Publié par Dreuz Info le 5 février 2020

Christine Tasin, présidente de Résistance républicaine, dont je partage par ailleurs la vie, vient donc d’être condamnée à 4 mois de prison avec sursis, pour apologie du terrorisme.

https://ripostelaique.com/christine-tasin-condamnee-a-4-mois-de-prison-avec-sursis-pour-apologie-du-terrorisme.html

Certains trouveront étrange qu’une femme qui lutte depuis quinze ans contre l’islamisation de son pays, en expliquant ce qu’est réellement le dogme musulman, puisse se voir accusée d’apologie de ce qu’elle combat de toute ses forces, le terrorisme qui, dans presque toutes les situations, est musulman ! Dans un article, elle a essayé de comprendre ce qui a pu animer un Anglais déclassé socialement, qui, quelques jours après trois attentats islamistes, avait foncé avec sa voiture sur une dizaine de musulmans, sur un trottoir. Le Parquet, agissant sous les ordres du gouvernement, avait décidé d’instruire la plainte des islamistes du CCIF, et le procureur avait décidé que l’accusée devait se taire à jamais, et qu’une peine de 6 mois de prison, dont 4 mois fermes, l’y aiderait. Maître Pichon, son avocat, a eu beau expliquer magistralement que chercher à comprendre n’était pas justifier, manifestement, il n’a pas été entendu par les juges.

Il faut tout de même être dans un monde étrange, dans un pays devenu fou, pour que des islamistes puissent déposer plainte, pour apologie du terrorisme, contre une résistante, que cette plainte soit instruite, et l’accusée condamnée. Faut-il rappeler qu’Eric Zemmour fut poursuivi par une avocate, Samia Maktouf, qui défendait les victimes des attentats islamistes de Paris et de Nice. Il avait dit que les terroristes musulmans faisaient partie des derniers combattants prêts à mourir pour défendre leur cause. Le journaliste du Figaro avait ajouté qu’il ne les prenait pas pour des fous, qu’il les respectait, qu’il fallait les prendre au sérieux, et que c’était justement pour cela qu’il fallait les combattre. On peut discuter de la pertinence de la formule, mais il faut quand même avoir l’esprit bien tordu pour y voir l’apologie du terrorisme. Heureusement, cette plainte, grotesque, fut classée sans suite.

https://www.midilibre.fr/2016/10/07/des-victimes-deposent-plainte-contre-eric-zemmour-pour-apologie-du-terrorisme,1405232.php

Dans un autre registre, ce seront deux députés RN, Marine Le Pen et Gilbert Collard, qui se retrouveront bientôt devant la 10e Chambre du tribunal correctionnel de Paris, pour apologie du terrorisme, encore. En pleine campagne présidentielle de 2017, l’animateur vedette de BFM-TV Jean-Jacques Bourdin, s’était permis de comparer l’Etat islamique et le Front national, qui, selon lui, véhiculeraient des idéologies semblables. Exaspérée, Marine Le Pen avait posté des tweets montrant, en quelques images, la barbarie des djihadistes. Gilbert Collard fera de même, quelques minutes plus tard. Immédiatement, le Parquet de Nanterre instruira une procédure pour apologie du terrorisme, là encore.

Envisagerait-on que des militants de la mémoire, qui dénonceraient l’idéologie et la barbarie nazie, diffusent des images de prisonniers décharnés, ou de cadavres dans des fosses communes, de camps de concentration nazis, et se retrouvent accusés d’apologie du terrorisme, voire de complicité de la propagande nazie ? Serait-il imaginable que, par une perversion de la législation, un internaute qui diffuserait « Nuit et Brouillard » se retrouve devant les tribunaux, suite à la plainte de groupes nazis, accusé d’apologie du terrorisme ?

C’est ce qui est arrivé, ce jour, à Christine Tasin, c’est ce qui a failli arriver à Eric Zemmour, et c’est ce qui va arriver à Marine Le Pen et à Gilbert Collard, dans quelques temps.

Pendant ce temps-là, la jeune Mila, 16 ans, ne peut plus aller dans son lycée depuis plus de quinze jours, et aucune possibilité lui garantissant sa sécurité ne lui est offerte. Aucune plainte du Parquet n’a été déposée contre Abdallah Zekri, porte-parole du Conseil Français du Culte Musulman, qui a expliqué, sur Sud-Radio, que Mila avait cherché ce qui pourrait lui arriver. Pas davantage de plainte contre Yassine Belattar, qui se dit le frère du président Macron, qui, fin 2019, exprima le souhait que la remarquable Zineb El Rhazoui ne soit plus là en 2020. Sans oublier l’épidémie de coups de couteau qui se multiplient, partout en Europe et en France, souvent au niveau de la gorge…

Bien sûr, Christine Tasin, objet de plusieurs autres plaintes qui pourraient faire tomber le sursis, fera appel contre ce verdict qui réjouira ceux qui menacent de mort Mila.

Pierre Cassen

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

51
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz