Publié par Magali Marc le 13 février 2020

Selon Kurt Schlichter, les procureurs de Roger Stone ont cherché à attirer Donald Trump dans un traquenard en le forçant à remettre en question leur verdict démesuré de 9 ans de prison pour ses supposés «crimes». Ils cherchaient surtout à donner l’occasion aux Démocrates de recommencer leur tentative d’Impeachment du Président. Encore un coup raté.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit la chronique de Kurt Schlichter, parue sur le site de Townhall, le 13 février.

**************************

Trump a déjoué la dernière embuscade des politicards gauchistes

Vous savez, ces crétins du Deep State veulent être considérés comme des stratèges rusés et habiles, mais la plupart d’entre eux ressemblent plus à Barney Fife (NdT: Le shérif adjoint maladroit de l’Andy Griffith Show), trébuchant sur un AK-47 chargé alors qu’il est tout excité par les fameuses bouchées Hush Puppies de Tante Bea.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Ils ont tenté de piéger Donald Trump avec la condamnation de Roger Stone, et se sont retrouvés une fois de plus surpassés comme Joe Biden faisant face à Bobby Fischer.

Tout ce que Trump a eu à faire, c’est suivre une règle de base qu’on nous a apprise, à moi et à tous les autres fantassins de Fort Benning.

Vous chargez dans l’embuscade. A fond, sans hésitation.

Quand on se trouve dans une zone de combat, on ne traîne pas pour essayer de trouver un plan. Tu fais ça et tu meurs.

On ne s’enfuit pas, car on se fait tirer dans le dos et on meurt fatigué.

Vous déterminez la direction du tir et vous chargez.

Vous pouvez vous faire tuer, mais c’est la conséquence d’une embuscade. Le fait est que la seule façon de s’en sortir sans être blessé est de charger les ennemis qui vous tendent une embuscade.

C’est ce que Trump a fait.

Voici comment ces êtres sournois ont tendu leur embuscade.
Ces membres de l’équipe de Mueller, complices de la tentative de coup d’État, préparaient un mémo de condamnation pour le juge dans l’affaire Roger Stone.

Laissons de côté le fait que les procureurs de cet inoffensif casse-pieds ont traité la justice comme des clochards qui transforment les trottoirs en fosses d’aisance. Faisons comme s’il ne s’agissait pas d’une persécution politique minable pour des «crimes» que des lèche-bottes de l’Establishment démocrate commettent en toute impunité. Oublions tout cela et faisons semblant de croire que sa condamnation était légitime plutôt qu’une nouvelle tentative sordide de la part de bureaucrates amoureux de Hillary de s’en prendre à Trump par l’intermédiaire de ses associés.

C’est faire preuve de beaucoup d’incrédulité, mais admettons.

D’accord, la recommandation de sentence donne le point de vue du gouvernement sur la peine appropriée en se basant sur des facteurs tels que les directives de détermination de la peine, l’effet du crime, les crimes antérieurs du condamné, et d’autres facteurs comme l’âge. Pour ces délits non violents commis par un délinquant âgé de 67 ans à sa première infraction, qui n’ont causé aucun préjudice et qui étaient liés à la soi-disant «collusion» que même la bande de Démocrates minables de Mueller a été obligée d’admettre comme étant un mensonge, on s’attendrait à ce que cela donne de quelques mois à quelques années au Club Fed.

Apparemment, c’est ce que les persécuteurs ont dit à leurs patrons, car dans une affaire aussi médiatisée que celle-ci, les avocats véreux informent leurs patrons au Ministère de la justice.

Mais ces valets ont plutôt demandé une peine de 7 à 9 ans.

Littéralement, personne sur terre ne pouvait dire en toute bonne foi que c’était une peine appropriée de près ou de loin pour cette affaire. Aucun, du moins ne pouvait le prétendre sans rire. Cela équivaut à une condamnation à mort, mais comme il s’agit d’un associé de Donald Trump, on semble appliquer des règles spéciales.

Vous remarquerez en passant que peu de Dems qui gémissent à ce sujet disent que c’est une sentence appropriée – du moins pas sérieusement.

Ils ont fait ça pour faire réagir Trump. Ils savaient que l’Establishment démocrate et les médias à sa botte allaient flipper. Ils pensaient pouvoir faire dérailler la course la plus épique de tous les temps.

Eh bien, Trump a réagi. Il a tweeté la vérité évidente et indéniable – que les persécuteurs libéraux traitaient Lady Justice comme Harvey Weinstein traitait les starlettes avides, mais sans leur donner un petit rôle de soutien dans un film de Gwyneth Paltrow.

Trump a foncé droit dans l’embuscade.

Sa réaction était prévisible, surtout après que la hiérarchie du DOJ ait réalisé que ces voyous tendaient un piège en changeant leur recommandation de peine.

Le Department of Justice (DOJ) a promis de réviser la recommandation et les médias et les gauchistes ont fait une crise de nerfs.

Ce sont les mêmes médias et les mêmes politicards gauchistes qui veulent que les vrais criminels soient libérés, qui pensent qu’arrêter des voyous étrangers illégaux est un crime contre l’humanité, et qui veulent fermer nos prisons et les transformer en écoles arc-en-ciel à la mode de la contre-culture hippie, afin d’ enseigner aux enfants les câlins et la paranoïa climatique.

Le DOJ a mis en doute l’impartialité du juge, ce que vous n’êtes pas autorisé à faire sauf quand il s’agit des juges Gorsuch ou Kavanaugh. La sentence proposée est totalement fondée sur des principes, particulièrement sur le principe voulant que « l’élite obtient ce qu’elle veut ».

Ainsi, nous avons eu les hashtags #ImpeachBarr et les Très Sérieux Avocats sur Twitter et sur CNN expliquant comment défaire cette violation des normes et des règles constitue une terrible violation des normes et des règles.

En tant qu’avocat, laissez-moi vous donner un conseil gratuit – prenez le conseil d’un avocat sur Twitter avec un grain de sel. Et ce grain devrait avoir à peu près la taille de Mothra (NdT: le papillon géant).

On a beaucoup parlé de la façon dont Donald Trump a «troublé» et même «effrayé» ces fonctionnaires de première ligne en «intervenant» contre leur « pouvoir discrétionnaire de poursuivre ».

On a peu parlé du fait qu’il s’agissait manifestement d’un coup monté pour tenter d’amener Trump à violer une norme nouvellement créée – cette nouvelle norme étant qu’un président doit laisser faire les injustices manifestes infligées à ses partisans.

Sauf que Donald Trump ne joue pas à ce jeu de perdant.

Ils pensent toujours que Trump peut d’une certaine manière être humilié et se mettre à obéir à l’élite quand ils le dénoncent pour avoir violé les règles non écrites arbitraires et inégalement appliquées.

Impossible.

Nous avons élu le Président Trump pour briser le paradigme de l’Establishment qui prétend que nos soi-disant élites défendent l’État de droit alors qu’en réalité ils utilisent simplement le droit pour dominer.

S’il existe une «norme» ou une «règle» qui nous oblige à détourner le regard et à ignorer le fait que les gauchistes déforment et pervertissent leur pouvoir afin de poursuivre leurs vendettas à motivation politique, alors ces «normes» et ces «règles» ne doivent pas être simplement enfreintes.
Elles doivent être démolies.

Arrive Le Donald.

Ils se croyaient rusés. Ils pensaient qu’ils étaient intelligents. Ils ont monté une embuscade en pensant, une fois de plus, que cette fois ils allaient l’avoir.

Trump a foncé dans le tas.

Voici comment ça va se terminer.

Ça va se terminer par la grâce présidentielle accordée à Roger Stone (et au LTG Mike Flynn) et avec les pleurs et les grincements de dents des gauchistes.

Cela va se terminer avec un haussement d’épaule parmi les Américains qui ne font pas la fête,.

Et ça va se terminer avec la caste des ordures que nous appelons notre élite qui en prend plein la gueule.

Continuez à foncer dans les embuscades, M. le Président, pendant encore cinq ans.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Source :

https://townhall.com/columnists/kurtschlichter/2020/02/13/trump-charges-the-liberal-hacks-latest-ambush-n2561187

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz