Quantcast
Publié par Magali Marc le 8 février 2020

Alors que nous sommes portés à savourer la victoire de Donald Trump contre ses ennemis acharnés et à nous réjouir de leur mine déconfite, Ian Haworth nous rappelle que les Démocrates sont enragés et prêts à tout et que si une bataille a été gagnée, la guerre n’est pas finie.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de Ian Haworth, paru sur le site de Townhall, le 7 février.

****************************

La victoire sur l’Impeachment est la grande respiration que l’on prend avant de plonger

Alors que le président Donald Trump sort indemne de la tentative absurde de destitution des Démocrates, il peut sembler tentant de pousser un soupir de soulagement bien mérité, de rigoler avec les amis aux dépens de Nancy Pelosi et de déboucher le champagne. Après tout, pourquoi ne pas faire la fête ?

Oui, les Démocrates ont été forcés par une minorité de gauchistes radicaux sans cervelle de poursuivre une tentative de destitution condamnée d’avance, menée par une bande de valets partisans, avec le narcissique Adam Schiff à la barre.

Oui, leur affaire soi-disant «hermétique» était finie avant d’avoir commencé, car ils ont supplié qu’on leur donne l’occasion d’appeler d’autres témoins, occupés qu’ils étaient à aller à la pêche au moindre incident susceptible de causer la perte du Président Trump. Nancy Pelosi et son parti en sont sortis complètement humiliés.

Oui, l’acquittement du président était simplement une prise en compte de la réalité, laissant les Démocrates face à la tâche impossible de choisir s’ils enverront un Géronte communiste, une ex-Amérindienne ou un vieillard comateux pour affronter Donald Trump, qui a eu le plaisir d’énumérer les multiples réalisations de son Administration lors du discours sur l’état de l’Union de mardi.

Même si les Conservateurs peuvent profiter de ce moment de victoire, il est crucial de ne pas perdre de vue qu’avec encore neuf longs mois à attendre avant le 3 novembre 2020, la guerre n’est pas terminée.

Si nous étions des personnages du roman «Le Seigneur des anneaux » de J.R.R. Tolkien, nous aurions assisté à la victoire de Donald Trump dans le Gouffre de Helm, tandis que le Parti Démocrate se retirait pour préparer son assaut final.

Les Démocrates sont actuellement en train de se remettre de leur humiliation, ce qui les pousse à se retrancher derrière des plaisanteries mesquines et des excuses infantiles.

Nancy Pelosi a voulu faire plaisir à sa base en adoration en affirmant, de façon quelque peu ironique, que le président semblait «sous sédatif» et que le fait de déchirer le discours sur l’état de l’Union n’était que l’expression d’un défi sans conséquence.

Ils prétendront que le «procès» de mise en accusation du Sénat était truqué par des Républicains partisans qui ont fait échouer la tentative des Démocrates partisans de renverser Trump pour des actes parfaitement légaux.

Ils tenteront même de trouver des excuses à leur défaite de plus en plus probable en novembre prochain en faisant valoir que toute victoire des Conservateurs est illégitime et que Stacy Abrams a toujours été la véritable présidente.

Malgré cet étalage de mauvaise foi, embarrassant et pitoyable, un peu comme un animal blessé acculé dans un coin, les Démocrates demeurent dangereux. Ils se voient comme la mère poule ratée des masses pauvres et opprimées qui pourraient bientôt les abandonner.

Après tout, Trump a prouvé qu’ils n’ont plus besoin des sempiternelles promesses creuses d’un éternel bien-être de la gauche. Sans leur classe fiable de victimes inter-sectionnelles maintenues comme une sous-classe perpétuelle par des politiques gauchistes, la panique des Dems n’aura d’égal que leur fureur.

Chaque jour qui passe voit leur rage s’amplifier et s’envenimer. Leur soif insatiable de pouvoir les poussera à épuiser toutes les stratégies extrêmes imaginables, et nous devons nous y préparer.

En quelques années seulement, les Démocrates nous ont montré l’ampleur de leur déchéance morale.

Ils ont concocté de fausses accusations de viols collectifs pour tenter d’empêcher la confirmation du juge Brett Kavanaugh par la Cour suprême, détournant le mouvement #MeToo pour leur propre bénéfice.

Ils ont refusé d’accepter les résultats des élections de 2016, dépensant des millions de dollars des contribuables pour l’enquête Mueller. Lorsque cela a échoué, ils ont accusé Donald Trump d’avoir abusé de sa position pour des gains personnels, ignorant le fait qu’ils ont acclamé Joe Biden lorsqu’il s’est vanté d’avoir fait exactement cela.

Les Démocrates n’ont rien laissé au hasard dans leur recherche de la solution miracle pour se défaire de Donald Trump. Aucun terroriste n’est trop répréhensible pour être défendu, aucune politique n’est trop mauvaise pour être promue, et aucun mensonge n’est trop petit pour être répandu s’il peut faire tomber leur plus grand ennemi.

L’actuel Parti Démocrate a prouvé qu’il ne rend de compte à personne. Il a montré, et continuera de montrer, une soif de pouvoir qui ne pourra jamais être étanchée. Ils ne laisseront rien se mettre en travers de leur route, et certainement pas la vérité.

Alors que nous sommes sur le terrain de la victoire contre la destitution, nous ne pouvons pas nous reposer sur nos lauriers.

Cette guerre idéologique n’est pas encore gagnée, et de nombreuses batailles seront livrées avant que tout cela ne soit fini.

Si les Démocrates étaient capables de construire des fantasmes de viols collectifs, d’utiliser des contes satiriques de prostituées russes pour justifier leur propre abus de pouvoir et de reconnaître des régimes terroristes comme des amis et des alliés, il n’y a pas grand chose qu’ils hésiteront à faire.

Comme l’a écrit J.R.R. Tolkien dans « Le Retour du roi » (la dernière partie du roman Le Seigneur des Anneaux):

« Ce n’est que la grande respiration que l’on prend pour reprendre son souffle avant de plonger. »

Nous devons être prêts.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Source:
https://townhall.com/columnists/ianhaworth/2020/02/07/impeachment-victory-is-the-deep-breath-before-the-plunge-n2560938

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz