Publié par Jean-Patrick Grumberg le 10 février 2020

Hunter Biden et son emploi à 80 000 dollars par mois chez Burisma, l’entreprise gazière la plus corrompue d’Ukraine – merci papa Joe Biden – c’est une petite partie du système de corruption Biden, dévoilé par l’impeachment de Trump qui a fait pschitt.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Joe Biden est le roi du marécage puant et corrompu de Washington. S’il était plus astucieux, il n’aurait jamais dû devenir candidat à la présidentielle, puisqu’elle, a tourné sur lui et ses magouilles, les projecteurs et les enquêtes des journalistes qui font encore leur travail.

Les personnalités politiques ont longtemps utilisé leurs familles pour acheminer le pouvoir et les bénéfices pour leur propre enrichissement, explique Peter Schweizer, dont le nouveau livre, « Profils de la corruption« *, soigne un homme politique en particulier – Joe Biden.

Peter Schweizer :

Joe Biden apparaît comme le roi de la bonne affaire, avec pas moins de cinq membres de sa famille bénéficiant de ses largesses, de son accès favorable et de sa position puissante à des bénéfices commerciaux. Dans le cas de Biden, ces accords incluent des partenaires étrangers et, dans certains cas, même l’argent des contribuables américains.

L’enrichissement personnel de la famille Biden concerne cinq membres de la famille : Le fils de Joe Hunter, son gendre Howard, ses frères James et Frank, et sa sœur Valérie.

https://nypost.com/2020/01/18/how-five-members-of-joe-bidens-family-got-rich-through-his-connections/

La corruption de Joe Biden en Ukraine, tout le monde est au courant. Les médias et le parti Démocrate croient les gens trop bêtes pour avoir compris sa musique. Ils omettent que la confiance en Washington a toujours été très faible, autour de 11%, et qu’il n’en faut pas beaucoup pour que les odeurs fétides du marécage puant arrivent aux narines de braves gens.

Comment cinq membres de la famille Joe Biden se sont enrichis grâce à Joe Biden

Hunter Biden

Laissons de côté l’Ukraine. Parlons de la Chine.

Que faisait exactement Hunter à Pékin en décembre 2013 quand il accompagnait son vice-président de père à bord d’Air Force 2 ?

Je réponds pour vous :

Par la plus incroyable des coïncidences, moins de deux semaines plus tard, sa minuscule société de placement a signé un contrat exclusif d’un milliard de dollars, sans précédent, avec la Banque d’Etat de Chine, contrat que des géants de la finance comme Goldman Sacks ou Bank of America n’ont jamais réussi à décrocher.

Y a-t-il un lien avec le fait – qui lui fut reproché à l’époque, même dans son camp – qu’il ait été si indulgent envers la Chine à ce moment précis, et qu’encore aujourd’hui, il dit qu’ils ne sont pas des concurrents des Etats-Unis ?

La corruption est une affaire de famille pour la Biden, comme Peter Schweizer l’a montré dans son livre « Profils de la Corruption ».

Howard Krein

StartUp Health est une toute petite société de conseil en investissement basée à New York. En juin 2011, la société avait à peine un site web.

L’entreprise a été créée par trois membres de la famille Krein, de Philadelphie.

  • Steven Krein est PDG et cofondateur,
  • Son frère, le Dr Howard Krein, occupe le poste de médecin-chef.
  • Sa sœur Bari est la directrice de la stratégie de l’entreprise.
  • Un ami, Unity Stoakes, est co-fondateur et président.

En 2011 donc, StartUp Health est à peine opérationnel.

  • Pourtant, en juin 2011, deux des dirigeants étaient invités dans le bureau ovale de la Maison-Blanche par le président Barack Obama et le vice-président Joe Biden.
  • Le lendemain, la nouvelle entreprise était présentée à l’honneur lors d’une grande conférence sur les technologies de la santé organisée par le ministère américain de la Santé et des Services sociaux.
  • Puis les dirigeants de StartUp Health sont devenus des visiteurs réguliers de la Maison-Blanche, et furent invités à participer à des événements en 2011, 2014 et 2015.

Comment, vous demandez-vous, StartUp Health a-t-elle accédé aux plus hauts niveaux de pouvoir à Washington, alors qu’il n’y avait strictement rien de particulièrement unique dans cette entreprise naissante ?

Non, il n’y avait effectivement rien de particulièrement unique dans cette entreprise naissante.

Sauf peut-être ça : le médecin-chef de StartUp Health, Howard Krein, est marié à la fille de Joe Biden, Ashley.

Le beau-fils, Howard Krein, médecin-chef d’une petite entreprise, qui a reçu un accès et un soutien sans précédent de l’administration Obama, c’est de la corruption.

James Biden

Le frère de Joe Biden, James, n’a aucune expérience dans la construction. C’est pourquoi il a été engagé comme vice-président exécutif d’une entreprise de construction, le groupe Hillstone.

Et devinez quoi ? Une nouvelle coïncidence s’est produite.

Moins de trois semaines après la visite du président de l’entreprise Hillstone à la Maison-Blanche, James Biden rejoindra la société en tant que vice-président exécutif. Et je répète, James n’avait peu ou pas d’expérience dans la construction de logements.

Et là, regardez comme le hasard fait bien les choses…

Dans les mois qui ont suivi, Hillstone s’est vu attribuer des contrats gouvernementaux de plusieurs dizaines de millions de dollars.

  • L’entreprise a reçu un contrat pour la construction de 100 000 logements en Irak, dans le cadre d’un projet de 35 milliards de dollars, portant sur 500 000 appartements.
  • En 2012, Charlie Gasparino de Fox Business a indiqué que les responsables de HillStone s’attendaient à ce que le projet « génère 1,5 milliard de dollars de bénéfices au cours des trois prochaines années », ce qui représentait plus de trois fois le chiffre d’affaires de l’entreprise en 2011. Le deal capota en raison de l’inexpérience professionnelle de HillStone – ce qui montre que le contrat ne lui avait pas été attribué pour sa compétence.
  • HillStone a cependant reçu un autre contrat de 22 millions de dollars du gouvernement fédéral américain pour gérer un projet de construction pour le Département d’État.
  • Ainsi qu’un contrat de six ans avec le Corps des ingénieurs de l’armée américaine.
  • James Biden est resté chez Hill International, qui a accumulé les contrats du gouvernement fédéral pour des dizaines de projets, y compris des projets aux États-Unis, à Porto Rico, au Mozambique et ailleurs.
  • James Biden accumula les contrats du gouvernement fédéral pour des dizaines de projets, y compris aux États-Unis, à Porto Rico, au Mozambique et ailleurs.

Frank Biden

1 Frank, l’autre frère de Joe, sans aucune expérience dans l’immobilier, ni avec le Costa Rica, a obtenu des contrats immobiliers lucratifs au Costa Rica, quelques mois seulement après la visite du vice-président Joe Biden dans ce pays.

Là encore, une suite de coïncidences sans pareil fera la fortune de Frank. Jugez vous-même.

  • Fin mars 2009, le vice-président Joe Biden atterrit au Costa Rica à bord d’Air Force Two, et se rend au palais présidentiel costaricain pour un tête-à-tête avec le président Oscar Arias. Cela ne s’était pas produit depuis 1997. La dernière fois qu’un membre important de l’Administration américaine s’était rendue dans le pays, c’était Bill Clinton.

La visite tombe à pic. Quelques mois après la rencontre entre le vice-président Biden et le président Arias, le Costa Rica annonce un partenariat multilatéral « pour réformer l’immobilier en Amérique latine ».

Devinez avec qui ? Frank Biden, et un promoteur du nom de Craig Williamson.

2 Suite à cela, une autre coïncidence costaricaine s’est produite. Toujours pour Frank Biden. Le 4 octobre 2016, le gouvernement du Costa Rica a conclu un gros marché avec la société d’énergie de Frank Sun Fund Americas.

Bien sûr, Frank Biden n’avait pas plus d’expérience dans le domaine de l’énergie que dans l’immobilier. C’est pour cela que son projet solaire a bénéficié d’un prêt de 6,5 millions de dollars, remboursé par le contribuable américain.

3 Attendez, ne partez-pas ! Il y a encore une coïncidence savoureuse. Dans la baie des Caraïbes cette fois.

En juin 2014, en tant que vice-président, Joe Biden annonce le lancement d’un nouveau programme pour stimuler le financement des projets énergétiques des Caraïbes. L’administration Obama annonce un prêt de 47,5 millions de dollars pour la construction d’une installation solaire de 20 mégawatts en Jamaïque.

Devinez qui a reçu le contrat pour construire une installation solaire de 20 mégawatts en Jamaïque.

L’homme lui-même, Frank Biden.

Valérie Biden Owens

Pendant ses années au Sénat, la famille de Biden a également bénéficié des largesses du marécage. Biden a bien compris le système, et tiré parti du pouvoir politique.

  • La sœur de Joe, Valérie, a mené toutes ses campagnes au Sénat, ainsi que ses campagnes présidentielles en 1988 et 2008.
  • Elle était également associée principale d’une société de messagerie politique nommée Joe Slade White Company ; les deux seuls dirigeants de cette société étaient Joe Slade White et Valérie.

    Le cabinet recevait des honoraires importants pour les campagnes de Biden que Valérie menait.
    Deux millions et demi de dollars en honoraires de consultation ont été ainsi versés à son cabinet par les groupes de pression Citizens for Biden et Biden For President Inc. au cours de la seule campagne présidentielle de 2008.
    Joe Slade White Company a travaillé pour les campagnes de Biden pendant 18 ans.

Conclusion

Joe Biden, et toute la famille Biden, Hunter, Frank, James, Howard et Valérie se sont enrichis sur le dos des contribuables américains, tandis qu’ils prétendaient n’être qu’une famille de cols bleus ordinaire.

D’un côté, il serait bon d’espérer que le président Trump, lors de son second mandat, appuie sur l’accélérateur pour nettoyer le marécage. Et qui mieux que le roi du marécage pour déclencher un effet domino. De l’autre, connaissant un peu mieux Donald Trump, il n’est pas certain qu’il le fasse s’il n’y trouve aucun avantage personnel.

Que faut-il faire pour que la corruption de Biden fasse l’objet d’une enquête ? Car rien de tout cela n’est juste. Ce n’est pas cela, la justice. Ce n’est pas l’État de droit, mais la loi du marécage. On l’a vu avec Hillary Clinton.

Et le roi du marécage, c’est Joe Biden.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

*En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie pour assurer une parfaite transparence des conséquences de votre action, conformément à la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz