Quantcast
Publié par Dreuz Info le 13 février 2020

Le CO2 et d’autres gaz que le GIEC appelle « gaz à effet de serre » influenceraient le climat.  Pourquoi ? Parce que le GIEC est convaincu par deux faits et deux hypothèses, en tout quatre bases dont tout le reste découlerait.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

En science, il est permis d’examiner ces bases et cela sera fait après leur énumération. Précisons :  toute théorie scientifique meurt automatiquement si une seule de ses prédictions ne se réalise pas.

  1. Soumis aux rayons solaires, le CO2 chauffe plus que l’air
  2. Le CO2 absorbe certains infrarouges
  3. L’atmosphère rayonne puissamment vers le sol et le réchauffe de 33°C
  4. Quasi tout – dans 1/, 2/ et 3/ – se passe par rayonnement.

Examinons ces 4 points:

  1. Le GIEC classe le CO2  « gaz à effet de serre parce qu’il chauffe plus que l’air au soleil. » Selon le GIEC, l’argon n’est pas un gaz à effet de serre car « il est transparent à tous les rayonnements concernés ». Dans la réalité, soumis aux rayons solaires, ces 2 gaz chauffent de manière quasi identique. On est en présence d’une absurdité…(1)
  2. Oui, le CO2 absorbe certains rayonnements infrarouges mais c’est pour communiquer leur énergie aux molécules voisines, azote, oxygène et argon pour l’essentiel. (2)
  3. Le CO2 perd donc  instantanément son énergie et ne peut pas chauffer le sol.
  4. Dans l’effet de serre réel – qu’il s’agisse d’une serre ou de l’atmosphère – rien ou presque ne se passe par rayonnement une fois les photons solaires absorbés par le sol.

Testons ici le point 4/, car cela peut être fait par chacun à la maison et pour 20 euros :

Rappelons que la théorie du GIEC du CO2 coupable meurt automatiquement si une seule de ses prédictions échoue et montrons que  chacun peut réaliser l’expérience de R.W.Wood de 1909. Elle a été reproduite avec grand soin par le professeur Nasif S.Nahle en 2011 (3). Je l’ai faite le 7-2-2020. Il faut 2 cartons d’environ 50 cm chacun, privés d’une des faces et peints en noir à l’intérieur. Un des cartons reçoit sur sa face libre un panneau de verre et l’autre reçoit un film de polyéthylène (utilisé en cuisine). On oriente ces 2 cartons vers le soleil et mesure les températures : elles augmentent de façon quasi identique dans les 2 cartons. Or, le polyéthylène est totalement transparent aux rayonnements infrarouges et il devrait laisser passer les rayonnements infrarouges hors du carton. Ce dernier devrait donc rester tiède tandis que le verre, qui est opaque (noir) aux rayonnements infrarouges devrait amener le carton à haute température car la chaleur doit d’abord traverser la paroi par conduction.

La température presque identique des 2 cartons prouve qu’il ne naît pas de rayonnement infrarouge dans une serre ou dans l’atmosphère. Comme les « gaz à effet de serre » opèrent par rayonnement et qu’il n’y a pas de rayonnement pour transférer de l’énergie, il ne pourrait y avoir de « gaz à effet de serre ». CQFD.

Il ne reste rien des 4 points d’appui du GIEC – insistons sur le fait qu’un seul défaut suffisait à éliminer cette théorie du climat. Elle est  correctement présentée par https://laphysiqueduclimat.fr

Claude Brasseur

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

  • (1) Paul Wagoner et al. : Climate change in a shoebox : Right result, wrong physics
  • (2) Georges Geuskens : Le CO2 dans les basses couches atmosphériques (parties 1 et 2)
  • (3) Nasif S. Nahle : Repeatability of Professor Robert W. Wood’s 1909 experiment on the Hypothesis of the Greenhouse Effect
Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz