Publié par Dreuz Info le 1 février 2020

Après l’explosion du président français Emmanuel Macron contre les agents de sécurité israéliens du Shin Bet à l’extérieur de l’église Sainte-Anne mercredi, plusieurs médias israéliens ont déclaré que sa colère contre les responsables de la sécurité israéliens entrant dans l’église était due à l’organisation pro-BDS et antisémite qui est logée dans l’église.

Personne ne sait vraiment si cela a provoqué la colère de Macron ou s’il a simplement un mauvais caractère, mais y a-t-il une véritable raison pour laquelle il est si territorial à propos de l’église? L’église Sainte-Anne est une église catholique romaine dans le quartier musulman de la vieille ville de Jérusalem qui a été donnée à la France par l’Empire ottoman en 1856.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Il y a certainement une raison et ce n’est pas joli. Ce que l’on sait en effet de l’église Sainte-Anne, c’est qu’elle abrite une branche de l’organisation appelée Programme d’accompagnement œcuménique en Palestine et en Israël (EAPPI).

L’EAPPI, fondée par le Conseil mondial des églises (COE) basé à Genève, amène des militants en Judée-Samarie en tant que « touristes », qui reçoivent une formation spéciale et sont déployés aux postes de contrôle palestiniens et autres zones sensibles pour provoquer et confrontations vidéo entre Palestiniens et Israéliens soldats. Les « touristes » retournent ensuite en Europe et utilisent leur « expérience et documentation de première main » pour faire avancer les campagnes anti-Israël et pro-BDS.

Les activités de l’EAPPI, qui sont considérées comme œuvrant pour une « paix juste » entre la Palestine et Israël, sont complètement inclinées et unilatérales, le seul objectif étant de filmer « l’oppression israélienne des Palestiniens » tout en ignorant complètement la présence d’anti-israéliens et propagande pro-violence dans la société palestinienne, sans parler de terreur pure et simple. Les militants sont tenus d’avoir une expérience avec les outils vidéo et numériques afin de documenter « l’oppression israélienne » et de transférer le matériel pour les campagnes d’incitation anti-Israël ainsi que d’avoir des liens avec l’église ou des groupes politiques en Europe à utiliser comme plateformes pour des campagnes anti-Israël.

DMU, une organisation qui surveille les actions du COE en Israël, a déclaré : « Le gouvernement français a été lié à maintes reprises à des activités contre l’État d’Israël. En mars 2018, un employé de l’ambassade [française] a été pris effectuant de la contrebande d’armes dans la bande de Gaza. En juillet 2019, le consulat français a choisi un activiste terroriste pour gérer un camp en son nom à Jérusalem-Est. Pendant tout ce temps, le gouvernement continue de fournir une protection quotidienne aux militants du BDS. Le gouvernement français devrait faire l’objet de pressions pour mettre fin au règne libre de ces militants et les retirer du complexe. »

Un rapport d’ONG Monitor en 2019 intitulé « EAPPI : le camp de formation du Conseil œcuménique pour le plaidoyer anti-israélien » a déclaré que l’EAPPI avait amené 1 800 volontaires en Judée-Samarie pour « témoigner de la vie sous occupation » – quelque chose que le COE ne fait qu’en Israël et dans aucune autre zone de conflit à travers le monde.

« Bien qu’il se présente comme un programme de protection et de protection des droits de l’homme, l’EAPPI met fortement l’accent sur le plaidoyer politique avant, pendant et après le voyage », indique le rapport de l’ONG. « Lorsque les volontaires retournent dans leur pays d’origine et leurs églises, ils s’engagent dans un plaidoyer anti-israélien, comme des campagnes BDS (boycott, désinvestissement et sanctions) et comparent Israël à l’apartheid en Afrique du Sud et à l’Allemagne nazie.»

« L’EAPPI collabore avec un certain nombre d’ONG politiques de la région, y compris des groupes qui soutiennent les campagnes BDS contre Israël et / ou qui accusent Israël de « crimes de guerre ». »

En outre, une source de haut niveau a déclaré à TPS en 2019 que les militants de l’EAPPI ont directement soutenu le terrorisme. Des militants de l’EAPPI ont rendu visite à la famille du terroriste palestinien Omar al-Abed, qui a assassiné Yosef Salomon, sa fille Chaya et son fils Elad chez eux à Neve Tsuf en juillet 2017. La visite n’a eu lieu que quelques jours après l’attaque et les militants ont même a donné de l’argent à la famille !

DMU a déclaré à TPS que des militants de l’EAPPI ont également visité des maisons de terroristes à Hébron.

Étant donné que le programme EAPPI est situé dans l’enceinte de Sainte-Anne sous juridiction française, il bénéficie de l’immunité diplomatique des responsables de l’application des lois israéliens et les responsables de la sécurité israéliens ne sont pas autorisés à entrer dans l’église sans l’autorisation du gouvernement français. En d’autres termes, la France fournit un pouvoir diplomatique aux campagnes anti-israéliennes et pro-palestiniennes au cœur de la vieille ville de Jérusalem.

En 2016, selon un rapport du Jerusalem Post, le Christian Empowerment Council (CEC) a écrit une lettre à l’ambassadeur de France en Israël pour se plaindre de la protection diplomatique française accordée à l’EAPPI.

« Je pense que le fait que leur bureau se trouve dans la région sous les auspices du gouvernement français est sérieux et représente des relations inappropriées entre les nations amies », a écrit le chef de la CEC, le père Gabriel Naddaf : « Le gouvernement français devrait les faire sortir du complexe. sur son territoire immédiatement et sans délai et de cesser d’aider l’organisation, qui opère illégalement. »
( Bureau YWN Israël – Jérusalem )

Patrick Vauclair

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Source : www.theyeshivaworld.com/news/…h.html

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz