Publié par Magali Marc le 25 février 2020

À présent que Bernie Sanders mène dans les primaires démocrates et qu’il est en bonne voie de devenir le candidat démocrate à la présidentielle, les Démocrates s’inquiètent de son agenda «socialiste». Lors d’une l’interview réalisée par 60 Minutes (du réseau CBS) , l’intervieweur, Anderson Cooper lui a fait écouter des extraits d’une entrevue réalisée dans les années 1980, lors de laquelle Bernie a fait l’éloge de Fidel Castro.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de Ed Morrissey, paru sur le site de Hot Air, le 24 février.

**********************

Bernie à l’émission 60 Minutes : Vous savez, Fidel a peut-être été un oppresseur, mais ses victimes ont appris à lire !

Et si Cuba avait des trains, ils seraient probablement à l’heure aussi. Maintenant que Bernie Sanders est sur la bonne voie pour l’investiture démocrate à la présidence, certaines de ses défenses les plus colorées des dictatures de gauche et du communisme ont finalement attiré l’attention des médias grand public.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Sanders s’est assis pour une interview de 60 Minutes avec Anderson Cooper, qui lui a joué des clips dans lesquels il fait l’éloge de Fidel Castro pour avoir « totalement transformé la société »

Sanders n’a pas renié ce sentiment, mais a plutôt louangé le «programme d’alphabétisation» de Castro.

Dans les années 1980, Sanders avait des choses positives à dire sur l’ex-Union soviétique et les sandinistes du Nicaragua:

« Voici pourquoi le peuple cubain ne s’est pas révolté et n’a pas aidé les États-Unis à renverser le leader cubain Fidel Castro : … il a éduqué leurs enfants, leur a donné des soins médicaux, a totalement transformé la société, vous savez cela ? »

Voci un extrait de l’échange lors de l’entrevue à 60 Minutes :

Bernie Sanders : « Nous sommes très opposés à la nature autoritaire de Cuba, mais vous savez, il est injuste de dire que tout est mauvais. Quand Fidel Castro est entré en fonction, vous savez ce qu’il a fait ? Il a mis en place un programme d’alphabétisation massif. Est-ce que c’est une mauvaise chose ? Parce que c’est Fidel Castro qui l’a fait ? »

Anderson Cooper : « Beaucoup de dissidents ont été emprisonnés à Cuba. »

Bernie Sanders : « C’est exact. Et nous condamnons cela. Contrairement à Donald Trump, soyons clairs, vous voulez bien … Je ne pense pas que Kim Jong un soit un bon ami. Je n’échange pas de lettres affectueuses avec un dictateur meurtrier. Vladimir Poutine, n’est pas un de mes grands amis. »

Comme l’a dit quelqu’un sur Twitter hier soir, Bernie doit se dire qu’il peut gagner la présidence sans la Floride.

L’alphabétisation était un problème dans le Cuba d’avant Castro, principalement dans les zones rurales du pays, mais il y aurait eu d’autres solutions que de transformer l’île en camp de prisonniers. (Le taux officiel d’alphabétisation se situait alors entre 60 et 76 %.) Ceux qui ont dû fuir le régime de Castro, et même les Cubano-Américains dont les familles ont fui celui de Fulgencio Batista – une sous-démographie différente, politiquement et plus libérale – ne vont pas apprécier d’être dépeints comme des paysans analphabètes.

Ils ne penseront pas non plus que la lutte contre l’analphabétisme constitue un contrepoids à l’oppression de Castro et à l’appauvrissement des Cubains.

Les tentatives de Sanders d’établir un parallèle avec la diplomatie personnelle de Donald Trump avec Kim Jong-un et Poutine sentent le désarroi.

Trump n’a jamais fait l’éloge de leur forme de gouvernement. Il en a peut-être fait qu’un peu trop à titre personnel avec les deux hommes, mais c’était à des fins diplomatiques.

C’est certainement un point de critique légitime, mais ce n’est pas la même chose que Sanders qui, pendant des décennies, a fait l’éloge des systèmes de gouvernement qui ont opprimé et assassiné en masse et des dictateurs spécifiquement pour avoir imposé ces systèmes.

Même aujourd’hui, Sanders ne parvient pas à éviter l’habituel cliché : on ne fait pas d’omelette sans casser quelques œufs de rationalisation pour défendre Castro.

Notez trois mots qui n’apparaissent jamais dans l’explication de Sanders : J’ai eu tort. C’est parce que Sanders ne pense pas qu’il a eu tort de soutenir Castro, les Sandinistes ou les Soviétiques. L’histoire prouve le contraire, et les Démocrates qui placent ce cinglé socialiste au sommet de leur ticket finiront dans sa poubelle.

Pour mémoire : En parlant de poubelle, Hans Bader m’a envoyé un e-mail pour me rappeler cette vérification des faits par le Washington Post concernant ces louanges lorsqu’elles venaient de Justin Trudeau.
Glenn Kessler a alors décerné trois Pinocchios au Premier ministre canadien pour le même argument, il y a un peu plus de trois ans :

« En ce qui concerne les soins de santé et l’éducation, Cuba était déjà en tête du peloton avant la révolution. Le faible taux de mortalité infantile à Cuba est souvent encensé, mais le pays était déjà en tête de la région pour cette mesure clé en 1953-1958, selon les données recueillies par Carmelo Mesa-Lago, spécialiste de Cuba et professeur émérite à l’université de Pittsburgh. En termes d’espérance de vie, Cuba occupait la quatrième place au milieu des années 1950 – et est passée à la troisième en 2005-2007. Le taux d’alphabétisation était également élevé – quatrième place dans les années 1950 – et Cuba a progressé jusqu’à la deuxième place en 2005-2007. »

« Nous pensons que les résultats globaux en matière de santé n’auraient pas été très différents étant donné les niveaux remarquablement bas de mortalité infantile dans le Cuba républicain », ont déclaré Ward-Peradoza et Devereux.

Mais ils ont dit que la révolution a probablement amélioré l’éducation.

La plupart des gains ne provenaient pas de la révolution de Castro, mais des tentatives soviétiques pour stimuler Cuba à des fins de propagande.

Lorsque l’Union soviétique s’est effondrée dans sa masse de contradictions économiques, les «gains» de Castro ont fait de même.

Carmelo Mesa-Lago a déclaré que de nombreuses avancées  ont été perdues après l’effondrement de l’Union soviétique et la fin de son soutien au régime.

Selon lui, les remarques de Trudeau étaient désuètes. « C’était vrai à la fin des années 1980, comme je l’ai prouvé dans mes livres et mes articles, mais pas après l’énorme crise économique des années 1990, lorsque l’économie a chuté de 35 % en trois ans ; après cela, les indicateurs de santé et d’éducation se sont fortement détériorés et, malgré une certaine reprise en 2000-2003, plusieurs d’entre eux sont encore en dessous des niveaux de 1989 ».

Les données recueillies par Mesa-Lago montrent que de 1989 à 2014, le nombre de lits d’hôpitaux a diminué de 29 %, les hôpitaux de 37 % et les médecins de famille de 61 %.

Les journalistes ont également démontré que les hôpitaux cubains sont mal équipés. Une série d’articles sur le système de santé cubain parue en 2004 dans le National Post du Canada indique que les pharmacies ont des faibles stocks et que les antibiotiques ne sont disponibles que sur le marché noir.

« L’un des mythes que les Canadiens entretiennent à propos de Cuba est que son peuple est peut-être pauvre et vit sous un gouvernement répressif, mais qu’il a accès à des services de santé et d’éducation de qualité », a déclaré le Post. « C’est un portrait encouragé par le gouvernement, mais la réalité est tout autre ».

Hans Bader (de CNS News) a fait des remarques similaires quand Obama a essayé de faire l’éloge de Castro pendant son bizarre tango avec Raúl en 2016.

[Note de la Traductrice: Hans Bader a aussi souligné le fait que l’ EPA (l’Agence de Protection de l’Environnement) a célébré, en 2012, le révolutionnaire sanguinaire Che Guevara, un meurtrier de masse et un tortionnaire, dans le cadre du Mois du patrimoine hispanique, même s’il s’avère que le Che était un raciste et un antisémite. Obama a aussi fait une séance photo à Cuba devant un grand portrait de Che Guevara.]

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Sources :

https://hotair.com/archives/ed-morrissey/2020/02/24/bernie-60-minutes-know-fidel-may-oppressor-boy-victims-read/

https://www.cbsnews.com/news/bernie-sanders-democratic-presidential-front-runner-anderson-cooper-60-minutes/

https://www.nationalreview.com/2018/12/bernie-sanders-twenty-things-you-didnt-know/

https://www.cnsnews.com/commentary/hans-bader/obama-parrots-discredited-myths-about-cuban-education-and-health-care

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz