Quantcast
Publié par Gaia - Dreuz le 15 février 2020

Source : Jpost

« Toute personne qui apporte son soutien au plan de paix de Trump mérite d’être maudite par Allah, ses anges et tous les peuples », a déclaré ce 11 février le Grand Mufti.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Le Grand Mufti de l’Autorité palestinienne a décrété que tout Palestinien qui coopère avec le plan de paix du président américain Donald Trump pour le Moyen-Orient « trahit Allah » et qu’il « mérite d’être maudit par Allah, ses anges et tous les peuples ».

Cette décision a été rapportée le 12 février dans al-Hayat al-Jadida, le quotidien officiel de l’Autorité palestinienne, sous le titre « Le grand mufti interdit de coopérer avec l’accord du siècle et ceux qui le promeuvent », selon l’ONG Palestinian Media Watch (PMW), qui traduit les médias officiels de l’AP en anglais.

Selon le journal, le grand mufti de Jérusalem et des Territoires palestiniens, Muhammad Hussein, a publié le 11 février une déclaration interdisant aux Palestiniens de soutenir le plan de Trump, connu sous le nom de « Deal of the Century », car, dit-il, son but est d’éliminer définitivement la cause palestinienne.

Toute personne qui coopère à l’accord est considérée par la décision comme trahissant Allah, son messager [Muhammad], la mosquée Al-Aqsa, Jérusalem et la Palestine, a rapporté le journal.

Le Grand Mufti a statué que l’accord volait Jérusalem aux Palestiniens (ce qui est faux), ses propriétaires légitimes (ce qui est faux), refusait aux musulmans l’accès à la mosquée Al-Aqsa (ce qui est faux), le troisième site le plus saint de l’Islam (ce qui est vrai mais très loin derrière les deux autres), et délégitimait les droits des réfugiés (ce qui est vrai, car ce ne sont pas de vrais réfugiés) à des réparations en tant que peuple (ce qui est faux car le plan prévoit de les indemniser, mais également les réfugiés juifs) qui a été forcé de quitter ses terres (ce qui est faux, il est maintenant établi que ce sont les armées Arabes qui leur ont dit de faire place pour mieux exterminer les juifs. De plus, ce n’était pas leurs terres, une majorité était des travailleurs immigrés arrivés récemment).

Il a en outre déclaré que l’accord était conçu pour refuser au peuple palestinien le droit de vivre dans la dignité (ce qui est faux), renforce Israël (ce qui est vrai), qu’il a appelé « l’oppresseur voleur » (ce qui est faux), et accorde injustement à Israël la majorité des terres (ce qui est faux) « ce qui confirme que ceux qui planifient cette agressivité injuste, ou qui la soutiennent volontairement ou se taisent, méritent d’être maudits par Allah, ses anges et tous les peuples », a écrit le journal.

En plus de son rôle de grand mufti, Hussein est un prédicateur à Al-Aqsa, siège en tant que président du Conseil suprême palestinien de la fatwa, et est secrétaire général adjoint et secrétaire général par intérim de la Conférence nationale populaire de l’OLP de Jérusalem, selon le PMW.

La décision de Hussein fait écho à celle de Mahmoud al-Habbash, le juge suprême de la charia de l’AP et président du Conseil suprême de la justice de la charia, qui, avant le dévoilement du plan, a décrété que quiconque acceptant les termes de l’accord « paiera le prix de la trahison ».

« Nous n’accepterons pas le marché de la honte, nous n’accepterons pas le marché de Trump, nous n’accepterons pas le soi-disant marché du siècle, ou la gifle du siècle, ou la honte du siècle, ou la saleté du siècle… Les Arabes et les musulmans ne l’accepteront pas… Quiconque l’acceptera – il en paiera le prix fort.

Oui, il paiera le prix pour l’avoir accepté. Il paiera le prix de la trahison. [Accepter] cet accord est la voie de la trahison », a-t-il déclaré sur la chaîne de télévision officielle PA le 24 janvier.

Selon le plan de Trump, la souveraineté israélienne serait appliquée à la vallée du Jourdain et à toutes les villes d’Israël en Cisjordanie, soit environ 30% des terres. En retour, un État palestinien serait formé à partir des 70 % restants des terres de Cisjordanie, de Gaza et d’une partie des terres actuellement occupées par Israël dans le Néguev, avec sa capitale à Jérusalem-Est au-delà du mur de sécurité. La superficie de ces terres serait à peu près égale à celle de la Cisjordanie et de la bande de Gaza.

Toutefois, comme condition préalable à la formation d’un État, les Palestiniens devraient réformer en profondeur leurs lois et leurs institutions, particulièrement toute incitation au terrorisme, ce qu’ils ne veulent pas.

Le Fatah a dit aux Palestiniens de défendre la Palestine avec leur « sang et leur âme » pour s’assurer que l’accord n’aille pas de l’avant. Voilà les partenaires pour la paix que l’Europe et la gauche israélienne veut présenter comme moralement supérieurs au gouvernement Netanyahou.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz