Publié par Magali Marc le 24 février 2020

Les médias de masse tels que MSNBC (Chris Matthews), CNN, le New York Times et le Washington Post ont poussé des cris de panique à l’idée que les Russes auraient l’intention d’intervenir dans les élections de 2020 pour faire gagner Donald Trump (ou Bernie Sanders). Toutefois, le responsable, Shelby Pierson, a déclaré aux législateurs de la Commission du Renseignement de la Chambre des Représentants que la Russie songeaient à s’immiscer dans les élections de 2020 mais les services secrets n’ont aucune preuve que l’ingérence de la Russie vise à faire réélire Donald Trump.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit la chronique de Michael Goodwin, parue dans le New York Post, le 22 février.

**********************************

Les serpents de l’État profond se sont faufilés en douce après l’assèchement du marécage au FBI et à la CIA

« L’histoire se répète, la première fois comme une tragédie, la seconde fois comme une farce » a dit Karl Marx. On nous pardonnera sûrement de supposer qu’il avait à l’esprit le comportement scandaleux de l’État profond.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Il était tragique de constater que le FBI, la CIA et d’autres agences gouvernementales avaient abusé de leurs pouvoirs pour s’immiscer dans l’élection présidentielle de 2016 et tenter d’aider Hillary Clinton à la remporter. Aujourd’hui, le fait que certaines de ces mêmes agences reprennent leurs vieilles habitudes pour l’élection de 2020, ressemble à une farce.

La preuve de ces agissements est apportée par deux des articles de journaux les plus étranges jamais publiés.

Le premier a été publié dans le New York Times, qui a rapporté vendredi dernier que « les responsables des services de renseignement ont averti la semaine dernière les législateurs de la Chambre des Représentants que la Russie s’immisçait dans la campagne de 2020 pour faire réélire le président Trump ».

La première réaction a été un «nous y revoilà» universel. Si vous souffrez du syndrome de la folie anti-Trump, vous avez supposé qu’il était de nouveau de connivence avec Vladimir Poutine pour voler l’élection.

Si vous soutenez Trump ou si vous êtes simplement sain d’esprit et juste, vous avez réalisé que les Démocrates et les initiés de Washington essaient une fois de plus de le faire passer pour un traître et de délégitimer sa présidence.

Puis est arrivée la suite de cette farce. Le Washington Post a publié son propre scoop, un reportage selon lequel « la Russie essaie d’aider la campagne de Bernie Sanders ».

Minute Papillon! Les esprits sont dans la confusion. De quel côté sont donc les Russes ?

Comment se fait-il que Poutine essaierait-il d’aider en même temps, à la fois le candidat républicain et le candidat démocrate probable? Il est stupide ?

La meilleure question est la suivante : Les fonctionnaires de l’État Profond et leurs valets dans les médias pensent-ils que les Américains sont stupides ?

Oui, c’est ce qu’ils pensent. Ils comptent bien là-dessus.

Il est troublant que Trump et Sanders aient reçu des informations contradictoires, suggérant que les responsables des renseignements ne savent pas de quoi il parlent.

Le fait que les deux briefings aient fait l’objet de fuites est ce qui a de plus révélateur, et démontre que rien n’a changé et que les initiés utilisent toujours des informations classifiées à des fins politiques.

Qualifier cette situation de «marécageuse» n’y rend pas réellement justice. La corruption constante des services de renseignement et des forces de l’ordre du pays est une véritable menace pour ces institutions car elle détruit la confiance du public.

Cette situation était censée être résolue à l’heure qu’il est.

Rappelons que les serpents qui ont perpétré l’attaque de 2016 contre la démocratie ont disparu de leurs agences respectives. Jim Comey, Andrew McCabe, Peter Strzok et Lisa Page ne mènent plus la barque et ne manipulent plus l’agenda du FBI.

De même, John Brennan et la cabale des escrocs ont disparu de la CIA et d’autres abuseurs ont été balayés du Ministère de la Justice.
Pourtant, le problème se pose toujours.

Les renseignements recueillis pour assurer la sécurité de la nation et protéger l’intégrité des élections sont divulgués à des fins partisanes.
Cela ne peut que signifier que d’autres serpents ont pris la place des anciens. Les personnes sont différentes, les sales tours sont identiques.

Sanders et Trump ont eu des réactions similaires dans le sens où tous deux ont vu dans les fuites la preuve de complots visant à leur nuire politiquement.

Trump a également réagi au briefing en faisant appel à un nouveau directeur du renseignement national, en nommant Richard Grenell, notre ambassadeur en Allemagne, pour faire le ménage.
Naturellement, les têtes des gauchistes ont explosé, accusant Grenell d’être un pro-Trump sans expérience dans le domaine du renseignement.

  • La réponse intelligente est double :
    Premièrement, le directeur actuel, Joseph Maguire, a occupé le poste à titre intérimaire et devra quitter ses fonctions le 12 mars. De même, Grenell n’occupera le poste que temporairement, le temps de trouver un remplaçant permanent.
  • Deuxièmement, l’examen des antécédents récents suggère que le fait d’avoir des responsables du renseignement expérimentés à ce poste pourrait être la raison pour laquelle ces agences ont déraillé. Leur loyauté envers la démocratie est suspecte, alors peut-être que quelqu’un de l’extérieur peut remettre le système sur les rails.

Ce changement intervient alors que M. Trump prévoit également de réduire la taille du Conseil national de sécurité, qui a explosé au cours des dernières décennies. Certains de ses membres, notamment le lieutenant-colonel Alexander Vindman, ont témoigné contre lui lors du coup d’État de la mise en accusation. Vindman a été transféré de la Maison Blanche et renvoyé à l’armée.

Il est clair qu’il faut faire plus et cela donne plus de poids à l’investigation du Procureur général, Bill Barr, concernant les enquêteurs de 2016. Jusqu’à présent, aucune des personnes impliquées n’a été accusée de crime, ni poursuivie.

Si cela ne change pas, la corruption va s’étendre et devenir une routine plutôt qu’une exception inquiétante.

En effet, pour Comey, McCabe, Brennan et d’autres louangés par les médias anti-Trump et récompensés par de gros contrats de livres et de télévision, être un serpent est bien plus lucratif que de faire un travail honnête. C’est ça la vraie mort de l’Amérique.
(…)

Trump pourrait se débarrasser de ces Dems

L’affrontement enflammé entre le Sénateur Bernie Sanders et Michael Bloomberg lors du débat de Las Vegas s’est avéré n’être qu’une séance d’échauffement. Depuis, tous deux ont estimé que l’autre allait se faire démolir par Donald Trump.

Le président « le mâchera et le recrachera » lors des élections générales si Bloomberg remporte l’investiture, a déclaré Sanders lors d’une interview télévisée.

Pour sa part, Bloomberg a déclaré à une foule en Utah que « si nous choisissons un candidat qui fait appel à une base limitée, comme le sénateur Sanders, ce sera une erreur fatale ».

Le hic, c’est que les deux pourraient avoir raison. Il est probable qu’aucun des deux hommes ne pourra unir le parti et combler son fossé idéologique, ouvrant ainsi la voie à quatre autres années de Trump.

C’est le dilemme auquel les Démocrates sont confrontés et il n’y a pas de moyen évident de le résoudre. Parce qu’aucun des autres candidats ne semble capable de monter une campagne crédible pour l’investiture, la campagne se présente comme une course à deux.

Il s’agit d’une course pour le moins étrange.

Ni Bloomberg ni Sanders n’étaient inscrits en tant que démocrates jusqu’à récemment.

Tous deux sont des New-Yorkais de 78 ans, juifs et blancs. L’un est un magnat milliardaire bourru qui possède huit villas, l’autre est un millionnaire socialiste bourru qui en possède trois.

Beau travail les mecs!

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Sources :

https://nypost.com/2020/02/22/deep-state-snakes-slither-back-after-fbi-cia-swamp-draining-goodwin/

https://www.cnn.com/2020/02/23/politics/intelligence-briefer-russian-interference-trump-sanders/index.html

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz