Quantcast
Publié par Abbé Alain Arbez le 11 février 2020

La St Valentin, fête des amoureux, et parallèlement, des fleuristes…

A quoi correspond ce rituel romantique et commercialisé qui revient chaque année en prétendant s’adresser à tous les couples, qu’ils soient d’un jour ou d’une vie ?

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

L’événement annuel fait référence à Valentin, qui était un évêque de l’Eglise de Rome au 3ème siècle. C’est une époque de persécution des chrétiens, et voici que, passant outre les édits impériaux, Valentin ose bénir l’union de Serapia et Sabin, deux jeunes amoureux ayant décidé de s’engager l’un envers l’autre pour la vie en scellant leur engagement par un mariage chrétien.

Pour avoir osé commettre un acte « illégal », Valentin subit le martyre puis il est décapité sur ordre de l’empereur Claude en 268. A l’époque se déroule chaque printemps la fête des Lupercales, incitant les jeunes à tirer au sort leur partenaire d’un jour. Ces festivités orgiaques sont organisées sous le patronage de la déesse Junon et du dieu Pan.  Face à ces débordements, les chrétiens ont à cœur de mettre en lumière ce que représente un amour véritable entre un homme et une femme, en opposition avec les mœurs majoritaires ! Mais comment en est-on arrivé au fil du temps à transformer le courage évangélique de Valentin en ce jeu malicieux d’un Cupidon décochant ses flèches sur des partenaires improbables ?

La Saint Valentin a donc d’abord été la fête des couples demandeurs de fidélité, mais cette éthique de respect mutuel durable a peu à peu cédé le pas à la banalisation populaire, pour aboutir à la journée moderne des amoureux que l’on connaît depuis un siècle. Certes toutes les formes de sentiments et de fréquentations coexistent dans notre société de marchandisation, mais il faut bien constater la perte du sens initial de la St Valentin avec les magnifiques valeurs de vie qu’il représente encore pour beaucoup de couples.

Valentin a autrefois payé de sa vie son courage de témoin du Christ pour avoir béni et consacré d’authentiques unions, et le voici à notre époque réduit à un logo publicitaire de rencontres sous l’égide de Cupidon.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Abbé Alain René Arbez, prêtre catholique, commission judéo-catholique de la conférence des évêques suisses et de la fédération suisse des communautés israélites, pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz