la lycéenne, qui dit être lesbienne, ne peut plus mettre les pieds dans son lycée, après qu’une meute haineuse a publié le nom et l’adresse de l’établissement, et elle craint que cet incident ne mette fin à ses rêves de carrière de chanteuse.

Je ne peux plus mettre les pieds dans mon lycée, et je ne peux même pas changer de lycée parce que c’est toute la France qui veut ma mort », a-t-elle déclaré au magazine féministe Bellica.

« Je n’ai insulté personne, ni menacé personne, ni appelé à la violence contre quiconque. Ce que j’ai fait, c’est du blasphème, de la critique générale des religions, et rien d’autre ».

Sur Twitter, les gens sont divisés entre ceux qui défendent son droit à la liberté d’expression, et ceux qui attaquent l’écolière française, certaines allant jusqu’à proférer des menaces de mort, parce que l’islam ne doit pas être sali.

Les médias locaux rapportent que l’autorité scolaire a déclaré que « la jeune fille s’est mise en sécurité », et qu’elle a reçu « un soutien physique et psychologique ».

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz