Publié par Thierry Ferjeux Michaud-Nérard le 17 février 2020

La destruction des informations vérifiées sur le changement climatique et la fabrication d’informations fausses découlent de la propagande des écolo-gauchistes anti-capitalistes révolutionnaires fondée sur des analyses irrationnelles, et parfaitement conformes au modèle partisan qu’elles sont censées représenter.

Les démocraties en Occident ont compris que la circulation de l’information crée un pouvoir, et que vouloir contrôler cette circulation est un élément déterminant du pouvoir. Sur ce point, les écolo-gauchistes anti-capitalistes révolutionnaires n’ont fait aucune difficulté pour vouloir contrôler la circulation de l’information au détriment de la discussion et du débat scientifique et de l’investigation intellectuelle rationnelle. Les écolo-gauchistes anti-capitalistes révolutionnaires refusent de réfléchir avec sérieux sur le changement climatique.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Ne nous étonnons pas de voir les échanges de vue sur le changement climatique tourner en rond dans la confusion des esprits. Mais, pourquoi faudrait-il réfléchir avec sérieux au sujet des apocalypses de saint Greta et au sujet du catéchisme de l’Église de climatologie ? Ce n’est là nullement une obligation, mais peut-on s’en dispenser ? Mais, si on décide de le faire, on ne construira pas un modèle capable de convaincre si l’on refuse d’observer les normes de la pensée scientifique rationnelle. Souhaitons que Macron ne devienne pas un écolo-gauchiste sectaire quand il s’agit d’assainir les finances du pays par un programme rationnel sans échappatoire possible dans le contexte mondialisé et universel de la rationalité économique. Dans la sphère économique, Macron devrait agir rationnellement. On a honte pour Macron qui n’agit pas autant qu’on le dit sur les télés collabos BFM-Macron et LCI dans le sens des intérêts de la France. Il fait preuve, dans l’ensemble, d’un déni de réalité déconcertant, puisqu’il ne cesse de se fourvoyer avec opiniâtreté dans toutes sortes d’entreprises immigrationnistes aberrantes que la France devra payer très cher. Quant au respect de la rationalité, de nombreuses décisions de Macron n’en relèvent plus, comme pour l’invasion des migrants venus d’Afrique, et il persiste à s’en écarter en espérant pouvoir le faire impunément jusqu’à l’élection de 2022.

Le mot de rationalisme n’a cessé de changer de signification dans la pensée complexe de Macron.

Il peut vouloir dire que Macron est rationnel parce que Jupiter est Raison. Il peut désigner le contraire, et le culte du réchauffisme prend alors une acception religieuse et passionnelle. La passion du réchauffisme devient la faculté irrationnelle par excellence. Les Lumières s’opposaient aux superstitions, à la barbarie, aux restrictions de la liberté de penser que n’autorise aucune loi. La Raison, selon la science, a seule compétence pour expliquer la nature, formuler la loi morale, définir le système politique, garantir les droits de l’homme et l’autorité légitime des gouvernants. À partir du milieu du XX ème siècle, les adeptes du réchauffisme sont avant tout les ennemis de la vérité de la science au profit des dogmes et des fidèles de l’Église de climatologie.

Malgré cela, si la science a perdu son caractère antireligieux, la conception intellectuelle et morale du rationalisme héritée des Lumières reste encore dominante dans le monde occidental contemporain. La morale rationnelle occidentale sert encore de référence pour dénoncer une oppression, une violation des droits de l’homme, une persécution, un coup d’État, une dictature, le racisme, une injustice sociale ou économique.

La plupart des sociétés et des gouvernements se servent de la morale rationnelle occidentale pour juger et condamner autrui plus qu’eux-mêmes. Mais, c’est un instrument de mesure accepté et partagé même s’ils trichent dans la manière de s’en servir. La morale rationnelle occidentale tend à ramener toute l’activité de l’esprit à sa composante logique. C’est pourquoi, l’activité de la science et le culte de l’esprit logique tend à nier l’originalité et la fonction du mythe, de la foi, de l’idéologie, de l’intuition, de la passion, et surtout du culte de l’irrationnel revendiqué par les réchauffistes afin de pouvoir prôner la servitude des populations soumises à la passion partisane de l’erreur et de la fausse science. Mais à partir de cette vue étroite du réchauffisme, on passe à la thèse selon laquelle il n’existerait pas de différence entre les conduites irrationnelles et les autres !

Pour les réchauffistes, il n’existerait pas de conduites réellement irrationnelles ni de connaissances réellement scientifiques. Toutes les conduites des gens seraient irrationnelles et toutes les connaissances réchauffistes seraient des façons diverses de concevoir des réalités d’égale valeur. Les conduites rationnelles de la science du climat ne le seraient qu’en apparence et ses façons de voir résulteraient d’un choix lui-même forcément partisan, passionnel et idéologique. Cette hypothèse irrationnelle serait-elle exacte qu’elle n’ôterait pas son caractère rationnel à la recherche scientifique et aux connaissances de la science du climat.

Même si c’est un sectarisme scientiste qui pousse à expliquer le climat par le catéchisme de l’Église de climatologie, il reste qu’on augmentera les chances de comprendre le climat en s’attaquant aux conduites irrationnelles et à toutes les croyances réchauffistes sans efficacité scientifique. Bien que des millions de gens, éduqués et vivant dans le monde du rationalisme occidental, peuvent vouloir croire à l’astrologie, mais les mêmes, quand ils veulent se protéger d’un éventuel danger futur lié au changement climatique, vont consulter les vrais savants du climat plutôt que les astrologues et les activistes réchauffistes révolutionnaires.

 Le plus farouche défenseur de l’occultisme préfère, avant de prendre la décision de se faire opérer, de confier sa santé à un éminent spécialiste de la chirurgie, plutôt qu’à un magicien fût-il anti-capitaliste.

De même, les écolo-gauchistes révolutionnaires, qui veulent prendre le pouvoir politique des sociétés où on exalte le culte du réchauffisme et les apocalypses de saint Greta qui prône le catéchisme de l’Église de climatologie, fonctionnent sur deux registres à la fois : une propagande verbale et incantatoire où ils prônent le culte du réchauffisme culturel et la réalité opérationnelle où ils savent que les tracteurs et les engrais valent beaucoup mieux pour l’agriculture que les discours des écolo-gauchistes révolutionnaires, même si pour eux, le réchauffisme idéologique prévaut toujours sur le réel, sur la rationalité et la pratique. C’est pourquoi les conséquences néfastes inéluctables de cette préférence réchauffiste idéologique sanctionneront, tôt ou tard, le culte du réchauffisme et les apocalypses de saint Greta et le catéchisme de l’Église de climatologie.

Les écolo-gauchistes anti-capitalistes révolutionnaires sont des réchauffistes irresponsables que le bon sens populaire dénonce, mais sans jamais pouvoir corriger les stupidités de l’idéologie des activistes réchauffistes anti-capitalistes révolutionnaires à la mode du socialisme en place chez les LREM.

lefigaro.fr (Avec AP) : Al Gore pointé du doigt pour sa consommation d’énergie. Un site conservateur accuse le pourfendeur du réchauffement climatique d’être un grand consommateur d’énergie. Le Centre de recherche politique du Tennessee conteste l’origine humaine du réchauffement climatique et note qu’Al Gore aurait dépensé 30 000 dollars pour régler ses factures d’électricité en 2006, sa consommation s’élevant à quasi 221 000 kw/h. « Nous voulions savoir s’il vivait selon ses recommandations« , explique Drew Johnson.

L’hypocrisie d’Al Gore est à couper le souffle. Faites ce que je dis, mais pas ce que je fais !

Al Gore n’a pas fini de faire campagne pour empêcher le réchauffement climatique. Mais Al Gore se paye le luxe de parcourir le monde afin d’exhorter les autres à se serrer la ceinture pour sauver la planète !

Al Gore réchauffiste consomme personnellement 220 000 kWh ! La facture d’électricité d’Al Gore est une malheureuse illustration de ce phénomène. Selon le Tennessee Center for Policy Research (un institut de recherche à but non lucratif), la facture électrique du domicile d’Al Gore à Nashville, TN, indiquerait une consommation d’environ 220 000kWh pour l’année 2006 (191 000kWh selon l’Associated Press), alors que la consommation moyenne d’un foyer américain est d’environ 11 000kWh par an (la moyenne de Nashville serait de 15 600kWh par an). Le monde serait beaucoup plus en danger de réchauffement climatique si tout le monde consommait autant d’énergie fossile que le réchauffiste Al Gore. (© Magali Marc pourDreuz.info).

Al Gore se prononce le matin contre le réchauffement climatique et déploie le soir tous ses efforts pour aggraver sa consommation personnelle de 220 000 kWh ! Voyons là pour le moins une contradiction, ou un dédoublement schizophrénique délirant de la personnalité médiatique du réchauffement climatique. Al Gore va devoir se mettre sérieusement au boulot pour réintégrer sa personnalité et retrouver l’univers logique, malgré ses aveuglements idéologiques et les extravagances de sa propagande réchauffiste.

Il existe ainsi de nos jours, un fonds commun mondial de désinformation réchauffiste dépourvu de toute rationalité où tous les gouvernements se rejoignent, comme des larrons en foire, pour taxer leurs ressortissants sans défense. Tout les pays vivent aujourd’hui sous l’influence de la propagande de ce fonds mondial de désinformation réchauffiste sans jamais pouvoir s’y soustraire ni échapper aux taxes qui se déversent à chaque instant sur les populations les plus pauvres et qui roulent au diesel.

On peut parler aujourd’hui de la civilisation du mensonge réchauffiste. Notre monde est un tout, dont les composants agissent à chaque instant les uns sur les autres, sous l’effet de ce fonds commun mondial de désinformation réchauffiste dont l’avenir médiatique dépend de l’utilisation malhonnête de cette désinformation réchauffiste à outrance contre toute crédibilité. La question concerne les dirigeants et les peuples, les sociétés démocratiques et les régimes totalitaires, les sociétés autoritaires traditionnelles et les dictatures modernes, les pays qui ont atteint un bon niveau d’éducation et ceux qui pâtissent d’un enseignement insuffisant, ceux qui disposent d’une grande densité de journaux et de médias et ceux dans lesquels ils sont rares et très pauvres de contenu sur les connaissances scientifiques climatiques.

Enfin, la question du mensonge réchauffiste ne se pose pas de la même manière selon qu’elle concerne les intellectuels ou des gens qui n’ont ni le loisir, ni la prétention, ni la responsabilité de vérifier le fonds commun mondial de désinformation réchauffiste et d’en tirer les idées qui influenceront l’opinion.

Malgré ces différences entre les sociétés, une grande nouveauté surnage : la difficulté, pour y voir clair, de réfléchir sainement et d’agir judicieusement devant les mensonges du fonds commun mondial de désinformation réchauffiste ne tient plus aujourd’hui qu’au manque d’honnêteté des médias réchauffistes.

Le mensonge réchauffiste existe en abondance. Le mensonge est le tyran du monde moderne et il en est aussi le valet. Nous sommes très loin de savoir tout ce que nous aurions besoin de savoir pour comprendre et pour agir sur le changement climatique. Mais les exemples abondent où les gouvernements jugent et décident, prennent des risques et en font courir aux autres, convainquent autrui et incitent les gens à se décider, en se fondant sur des informations qu’ils savent fausses, ou sans vouloir tenir compte des connaissances tout à fait sûres dont on dispose sur le changement climatique. Aujourd’hui comme toujours, l’ennemi de l’homme est au fond de lui. Jadis, c’était l’ignorance. Aujourd’hui, c’est le mensonge.

(Librement adapté de Jean François Revel, La connaissance inutile, qu’est-ce que notre civilisation ?)

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz