Publié par Guy Millière le 4 mars 2020

Je reviendrai sur les élections israéliennes. Je suis tout à la fois satisfait de la victoire du Likoud et de Binyamin Netanyahou, qui montre que nombre d’Israéliens discernent que Binyamin Netanyahou est l’un des plus grands hommes d’Etat de l’époque actuelle, et en ont assez du coup d’Etat judiciaire mené contre lui par des gens médiocres et délétères, et inquiet de voir qu’il ne disposera pas d’une majorité nette. Mais j’entends parler des élections primaires démocrates aux Etats-Unis.

Le super Tuesday, au cours duquel les démocrates de quatorze Etats ont été appelés à se prononcer a donc eu lieu, trois jours après les élections primaires de Caroline du Sud.

Comme on le sait, en Caroline du Sud, Joe Biden a remporté une victoire écrasante et obtenu plus de quarante pour cent des suffrages, le double de ce qu’a obtenu Bernie Sanders.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Cette victoire a poussé l’appareil du parti démocrate à demander le retrait de candidats en faveur de Joe Biden, et deux candidats ont obéi, Pete Buttigieg et Amy Klobuchar, qui n’avaient guère de chances d’aller beaucoup plus loin. L’un et l’autre ont vu leurs électeurs potentiels se reporter sur Joe Biden. Elizabeth Warren s’est maintenue, sur demande aussi, afin de prendre des voix à Sanders qui est sur le même créneau de gauche extrême qu’elle.

Le résultat escompté a été obtenu. Joe Biden est revenu dans la course, et, ayant gagné les deux-tiers des Etats, passe devant Sanders en nombre de délégués à la convention.

L’appareil du parti démocrate s’attendait, en regardant les sondages à ce que Mike Bloomberg, arrogant, méprisant, sans aucun charisme, transfuge du parti républicain, fasse naufrage, malgré les centaines de millions de dollars qu’il a dépensé, et le naufrage a eu lieu.

L’appareil du parti démocrate voulait arrêter l’élan de Sanders, qui semblait irrépressible, et il l’a arrêté. Ni Sanders ni Biden, qui sont, de fait, les deux derniers candidats en lice, n’aura la majorité absolue de délégués au premier tour lors de la convention du parti. Les apparatchiks du parti entreront en lice pour le deuxième tour, et ils désigneront vraisemblablement Biden, sauf s’ils trouvent un nom à tirer de leur chapeau, mais il n’y en a pas à l’horizon. Hillary Clinton, qui avait mis son nom dans le chapeau, est convoquée par la justice, et ce ne sera donc pas elle. C’est au moins une bonne nouvelle. Cette femme est une horreur absolue. Corrompue. Hypocrite. Menteuse. Méchante. Criminelle. 

L’appareil démocrate ne dispose pas d’un candidat présentable. Il n’a pas voulu d’un disciple de Lénine qui entendait doter les Etats-Unis de reformes qui auraient fait que tout le pays aurait ressemblé au Venezuela de façon assez rapide, pensant à juste titre que les électeurs de gauche ne sont pas assez nombreux à avoir envie de vivre dans un pays ressemblant au Venezuela, mais il a dû se rabattre sur un disciple d’Alzheimer, dont les neurones connaissent des pannes de secteur, et cela promet de bien beaux moments.

Il ne se passe pas une journée sans que Joe Biden gratifie son auditoire de paroles mémorables.

Après avoir dit il y a trois jours que les armes à feu avaient tué cent cinquante millions d’Américains en quelques années, donc près de la moitié de la population, il a voulu citer la Déclaration d’indépendance et s’est perdu au milieu de la phrase, sans parvenir à l’achever et à retrouver son chemin. Dimanche, il parlait à un journaliste de gauche célèbre, Chris Wallace, et a oublié comment le journaliste s’appelait, alors que le journaliste l’a interviewé deux cent fois jusqu’à présent. Emporté par la joie de sa victoire au super Tuesday, il a cru parler à son épouse qui a dû lui rappeler que la femme à qui il s’adressait était en réalité sa sœur.

Si faute de mieux, c’est lui le candidat, les débats avec Trump vont être loufoques.

Comme il oublie tout, il ne se souviendra sans doute pas que son programme est à peine moins à gauche et moins destructeur que celui de Sanders.

Si j’étais un électeur démocrate dans les élections primaires qui restent, j’aurais du mal à choisir. Lénine ou Alzheimer ? La destruction rapide avec un dogmatique ou la destruction plus lente avec un homme qui a laissé son cerveau au vestiaire ?

Je n’aimerais pas être à gauche aux Etats-Unis, mais je n’ai envie d’être à gauche nulle part sur terre, et si j’ai décidé de venir vivre aux Etats-Unis c’est parce que je voulais être très loin de la gauche française, et le naufrage de la gauche américaine me réjouit plutôt. Plus elle est loin du pouvoir, plus je suis content.

Que le parti démocrate soit dans l’état où il est m’inspirerait la pitié si ce n’était un parti nuisible et odieux, et qui n’a cessé de le montrer depuis bientôt quatre ans.

La logique voudrait que Trump l’emporte de manière écrasante en novembre.

Les démocrates et les grands médias vont s’efforcer d’en rajouter dans la haine contre Trump. Ils pourront compter sur la désinformation médiatique qui va répéter que Trump est un danger absolu pour l’univers entier. Ils pourront compter sur les jeunes dont le cerveau a été essoré par des professeurs qui ont renoncé à transmettre la connaissance et qui la remplacent par l’endoctrinement. Ils pourront compter sur les minorités dont ils achètent les voix, à coup de programmes d’assistance. Trump gagnera, mais ce sera peut-être de justesse. Il lui reste beaucoup à faire pour redresser pleinement l’Amérique. Les primaires démocrates ont été décrites par des commentateurs comme un véhicule empli de clowns. Il reste deux clowns pas du tout présentables. Ce serait risible si ce n’était tragique. Trump choisit d’en rire. Il a sans doute raison.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz