Publié par Eber Haddad le 30 janvier 2020

Page 13 du plan de paix : « Le conflit arabo-israélien a créé un problème de réfugiés palestiniens et juifs ».

Les réfugiés palestiniens, qui ont souffert au cours des 70 dernières années, ont été traités comme des pions sur l’échiquier du Moyen-Orient élargi, et des promesses vides ont été faites à eux et à leurs pays d’accueil, peut-on lire dans le plan de paix (1) proposé par le président Trump.

Une solution juste, équitable et réaliste au problème des réfugiés palestiniens est nécessaire pour résoudre le conflit israélo-palestinien.

Un nombre similaire de réfugiés juifs ont été expulsés des terres arabes peu après la création de l’État d’Israël, et ont également souffert.

Une solution juste pour ces réfugiés juifs devrait être mise en œuvre par le biais d’un mécanisme international approprié, distinct de l’accord de paix israélo-palestinien.

https://www.whitehouse.gov/wp-content/uploads/2020/01/Peace-to-Prosperity-0120.pdf

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Pour la première fois depuis 72 ans, le problème des réfugiés juifs des pays arabes, Moyen-Orient et Afrique du Nord, au minimum un million de personnes, est évoqué officiellement dans un plan de paix, et c’est grâce au Président Trump à qui je suis extrêmement reconnaissant.

Depuis 72 ans il n’y a eu qu’une seule catégorie de réfugiés qui a bénéficié non seulement de la sollicitude mais aussi de dizaines de milliards de dollars de toute la communauté internationale, particulièrement l’Europe, les États-Unis et le Canada, alors que nos réfugiés n’ont eu droit à rien, même pas une ligne à l’ONU.

Les « réfugiés » palestiniens qui étaient moins de 500.000 ont eu droit à une branche spéciale des Nations Unies, l’URNWA, qui leur est exclusivement consacrée depuis plusieurs générations, cas unique dans l’Histoire où ce statut ne dure que pendant la vie, et parfois même moins, de ceux qui ont quitté un pays mais jamais de leurs descendants.

Le plan poursuit :

Les réfugiés juifs qui ont été contraints de fuir les pays arabes et musulmans ont également souffert.

La plupart se sont installés dans l’État d’Israël et certains se sont installés ailleurs. La question des réfugiés juifs, y compris l’indemnisation pour les biens perdus, doit également être abordée.

En outre, l’État d’Israël mérite une compensation pour les coûts d’absorption des réfugiés juifs de ces pays. Une solution juste, équitable et réaliste pour les questions relatives aux réfugiés juifs doit être mise en œuvre par le biais d’un mécanisme international approprié, distinct de l’accord de paix israélo-palestinien.

Puis encore :

Le conflit arabo-israélien a créé un problème de réfugiés palestiniens et juifs.

Presque le même nombre de Juifs et d’Arabes ont été déplacés par le conflit arabo-israélien. Depuis, presque tous les Juifs ont été acceptés et réinstallés de façon permanente en Israël ou dans d’autres pays du monde. Les Arabes qui ont été déplacés ont, en très grand nombre, été isolés et empêchés de vivre en tant que citoyens dans les nombreux pays arabes de la région.

Par exemple, après le retour du gouvernement koweïtien, suite à la libération par les États-Unis et leur coalition, il a commencé à expulser systématiquement les Palestiniens du pays par la violence et la pression économique.

La population palestinienne au Koweït est tombée de 400 000 avant l’invasion à environ 25 000.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Eber Haddad

  1. https://www.whitehouse.gov/wp-content/uploads/2020/01/Peace-to-Prosperity-0120.pdf

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz