Publié par Dreuz Info le 11 mars 2020

Le directeur adjoint d’un lycée de Rhode Island, aux Etats-Unis, s’est retrouvé dans une unité de soins intensifs après avoir accompagné un voyage scolaire en Italie.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Marc Thibault s’est réveillé, groggy, entouré de machines, mais il était suffisamment alerte pour savoir ce que cela signifiait lorsqu’il a levé les yeux et vu un prêtre, portant un équipement de protection, à son chevet à l’hôpital Miriam de Rhode Island.

« Oh la vache », se rappelle avoir pensé Thibault. « J’ai 48 ans et je vais recevoir mes derniers sacrements. »

Thibault est l’un des premiers Américains à avoir été atteint du coronavirus. Il a raconté ses jours de douleur et de peur lors de sa première interview, mardi 10 mars, s’exprimant depuis l’unité de soins intensifs de l’hôpital de Providence où il se trouve depuis 13 jours, luttant contre la maladie qui a attaqué ses poumons.

« J’étais à deux doigts de la mort », a-t-il dit, la voix fatiguée. « Aucun doute là-dessus. Aucun doute là-dessus. »

Environ 80 % des cas de Covid-19 ont tendance à être légers ou modérés, et plus de 62 000 personnes dans le monde se sont rétablies. Les personnes âgées ou celles qui présentent des problèmes de santé sous-jacents sont plus exposées.

L’épreuve de M. Thibault a commencé par un voyage scolaire à l’étranger, un voyage en Europe du 14 au 22 février qui a traversé l’Italie. L’aventure de neuf jours commençait à Milan et se terminait à Barcelone.

Marié et père de deux enfants, Thibault est directeur adjoint de la Vie étudiante à l’Académie Saint-Raphaël, une école catholique privée de Pawtucket, en banlieue de Providence.

Lorsque le groupe de 38 personnes a quitté les États-Unis, le coronavirus était dans l’actualité, mais il n’y a eu « aucun cas de coronavirus communautaire en Italie et aucun avertissement fait aux voyageurs », a déclaré l’école.

Lorsque le groupe a atterri à Milan, cependant, Thibault a trouvé étrange de voir des gens en combinaison de protection contre les matières dangereuses dans l’aéroport, mais tout semblait calme. Le groupe s’est dirigé vers la Riviera italienne, et a commencé ce qui ne serait que deux jours de visites touristiques en Italie.

Pendant cette courte période, il a commencé à entendre parler du bouclage de certaines villes, et au moment de leur départ pour la Côte d’Azur, il était soulagé de quitter l’Italie.

Trop tard.

L’Italie allait devenir l’un des endroits les plus durement touchés par le virus.

Thibault ne sait pas exactement comment il a été infecté. Il dit qu’il a utilisé du désinfectant pour les mains constamment pendant le voyage. Mais le guide local du groupe a dit avoir l’impression d’avoir la grippe, et lui et M. Thibault se sont passé le même micro pour parler aux élèves. Thibault n’est pas sûr que le guide ait jamais été testé positif.

M. Thibault n’a montré aucun symptôme pendant le voyage, mais il s’est senti exceptionnellement fatigué sur le vol de retour vers les États-Unis.

« Quelque chose ne va pas », a-t-il dit à sa femme lorsqu’il est finalement rentré au Rhode Island vers minuit le samedi 22 février.

Il est allé directement se coucher, puis le lendemain, il s’est rendu dans une clinique. M. Thibault est asthmatique, mais il fait de l’exercice tous les jours et dit qu’il tombe rarement malade.

Il a expliqué à la clinique qu’il était allé en Italie et s’est demandé à voix haute s’il pouvait avoir le nouveau coronavirus. On lui a dit qu’il ne répondait pas aux critères du test à ce moment-là parce qu’il n’avait pas vraiment les symptômes, qui peuvent inclure une fièvre ou un essoufflement.

  • Il est resté chez lui, mais son état s’est aggravé, avec une fatigue croissante, une toux sèche et quelque chose qui ressemblait à une bronchite. Il s’est rendu à l’hôpital, mais on lui a répété qu’il ne répondait pas aux critères du test.
  • Les médecins étaient cependant inquiets et M. Thibault a dit qu’il a rapidement reçu un appel du ministère de la santé du Rhode Island, qui lui a dit de se faire tester immédiatement.

« le virus m’a frappé comme un ouragan »

Un porte-parole du ministère de la santé a déclaré que l’agence ne pouvait pas faire de commentaires sur un patient en particulier, mais a noté que les directives du CDC pour les tests ont rapidement évolué.

« Nous avons examiné chaque cas du Rhode Island avec soin », a déclaré le porte-parole. « Dans chacun de ces cas, les établissements de santé concernés ont tous réagi de manière appropriée. »

Plus tard dans la semaine, M. Thibault s’est rendu à l’hôpital Miriam, où il a été admis et a été testé positif pour le virus.

Il dit que « le virus m’a frappé comme un ouragan ». Il était faible et avait du mal à respirer. L’hôpital l’a emmené aux soins intensifs, où les infirmières ont enfilé des combinaisons de type Hazmat pour entrer dans sa chambre.

Elles lui ont inséré un tube respiratoire et lui ont mis un autre tube dans la gorge pour qu’il puisse prendre des médicaments contre la pneumonie qui s’était développée dans ses poumons, a-t-il dit.

En toussant, M. Thibault a dit qu’il avait peur. Ses poumons se remplissaient de salive et les infirmières se précipitaient pour les vider, pour ensuite devoir recommencer deux heures plus tard.

« La sensation d’étouffement. C’était le pire moment », a-t-il dit. « On a l’impression de s’asphyxier, et on panique parce qu’on ne peut pas respirer. »

L’agonie a duré plusieurs jours.

Sa femme et ses deux enfants, âgés de 20 et 15 ans, n’ont pas pu lui rendre visite, de peur d’être infectés eux aussi.

« Passez l’heure suivante, puis l’heure suivante, puis encore une heure », s’est dit M. Thibault. « Si vous vous arrêtez une fois, vous êtes mort. »

Même s’il était partiellement sous sédatif, son esprit continuait de tourner.

La semaine dernière, il s’est forcé à écrire une note à sa femme, lui disant que si ses poumons s’effondraient, de ne pas le maintenir en vie.

« Je ne voulais pas avoir ça sur les épaules de ma femme. Je ne voulais tout simplement pas qu’elle fasse cela », a-t-il dit. « Je suis content qu’elle n’ait jamais eu à lire ce mot. »

Lentement, il a commencé à aller mieux. Les médecins lui ont retiré son tube respiratoire et, à son grand soulagement, ses poumons ont accéléré le rythme. Lorsqu’il a pu parler, il a remercié le personnel médical.

« Ce que ces gens ont fait pour moi au cours de ces deux dernières semaines, je leur en suis à jamais redevable », a-t-il déclaré.

Il a dit qu’il « s’en sortait » et espère pouvoir quitter l’hôpital d’ici le week-end.

Il a allumé la télévision et s’est mis au courant de l’escalade du virus.

Il craint que certaines personnes ne se rendent pas compte de la gravité de la situation et espère que les gens prennent les mesures de sécurité recommandées, du lavage fréquent des mains au fait de rester chez soi quand on est malade, pour éviter la propagation au sein de la communauté.

« Ca a failli me tuer », a-t-il déclaré. « C’est alarmant quand j’entends les gens minimiser ça comme un simple rhume. C’était pas un simple rhume, pour moi ».

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Source : Wall Street Journal

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz