Quantcast
Publié par Gally le 27 janvier 2020

Emmanuel Dupuy, petit Dupuy, est secrétaire national du parti politique Les Centristes. Concernant Israël, Dupuy n’est pas centriste du tout.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Petit Dupuy est un puits sans fond pour les thèses antisionistes de réécriture de l’histoire récente. Pour un centriste, il est extrêmement antisioniste – ce qui, selon la nouvelle définition votée par l’Assemblée nationale, s’assimile à de l’antisémitisme, lequel est en France pénalement répréhensible.

Sur son compte, le tout petit Dupuy publie un gif animé venant d’un site révisionniste (1) et composé de plusieurs cartes, que nous allons examiner en détail.

Une fausse carte de 1917

1

er mensonge : la carte de 1917

Je dis mensonge. Dupuy n’ignore bien-entendu pas qu’à cette époque, la Palestine était un ex-territoire ottoman. Ce n’est donc pas la Palestine, mais un territoire britannique, qui sera rendu en 1920 aux Juifs par la Société des Nations – qui deviendra l’ONU – en confiant mandat à la Grande Bretagne, de « reconstituer le foyer national juif sur sa terre ancestrale.« 

La Palestine de l’époque, en réalité, c’est ça :

Petit Dupuy ment pour tromper les gens. Pour faire croire que les juifs ont volé la terre des Arabes. Il veut inciter à détester Israël. Et à moins d’avoir du pus dans les yeux, Dupuy a les juifs dans le nez puisqu’Israël, c’est l’Etat juif.

2

La Palestine arabe n’existe pas

  • Dupuy joue la confusion, en faisant passer la Palestine juive pour la Palestine des Arabes Palestiniens. Sauf qu’en 1925, il n’y a pas d’Arabes palestiniens, mais des Juifs palestiniens. Contrairement au point précédent, je ne pense pas qu’ici Dupuy dupe, il est juste trop fainéant pour se documenter et trop superficiel pour vérifier les faits.

La légende sous la carte originale reprise par Dupuy dit que « Le jaune indique les terres dans lesquelles les Palestiniens vivaient avant 1917 ». Oui. Les Juifs palestiniens.

Voilà petit Dupuy, la définition du Larousse 1925 :

La Palestine : ‘C’est aujourd’hui un Etat juif sous le mandat de l’Angleterre ; 770.000 habitants, capitale, Jérusalem. »

Voilà petit Dupuy, le drapeau palestinien dans le Larousse de 1939 :

Drapeau de la Palestine dans le Larousse de 1939

3

Il n’y a pas de « colonie israélienne » en 1917 !

  • En 1917, il n’y a pas de colonie israélienne, mais des terres appartenant à différentes personnes, physiques et morales. Il n’y a pas de colonies israéliennes parce qu’il n’y pas du tout « Israël ».
  • En 1917, le Royaume d’Israël, qui a été fondé en 1047 av. J.-C., dissous en 930 av. J.-C., et avait pour capitale Jérusalem, n’était pas encore reformé.
  • Puisqu’Israël n’existait pas encore, et qu’il n’y avait pas de « colonies israéliennes », les points verts signalés comme « colonies israéliennes » sont peut-être des terres qui appartenaient à des juifs. A l’inverse, les terres en jaunes n’étaient pas possédées par des Arabes, parce qu’à cette époque, seule une minuscule partie de la Palestine appartenait à des personnes privées.

Il existait 4 sortes de titres de propriété privée :

  • Mulk : propriété privée au sens occidental du terme.
  • Miri : Terrain appartenant au gouvernement (à l’origine, la couronne ottomane) et adapté à l’agriculture.
    • Les particuliers pouvaient acheter un titre de propriété pour cultiver ces terres et payer une dîme au gouvernement.
    • La propriété ne pouvait être transférée qu’avec l’approbation de l’État.
    • Les droits des Miri peuvent être transférés aux héritiers et la terre peut être sous-louée à des locataires.
    • Si le propriétaire décède sans héritiers ou si la terre n’est pas cultivée pendant trois ans, la terre revient à l’État.
  • Mahlul : Terres Miri non cultivées qui revenaient à l’État, en théorie après trois ans.
  • Mawat (ou Mewat) : Terres dites « mortes », non réclamées.
    • Elles constituaient environ 50 à 60 % des terres en Palestine.
    • Elles appartenaient au gouvernement.
    • Si la terre avait été cultivée avec permission, elle était enregistrée, au moins sous le Mandat, gratuitement.

1946 : Fausse carte, il n’y a pas de Palestine, ni de colonies israéliennes

La seconde carte présentée par Dupuy est, c’est à peine croyable, plus trompeuse encore que la première.

  1. Elle indique que « les colonies juives commencent », alors que sa carte de 1917 présente déjà des colonies !
  2. En 1534, le réfugié juif espagnol Jacob Berab s’installe à Safed. Il pensait que le temps était venu de réintroduire l’ancienne « semikah » (ordination) qui créerait pour les Juifs du monde entier une autorité centrale reconnue. Ce n’est donc pas en 1946 que les juifs s’installent en Palestine, ne soyez pas si paresseux Dupuy, apprenez un peu.
  3. On ne « colonise » ce qui vous est destiné, or la Palestine mandataire a été donnée aux Juifs en 1920 pour rétablir le foyer national juif.
  4. La carte mentionne une Palestine au sens palestinien contemporain du terme, cependant, il n’existe pas de terres palestiniennes en 1946 : elles sont britanniques.
  5. Les terres marquées en vert seraient des terres achetées et payées par des juifs. Seraient, vu qu’en 1931, les pionniers juifs auraient rendu un tiers du territoire cultivable ( [Kenneth W. Stein, The Land Question in Palestine 1917-1939] ) et qu’on constate bien que cette carte est loin, très loin, d’être verte à plus d’un tiers.

1947 : Dupuy « oublie » le rejet arabe du plan de partition de l’ONU !

En 1947, l’ONU vote de diviser la restant de la Palestine mandataire en deux : une pour les juifs, qui acceptent, et une autre pour les Arabes qui refusent – (les Palestiniens n’existent pas).

Ainsi, Dupuy ne tient pas compte du refus arabe, et il leur attribue des terres qu’ils ont refusées. Il faut comme s’ils avaient accepté le partage ! Quel menteur ce Dupuy.

1948-1949, Dupuy fait disparaître l’Égypte et la Jordanie

  • En 1948 Israël déclare l’indépendance de l’Angleterre, et la création de l’Etat juif.
  • Les pays Arabes voisins déclenchent une guerre contre Israël.
  • En 1949, l’Egypte occupe Gaza, pourtant Dupuy le montre comme appartenant aux Palestiniens.
  • En 1949, la Jordanie occupe la rive gauche du Jourdain, soit une partie de la Judée et de la Samarie. Pourtant Dupuy attribue aussi cette région aux Palestiniens. C’est pour faire croire que les juifs grignotent constamment la terre des Palestiniens. C’est ça, l’antisémitisme caché sous l’antisionisme.
  • Israël « n’occupe pas » 77 % de la terre, il est chez lui sur cette terre : c’est le plan de partage mentionné sur la carte précédente.

2012 Colonie israélienne ?

  • Les parties en jaune sont les toutes premières terres sous contrôle palestinien, créées par Israël.
  • Dupuy a intentionnellement omis la carte de 1967, car elle montre un territoire infiniment plus grand : Israël a échangé les ⅔ de son territoire du Sinaï, capturé pendant la guerre défensive des 6 jours, contre un accord de paix avec l’Egypte. Peu de pays dans le monde peuvent se vanter d’avoir donné des territoires pour être en paix avec ses voisins.

Comme sur la carte de 2014, Emmanuel Dupuy considère qu’Israël est un Etat illégitime, et le qualifie de « colonie israélienne ».

Nier l’existence d’Israël, cela porte un nom : antisémitisme.

Calmez-vous Dupuy et ouvrez un livre d’histoire, ça vous fera du bien, vous aurez l’air moins bête, et ça me fera des vacances.

Et ça évitera à l’imbécile heureux Gozlan Eric, sioniste auto-déclaré à l’ombre des palais, de vous lécher les babouches et abonder dans votre sens.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gally pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Carte originale, al Arabiya. Notons que même ce média arabe n’a pas été jusqu’à colorier toute la carte en vert, contrairement au gif d’Emmanuel Dupuy
  1. http://jandyongenesis.blogspot.com/2011/02/are-zionism-and-bible-in-agreement.html
Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz