Publié par Magali Marc le 10 mars 2020

Elisabeth Warren est particulièrement irritante. Toutes les fois qu’elle fait un un discours, elle lève les bras et les bouge comme si elle se prenait pour un moulin à vent.

Mêmes les Démocrates se sont moqués de la fois où elle s’est mise à danser d’une façon maladroite. Et que dire d’Hillary Clinton qui a menti à plusieurs reprises, elle aussi, et a fait semblant d’analyser la défaite électorale qu’elle n’a pas digérée, comme étant due au sexisme et à la misogynie des Américains!

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit la chronique de Kurt Schlichter, parue sur le site de Townhall, le 9 mars.

***********************

Les Dems ont raison: Les Américains trouvent les femmes gauchistes énervantes, et même très énervantes

Inscrivez cette date dans votre agenda, car c’est en ce jour que le chroniqueur principal de Townhall, Kurt Schlichter, est tombé d’accord avec la grande cheffe Warren et la Représentante au Congrès de San-crottin-Francisco, Nancy Pelosi.

Oui, elles ont raison de dire que les Américains ont rejeté la Sitting Bull bolchevique parce que c’est une femme, et plus précisément parce que c’est une femme très, très agaçante qui, en plus de son passé de mensonges de mauvais goût, a le don de vous mettre en rogne d’une façon exclusivement féminine.

Mis à part le fait qu’elle propose une version allégée du socialisme de salon, nous, les Américains, n’avions aucune envie de passer quatre ans à nous faire harceler par une bibliothécaire vieux jeu dans le Bureau Ovale , à nous faire dire que nous devons écouter nos voix intérieures, et à l’entendre exiger que nous partagions les jouets que nous avons achetés avec les enfants qui ont cassé les leurs. (…)

Bien sûr, le Vieillard Bourru Communiste Bernie et le Pas-du-tout-sénile Joe, qui s’identifient comme des mâles, sont également agaçants.

En tant que personnes délicates, les Démocrates sont tous irritants à leur manière. Mais il est vrai que Mme Warren, et d’autres femmes comme Criminelle-Hillary-von-Tailleur-Pantalon, sont irritantes d’une façon propre aux femmes. Vous voyez, les hommes et les femmes sont différents, donc des hommes et des femmes horribles peuvent nous déranger de différentes façons.

C’est là que les gauchistes obsédés s’affolent car je souligne le fait incontestable que les hommes et les femmes sont différents – une observation que Mme Warren rendrait illégale si jamais elle arrivait au pouvoir, ce qu’elle ne fera pas car la grande majorité des Américains la trouve très irritante.

Je suis d’accord avec les féministes gauchistes qui insistent sur le fait que les hommes et les femmes sont différents, bien qu’elles le fassent dans le but de faire valoir que les femmes sont meilleures que les hommes. Je ne suis pas d’accord avec cela.

Les hommes et les femmes sont tout aussi horribles lorsqu’ils sont gauchistes mais parfois ils sont horribles d’une manière qui leur est propre.

Par exemple, les hommes de gauche comme «Peyronie Bill» Clinton peuvent être particulièrement odieux en raison de leur parodie de la vraie masculinité.

Le fait d’avoir recours à une jeune interne pour apaiser son «anxiété»* est un type d’agacement différent et uniquement masculin que l’on ne s’attendrait pas à trouver chez une femme.

En revanche, des femmes comme Elizabeth Kimosabe Warren projettent cette aura condescendante de nounouisme du chromosome XX qui résonne dans les archétypes profonds de nos âmes et évoque cette enseignante de cinquième année, divorcée et d’âge moyen, qui avait des photos de ses sept chats sur son bureau et qui essayait de nous expliquer la fête Kwanzaa.

Ainsi, lorsque Mme Warren et d’autres ont insinué, alors qu’elle arrivait au bout de ses fausses beuveries de bières et quittait la course, que la raison de sa défaite totale était que les Américains ne voteraient pas pour une femme, elle avait en partie raison.

Les Américains ne voteront pas pour une femme comme elle parce qu’elle une femme très, très irritante. Il en va de même pour Hillary J’Mecasselagueule-Quand-c’est-MonTour. Nous ne l’aimons pas non plus parce qu’elle est agaçante, et c’est une personne agaçante d’une façon très spécifiquement féminine.

Non, ce n’est pas qu’elles soient trop intelligentes pour nous, les péquenauds. Au moins, nous sommes capables de trouver le Wisconsin sur une carte.

Non, ce n’est pas parce qu’elles sont trop compétentes pour nous. Aucun d’entre nous n’est allé passer un test ADN pour tenter de prouver que nous sommes les descendants de Yawatha.

Non, elles ne sont pas réalistes et elles ne nous ont pas époustouflés avec leur sens du réel. Elles sont aussi «réelles» que le sac à main Gucci que le type originaire de Lagos qui arpente Times Square peut vous vendre pour seulement 20 dollars.

Elles rappellent aux Américains leurs ex-femmes, y compris aux femmes américaines et aux hommes américains qui, comme moi, n’ont pas d’ex-femmes. Ce n’est pas de la misogynie que de ne pas vouloir s’occuper de leurs psychodrames personnels et de leurs harcèlements fastidieux. C’est de la préservation de notre santé mentale.

Maintenant, les gauchistes qualifieront cette analyse incontestablement correcte de «sexiste», mais quoi que vous disiez, ils vous traiteront de «sexistes» de toute façon.

Qui s’en soucie ?

Apparemment, nous sommes autorisés à souligner la spécificité unique des femmes par rapport aux hommes juste parce que les femmes sont uniques et spéciales par rapport aux hommes.

Mais si elles peuvent être différentes dans le bon sens, alors elles peuvent aussi être différentes dans le mauvais sens, mais nous ne sommes pas censés dire cela. Alors, assurez-vous de le dire, et à voix haute.
Pauvre Tulsi Gabbard – toujours maltraitée et toujours trompée par l’Establishment Dem, précisément parce qu’elle n’est pas perçue comme irritante d’une manière spécifiquement féminine.

Je trouve sa politique complètement erronée et c’est pourquoi je ne voterai pas pour elle lors d’une élection, mais elle semble être une personne généralement agréable qui n’a aucun intérêt à essayer agressivement de me faire devenir ce qu’elle considère comme un meilleur être humain.
C’est le problème avec les gens comme Elizabeth Warren. Ils prétendent toujours essayer de vous «rendre meilleurs».

Le fait est que la première femme élue à la présidence sera une Républicaine. Ce sera peut-être Nikki Haley

L’attrait des gauchistes pour Liz et Hillary tient peut-être en partie à l’atmosphère de femmes d’église laïque qu’elles dégagent. Peu importe ce qui vous influence, mais ne comptez pas sur moi et sur la plupart des Américains pour entrer dans la danse.

Il ne sert à rien d’essayer de corriger l’illusion entretenue par les Dems qu’ils sont tous atteints de misogynie aiguë. Les membres de l’aile des bourgeois-en-limousine-gauchistes ne sont jamais plus heureux que lorsqu’ils peuvent eux aussi feindre d’être opprimés, et l’échec total de la fausse indienne leur donne de multiples «oppressogasmes». De plus, vous ne devez jamais interrompre votre ennemi quand il, elle ou quel que soit le pronom du jour, commet une erreur.

Le fait est que la première femme élue à la présidence sera une Républicaine. Ce sera peut-être Nikki Haley, à condition qu’elle s’éveille à la nécessité de devenir une battante. Peut-être que ce sera Liz Cheney, parce qu’elle frappera nos ennemis avec furie. Mais ce sera une Républicaine, et elle ne sera pas irritante.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

*Dans Hillary, un documentaire disponible sur la plateforme de vidéo sur demande Hulu, Bill Clinton prétend que ses rapports sexuels avec Monica Lewinsky visaient à maîtriser son anxiété.

Source:
https://townhall.com/columnists/kurtschlichter/2020/03/09/the-dems-are-right-americans-find-annoying-liberal-women-very-annoying-n2563837

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz