Publié par Gaia - Dreuz le 8 février 2020

Source : Coolamnews

Cette histoire commence assez banalement. Une maîtresse d’école se rend au domicile de tous ses élèves pour rencontrer les parents et faire connaissance avec leur environnement. Une méthode d’approche pédagogique assez répandue en Israël. Sauf que dans ce cas-là, l’institutrice ne s’attendait pas à ce qu’elle allait voir.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

La stupeur d’une institutrice. Le rendez-vous avait été fixé dans une des rues d’un quartier défavorisé et laïc de Bne Brak. La maîtresse rencontre la mère d’une élève qui insiste pour que l’entretien ait lieu dans un jardin public. Devant la détermination de l’enseignante, la mère accepte non sans réticence, de la laisser entrer chez elle.

L’institutrice à peine à croire ce qu’elle voit : « la maison était tout simplement insalubre et vide. « Pas de meubles, pas d’armoires à vêtements, pas de décoration, rien », se remémore-t-elle. « J’ai alors compris pourquoi, cette élève arrivait en pantoufles à l’école, elle prétextait avoir mal aux pieds. J’ai compris pourquoi elle portait toujours les mêmes habits, pourquoi cette maigreur, pourquoi cette tristesse », poursuit-elle.

Il s’avère que la maman, sans travail, élevait seule sa fille et ne disposait que de maigres subsides alloués par l’état pour survivre. Craignant que les services sociaux, au lieu de lui venir en aide, lui retirent la garde de sa fille, elle survivait en lui assurant un toit et un repas par jour.

Des milliers de personnes se mobilisent

La maîtresse d’école s’est engagée à lui venir en aide et a fait appel à plusieurs associations, qui en une semaine à peine, ont fait évoluer la situation. Des milliers de personnes ont répondu à l’appel. L’appartement a été meublé, des vêtements ont été donnés et un supermarché s’est même engagé à approvisionner gratuitement la fillette et sa mère jusqu’à ce que cette dernière trouve du travail.

Ce qui n’a pas tardé, un parent d’élève vient d’embaucher la mère comme secrétaire. Enfin, les services sociaux ont débloqué une subvention spéciale d’aide à la subsistance et un nouveau logement afin d’offrir à la mère et à sa fille un nouveau départ dans la vie.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz