Publié par Jean-Patrick Grumberg le 28 février 2020

Hier, j’ai finalement décidé d’acheter des masques de protection contre le coronavirus.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Chez Lowe’s et Office Depot, les deux grandes surfaces de bricolage du pays, on m’a répondu qu’il n’y en a plus depuis 15 jours, et qu’ils ne savent pas quand ils en recevront.

3M, la marque la plus connue du grand public, n’arrive pas à suivre la demande. L’entreprise basée à Maplewood continue d’augmenter la production de masques dans ses usines de Chine, d’Europe, d’Amérique latine, ainsi qu’aux États-Unis et dans d’autres pays d’Asie. Malgré cela, la demande mondiale continue de « dépasser l’offre », a déclaré la porte-parole de 3M, Jennifer Ehrlich, dans un email.

 » 3M s’attend à ce que la demande de respirateurs dépasse l’offre dans un avenir prévisible ».

Il existe des dizaines de marques certifiées par le CDC, le centre pour la prévention et le contrôle des maladies infectieuses (1). Aucun n’arrive à suivre la demande.

J’ai tenté ma chance dans deux pharmacies, chez un marchand de bois à la coupe, et un petit hardware store — un magasin d’outillages professionnels. Rien nulle part.

Sur Amazon, la plupart des offres de masques N95 (qui filtrent 95 % des particules de 0,3 microns), avec ou sans valve pour mieux respirer, indiquent « hors stock ». Les vendeurs qui en ont les proposent entre 300 dollars et 1000 dollars, avec un prix médian à 500 dollars. L’un d’eux attire le client avec une offre à 48 dollars, mais pour les frais de port, il facture 300 dollars – et il est sur place aux Etats-unis.

Avant, ces masques étaient vendus par boîtes de 10 ou 20 pour quelques dollars le masque. Les N99 (99% de filtrage), valaient dans les 10 dollars;

Comme mon métier m’a appris à fouiller Internet pour découvrir des informations que les médias enterrent, il ne m’a pas fallu plus d’une heure pour trouver des masques à un prix décent. Je veux dire, décent dans le contexte : 14 dollars le masque N95 frais de port inclus, au lieu de 2,5 dollars initialement.

Et dans le cours de mes recherches, je suis tombé sur une offre particulière : un professionnel d’une petite ville du Midwest propose deux cartons de 96 masques, donc 192 masques pour 1000 dollars.

Je suis un pur capitaliste. L’idée de prendre le risque d’investir 1000 dollars avec la perspective de faire un profit en misant sur la pénurie, d’un point de vue économique, est parfaitement cohérente.

D’un point de vue moral, c’est une autre affaire. S’enrichir est une chose noble, que je souhaite à tout le monde : cela permet d’offrir un meilleur avenir à nos enfants, de leur transmettre un plus gros héritage, de vivre mieux et plus confortablement, de réaliser nos rêves — ou de nous offrir la mobilité d’aller vivre ailleurs — dans son pays où un autre — si tel est notre décision.

M’enrichir sur l’angoisse des autres. Non. L’idée a immédiatement créé en moi un fort sentiment de malaise. Profiter de la pénurie en matière de santé publique, du désir de protéger les siens, et de la détresse morale de ceux qui n’arrivent pas à trouver de masques, il n’en est pas question : je ne suis pas un sociopathe.

Je sais bien que nous vivons une époque où la vérité, les faits, et la présomption d’innocence sont des valeurs sans importance.

De là à accuser, sans les connaître, sans leur accorder la moindre présomption d’innocence, les laboratoires pharmaceutiques d’être dirigés par des sociopathes qui n’ont pour objectif que de s’enrichir sur la maladie et la tragédie des autres, je n’y arrive pas, même si les écarts de prix d’un même médicament, d’un pays à l’autre, peut varier du simple au centuple, et même s’il faut l’intervention des tribunaux lors de cas d’épidémies dans un pays, et que le laboratoire propriétaire d’une solution très coûteuse, refuse de laisser le pays concerné produire à titre temporaire, le médicament.

1000 $ le masque, 27 pièces vendues — frais de port en plus

Qui veut un masque coronavirus, demandez votre masque ! 1000 dollars le masque !

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

  1. https://www.cdc.gov/niosh/npptl/topics/respirators/disp_part/n95list1.html
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz