Publié par Jean-Patrick Grumberg le 29 février 2020

Souvenez-vous : lorsqu’en octobre dernier Trump annonçait le départ des Américains de Syrie, le monde a hurlé contre lui.

Souvenez-vous encore. Je vous expliquais qu’au contraire, le président Trump venait de jouer un coup de maître en plaçant les intervenants sur le terrain en position d’affrontement.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

1

Dans mon article (1) du 9 octobre :

  • Je disais : « Trump a dressé les acteurs régionaux les uns contre les autres » et « ils doivent s’affronter pour garder le contrôle ».
  • Je disais : « La Russie va se retrouver face à la Turquie », car elle « a promis à Assad de maintenir l’intégrité territoriale de la Syrie…. [mais] Comment la Russie va-t-elle traiter avec M. Erdogan, qui a décidé de découper une partie de la Syrie à ses propres fins ?»

2 Que lisons-nous dans le Figaro (2) de cette semaine : « Idlib: la Russie et la Turquie sont au bord de l’affrontement ». C’est exactement ce que je prévoyais en octobre qu’il allait se passer, expliquant, en affrontant les critiques et les quolibets, que c’était la stratégie du président Trump.

Dans le Figaro, il est encore indiqué : « Appuyée par l’aviation russe, l’armée de Damas continue sa reconquête territoriale, au prix d’une catastrophe humanitaire. » Là encore, c’est ce que je prévoyais.

Je ne veux pas me vanter. Ce que j’écrivais en octobre n’était pas le fruit du hasard mais d’une analyse honnête sans propagande. Et ça, vous le trouverez dans aucun média en langue française : ça n’existe plus. Il n’y a plus de journalisme, plus de rapport honnête, seulement des publications destinées à faire avancer une idéologie de gauche.

Ce samedi, le média d’Etat russe RT confirme mes propos (3) :

Alors que les tensions dans la province d’Idlib atteignent leur point d’ébullition, la Turquie a demandé à la Russie de la laisser combattre le gouvernement syrien face à face, a révélé le président Recep Tayyip Erdogan.

Erdogan a demandé à Poutine de « se mettre à l’écart » et de laisser les troupes turques traiter avec le président syrien Bachar Assad, a déclaré le leader turc à son parti AK samedi.

Erdogan a déclaré qu’Ankara considère désormais les troupes du gouvernement syrien comme une cible légitime pour ses attaques, affirmant que Damas a perdu plus de 2.100 soldats à Idlib.

Concernant la géopolitique, les Etats-Unis, le président Trump, vous ne trouverez nulle part en langue française des informations plus justes et plus pertinentes que sur Dreuz.info. Vous lisez ici des choses que personne ne publie nulle part. Et je ne parle pas de la télévision, qui est une perte totale de votre temps : c’est encore pire que les médias. Ils parlent, ils parlent, et ne disent rien, ou alors vous mettent des idées dans la tête. En douce.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

  1. https://www.dreuz.info/2019/10/09/retrait-de-syrie-trump-met-la-syrie-la-russie-les-turcs-et-les-iraniens-echec-et-mat-et-protege-israel/
  2. https://www.lefigaro.fr/international/idlib-la-russie-et-la-turquie-sont-au-bord-de-l-affrontement-20200226
  3. https://www.rt.com/news/482006-erdogan-russia-syria-fighting/
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz