Publié par Eber Haddad le 15 février 2020

Tout a été dit ou presque sur Benjamin Griveaux en moins de 24 heures.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Il y a les « pour », les « contre », les « pour ceux qui sont contre » et les « contre ceux qui sont pour », « il aurait dû, il n’aurait pas dû », « c’est degueulasse, c’est abject, impardonnable, ce n’est pas grave, c’est une grivoiserie sans conséquences », etc…

Je pense quand même que le fond du problème réside ailleurs.

Quand on est un homme politique on devrait être plus « responsable » et, d’envoyer par les réseaux sociaux une vidéo porno de soi-même montre, de façon spectaculaire, une grande « déficience » dans le jugement, un sérieux manque de discernement et l’absence totale de maturité, tous nécessaires à la fonction qu’il brigue. Oublions le côté sexuel qui incite toujours aux sarcasmes et à rire sous cape, ce qu’il a fait est la même chose que s’il avait conduit un véhicule à 150 km/h en ville ou avait fumé un petard dans une réunion électorale ou quelque chose d’aussi insensé et ça ne peut pas ne pas se manifester dans la conduite d’affaires autrement plus importantes puisqu’il s’agit de la vie de la collectivité.

C’est un trait de caractère qui n’est pas compatible avec une vie publique mais surtout avec les responsabilités qui vont avec, et particulièrement quand ses décisions ont autant de conséquences sur la vie de dizaines de milliers de personnes.

Sa vie sexuelle ne regarde que lui certes, mais c’est quand même lui qui a tout fait pour la révéler. Que la façon de faire de ses détracteurs soit
répréhensible ou abjecte est une autre histoire.

C’est Grivaux lui-même qui a tiré la première salve ! « Comme on fait son lit, on se couche »….

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Eber Haddad

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz