Publié par Jean-Patrick Grumberg le 28 janvier 2020

Drogue, violence, crime : depuis le début de sa campagne électorale, le président Trump a promis de lutter avec force contre l’immigration illégale.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Il a déclaré en août 2019 qu’il ne voulait pas de migrants économiquement sous perfusion, qui une fois sur place, seraient à la charge des citoyens américains, vivant de bons alimentaires et d’aides au logement pour rester légalement aux Etats-Unis.

La nouvelle règle exige des immigrants qui demandent un changement de statut d’immigration (comme une carte verte) ou de ceux qui cherchent à venir ici, de prouver qu’ils n’auront probablement jamais besoin d’une aide publique, et l’Administration pourra interdire aux immigrants qui ont reçu une aide au-delà d’un certain seuil d’être approuvés.

L’immigration, une chance pour les migrants, pas pour les citoyens

L’immigration illégale représente selon Trump un fléau pour les travailleurs : n’ayant pas de papiers, ils travaillent au noir et font baisser les salaires et augmenter le chômage. Mais d’une manière générale, le président, qui n’est pas hostile à l’immigration, veut qu’elle passe par les canaux légaux, et uniquement légaux, et qu’elle apporte un avantage aux Américains, qu’elle ne soit pas une charge.

C’est une différence philosophique profonde entre la gauche et – non pas la droite, qui est aussi immigrationniste que la gauche – mais la doctrine Trump : America First.

La nouvelle règle, qui devait s’appliquer à partir du 15 octobre, permet aux gouvernements fédéraux et des États d’économiser environ 2,47 milliards de dollars chaque année, car les immigrants et leurs familles ne bénéficieront plus des prestations publiques.

Bloqué par les juges gauchistes

Mais en octobre, plusieurs Cours fédérales composées de juges de gauche ont annulé le « test de revenus » de Trump, conçu pour bloquer les immigrants à faible revenu.

  • Le juge George Daniels de la Cour de district de Manhattan a émis une injonction préliminaire à l’échelle nationale interdisant à l’administration d’appliquer la règle dite de « charge publique » quelques jours seulement avant son entrée en vigueur prévue pour le 15 octobre.
  • Un juge fédéral de l’État de Washington a également bloqué la réglementation à l’échelle nationale,
  • Et un troisième juge du tribunal de district de San Francisco a déclaré que l’administration ne pouvait pas appliquer la règle dans le cadre de la compétence de la Cour d’appel du 9e circuit.
  • Ils furent suivis par l’Oregon, le Maine, la Pennsylvanie et le District de Columbia.

[La règle voulue par Trump] « est répugnante pour le rêve américain, qui permet d’avoir la possibilité de prospérer et de réussir grâce à un travail acharné », avait déclaré le juge Daniels.

https://www.rawstory.com/2019/10/federal-court-strikes-down-trumps-racist-wealth-test-designed-to-punish-low-income-immigrants/

Direction la Cour suprême

  • Par cinq voix contre quatre selon les lignes politiques (merci Trump, d’avoir nommé deux juges constitutionnalistes à la Cour suprême, sa signature la plus importante), l’arrêt de la Cour suprême (1) autorise donc le ministère de la Sécurité intérieure à refuser l’entrée ou le statut légal aux personnes qui auront très probablement besoin d’une aide sociale, définie comme des prestations en espèces ou non, tel que le logement ou la nourriture, pendant plus d’un an sur une période de trois ans.

Le vice-ministre de la sécurité intérieure par intérim, Ken Cuccinelli, a salué cette décision, déclarant que la Cour suprême en avait finalement « assez » que les juges de gauche imposent leurs préférences politiques dans les décisions de justice.

La socialiste de service, Alexandria Ocasio-Cortez, qui en bonne socialiste, ne s’arrêtera pas tant qu’elle n’aura pas détruit l’Amérique, a déclaré dans un tweet qui ne ressemble pas aux idées progressistes, mais fait référence à un passé incomparable :

C’est une honte. L’Amérique ne devrait pas avoir de test de richesse pour l’immigration. C’est un endroit où des millions de personnes sont des descendants d’immigrants qui sont venus sans rien et ont fait leur vie.

https://twitter.com/AOC/status/1221883795672129540

Conclusion

Le président Trump a une fois de plus tenu la promesse qu’il avait faite au peuple américain d’appliquer une loi d’immigration cohérente, et qui tient compte de l’intérêt des Américains avant celui des étrangers. Du simple bon sens.

Je comprends qu’il vous faille un président comme Trump. Macron baisse encore dans les sondages de popularité, tandis que la cote de confiance des ménages américains dans l’économie Trump est au plus haut depuis 20 ans, contrairement aux affirmations des militants journalistes, qui prétendent, ces clowns, que seuls les riches ont profité des baisses d’impôts.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

  1. https://www.supremecourt.gov/opinions/19pdf/19a785_j4ek.pdf

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz