Publié par Gaia - Dreuz le 24 février 2020

Source : Vrt

Le cortège du carnaval d’Alost bat son plein. On y retrouve comme l’année dernière les caricatures représentant des juifs qui avaient suscité la controverse l’an dernier. Traditionnellement le bourgmestre, les hommes politiques et la famille royale ne sont pas épargnés non plus. Un aperçu en images ci-dessous.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

La société « De Zwiejtollekes » a ressorti dimanche les poupées représentant des juifs qui avaient suscité la controverse l’an dernier au carnaval d’Alost. Celles-ci sont cette fois associées à des caricatures visant d’autres religions au sein d’une sorte de stand de tir.

« Rire de tout et de tout le monde est propre au carnaval. Jamais pour blesser mais pour le plaisir », justifient les Zwiejtollekes. « Nous montrons que nous pouvons nous en prendre à tout le monde et qu’on ne se laisse pas faire. Les cibles sur nos costumes sont une manière de nous mettre nous-mêmes dans le viseur. »

La décision de l’Unesco de retirer l’évènement de sa liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité ne semble pas avoir refroidi les ardeurs des Alostois, bien au contraire. Des carnavaliers défilent ainsi en uniformes nazis avec la mention « Unestapo » dans leur dos et de nombreux chars font référence aux juifs, qui sont entre autres caricaturés en insectes.

La famille royale avec Delphine Boël, Greta Thunberg, les musulmans, les catholiques, la communauté LGBT, le coronavirus chinois ou encore le retour de Kim Clijsters à la compétition ont également inspiré les carnavaliers.

Une vingtaine de médias étrangers ont introduit une demande d’accréditation pour le carnaval d’Alost. Aucun organe de presse israélien n’est représenté, contrairement aux publications juives américaine 70 Faces Media et belge Joods Actueel. Les trois agences de presse mondiales AFP (France), Reuters (Royaume-Uni) et AP (États-Unis) sont elles aussi présentes, signe du retentissement international de la polémique née l’an dernier.

Outre des médias belges francophones beaucoup plus présents qu’à l’accoutumée, le carnaval a cette année également attiré des journalistes de France Télévisions, Euronews, Vice News ou encore Blauer Rhein Argentur.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz