Quantcast
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 31 janvier 2020

Ce vendredi 31 janvier, le quotidien libanais en langue française l’Orient le jour (1), publie une chronique qui reflète l’agacement du monde arabe face à l’entêtement des Palestiniens, qui ne sont plus soutenus que par la gauche américaine, européenne et israélienne, et bien-sûr les journalistes.

L’article est signé Soulayma Mardam Bey, et il dit ceci : « La divulgation du plan de paix américain pour le Proche-Orient mardi dernier », met l’Autorité palestinienne face « aux limites de sa stratégie politique sur la scène internationale ».

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Il aura donc fallu un président Trump pour que le monde arabe prenne ses distances avec les Palestiniens, jusque là traités comme la vache sacrée, intouchable, en raison du pouvoir de nuisance qu’ils représentent contre Israël.

«Jérusalem n’est pas à vendre. Les droits des Palestiniens non plus, ils ne sont pas négociables», a déclaré le président Mahmoud Abbas, mais, fait remarquer Mardam Bey, « c’est l’essence même de l’institution [l’Autorité palestinienne] qui est aujourd’hui en ligne de mire. Établie en 1993 dans le sillage des accords d’Oslo, elle devait à l’origine centraliser les pouvoirs sur une période transitoire de cinq ans, avant l’accession à un État palestinien indépendant. Son existence est intrinsèquement liée à l’idée de deux États comme solution juste et durable au conflit israélo-palestinien. »

Mahmoud Abbas désavoué

« Les pays de la région semblent aujourd’hui témoigner d’un désintérêt croissant pour la cause palestinienne » explique le quotidien libanais, et « le manque de vision stratégique de l’Autorité palestinienne provoque la colère et la lassitude de la population ».

L’Arabie saoudite, le Qatar et les Emirats arabes unis derrière Trump

  • «Le royaume [saoudien] apprécie les efforts de l’administration du président Trump d’œuvrer pour un plan de paix complet entre les parties palestinienne et israélienne», a tweeté le ministère saoudien des Affaires étrangères.
  • Dans une série de tweets, l’ambassadeur des Emirats arabes unis à Washington, Youssef al-Otaïba, a également salué le plan de paix et indiqué que son pays «apprécie les efforts persistants des Etats-Unis pour parvenir à un accord de paix palestino-israélien».
  • Le ministère qatari des Affaires étrangères a déclaré mercredi, rapporte Al Jazeera, qu’il «appréciait les efforts américains pour trouver des solutions au conflit arabo-israélien».
  • Le ministère égyptien des Affaires étrangères a demandé à Israël et à l’Autorité palestinienne « d’étudier attentivement la vision américaine pour parvenir à la paix, d’en découvrir toutes les dimensions et d’ouvrir des canaux de dialogue pour reprendre les négociations sous les auspices américains ».

En signe fort de solidarité, Oman, les Émirats arabes unis et Bahreïn sont allés jusqu’à envoyer leurs ambassadeurs assister à la présentation, par le président américain et le Premier ministre israélien, de la proposition américaine tant attendue.

Juste après la présentation du plan de paix, l’un de ses artisans, le gendre de Donald Trump Jared Kushner, un juif orthodoxe, était l’invité de la chaîne Al Jazeera. Ses déclarations, pour ceux d’entre vous qui activeront les sous-titres, sont d’une pertinence rare.

Exception, la Jordanie et l’Europe ? Pas si sûr

La Jordanie a protesté, mais du bout des lèvres. Le roi et son gouvernement sont restés silencieux, a remarqué Al Jazeera (3).

La situation financière du royaume hachémite est précaire, et Amman a peur de Trump.

Le pays ne peut pas se permettre de mettre en danger l’aide américaine, et il sait que Trump est capable de la suspendre. Le fait qu’il maintienne la garde du Mont du Temple a été inscrit dans le plan de paix pour l’aider à gérer un problème que n’ont pas les autres pays de la région : la moitié des habitants du pays, soit 7 millions en 2015, sont palestiniens– bien que seulement 2,1 millions portent officiellement le titre de réfugiés palestiniens.

Quant à l’Europe, sur laquelle les Palestiniens peuvent normalement compter pour protéger leurs intérêts, elle a également répondu positivement aux propositions de Trump.

Ce qui n’a pas été dit est plus important que les déclarations

Je pense que vous ne lirez ceci nulle part ailleurs, et c’est pour cela que vous avez fait de Dreuz votre première source d’information.

  • Bien que les dirigeants du monde arabe sunnite n’aient pas ouvertement approuvé le plan de paix Trump, ils n’ont pas non plus appelé à des soulèvements ou à des « jours de rage » pour protester contre l’accord.
  • Ils sont restés silencieux et n’ont pas attaqué publiquement les éléments du plan favorables à Israël, tels que la souveraineté israélienne sur toutes les implantations juives.
  • Ils n’ont pas dénoncé la reconnaissance de la souveraineté sur la vallée du Jourdain.
  • De plus, ils n’ont pas protesté à la déclaration que Jérusalem restera indivise comme capitale d’Israël,
  • Et surtout, ils n’ont pas dénoncé le maintien du statu quo sur le Mont du Temple.

Signature Trump

A bien regarder, les presque quatre années de la présidence Trump qui viennent de s’écouler révèlent un sens stratégique du président que peu de leaders ont, et dont ses électeurs étaient à mon sens loin de se douter.

  • Le président a commencé par se libérer de l’emprise des Etats arabes du pétrole afin de disposer d’une liberté de mouvement sur la scène géopolitique jamais égalée. Par décrets et réglementations, l’exploitation des réserves énergétiques américaines a repris, ce qui a permis au pays de devenir le premier producteur au monde, et de ne plus dépendre des tarifs, du bon vouloir, du chantage et des caprices des Etats du Golfe.
  • Cette indépendance acquise a permis au président de réclamer aux pays arabes de payer l’Amérique pour l’aide militaire qu’elle leur apporte, et les Arabes entendent haut et fort ce genre de message volontaire.
  • Trump a ensuite isolé l’Iran ; il a dénoncé les Accords sur le nucléaire qui effrayaient tant le monde sunnite ; il a presque totalement éradiqué l’Etat islamique, y compris la tête du serpent, al Baghdadi ; et a totalement chassé l’organisation terroriste de ses terres de conquête. Il vient d’éliminer Soleimani, et l’onde de choc, déjà oubliée en Occident, se fait toujours sentir dans le monde sunnite.
  • Et il a montré au monde sunnite que son intérêt vital était de s’allier avec Israël, qui ne lui veut aucun mal, contre l’Iran.
  • Trump a remplacé les équilibres passés : Etats-Unis et Israël contre les Palestiniens adossés au monde arabe, par : Etats arabes sunnites modérés, Israël et Etats-Unis contre l’Iran–et les Palestiniens sont devenus un caillou dans la chaussure des Arabes.

Les Israéliens derrière Trump

Les Israéliens soutiennent massivement le plan de paix de Trump, selon un nouveau sondage, avec seulement 16 % d’opposition, tandis que la droite israélienne confirme sa position dominante contre la gauche.

Selon un sondage réalisé mardi soir par Direct Polls (2), 66,9 % des Israéliens soutiennent le plan Trump, contre seulement 15,7 % qui s’y opposent, 17,4 % n’exprimant aucune opinion. Notez qu’environ 20% des Israéliens sont arabes.

Conclusion

La majorité du monde arabe n’ayant pas condamné le plan de paix Trump, l’Autorité palestinienne se retrouve plus isolée qu’elle ne le pensait. Le vote de la Ligue arabe, qui a organisé une réunion d’urgence pour ce samedi, est à suivre de près.

Les Arabes donneront-ils la priorité aux liens clés avec les Etats-Unis contre l’Iran dans leur réaction au plan de paix Trump ?

Dreuz sera là pour vous tenir informer.

Si le vote de la Ligue arabe est à la hauteur des espérances de ceux qui espèrent la paix dans la région, attendez-vous à une cascade de signature de traités de paix entre Israël et plusieurs pays arabes au cours du second mandat du président Trump.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

  1. https://www.lorientlejour.com/article/1204628/lautorite-palestinienne-contrainte-de-se-reinventer.html
  2. http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/275291
  3. https://www.aljazeera.com/news/2020/01/jordan-muted-response-trumps-middle-east-plan-200130160937066.html
Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz