Publié par Gaia - Dreuz le 15 mars 2020

Source : Christianophobie

Un beau mais triste parallèle entre la situation des chrétiens dans le nord musulman de l’Éthiopie et le Nouveau Testament…

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

L’incident s’est produit le 3 mars, dans une ville du Nord de l’Éthiopie à majorité musulmane. Sept chrétiens venus de différents districts avaient à cœur d’y faire de l’évangélisation. Comme dans les Actes des Apôtres, l’annonce de l’Évangile a échauffé l’esprit de certains opposants. Leur réaction ne s’est pas fait attendre. Plusieurs ont commencé à attaquer les chrétiens. Sous la menace grandissante, ceux-ci ont couru au poste de police le plus proche pour se protéger. Là, des officiers les ont mis en sécurité. Une fois la foule calmée, les policiers ont voulu libérer les chrétiens. Comme les magistrats lorsque Paul et Silas étaient dans la ville de Philippes. Mais le chef de la mosquée locale a fait pression sur les officiers de police pour qu’ils gardent les chrétiens en détention, affirmant qu’ils étaient venus pour brûler la mosquée. À Thessalonique, les apôtres n’avaient-ils pas été accusés de troubler la ville ? Par crainte pour la communauté, la police a gardé les sept chrétiens en prison, où ils sont restés jusqu’à ce jour. Selon une personne qui a pu entrer en contact avec eux, ils ont affirmé : « C’est un privilège pour nous de souffrir pour le Christ de cette façon. » Leur réaction est exactement la même que celle des disciples, rapportée dans les récits du livre des Actes des Apôtres.

Le soir même, vers 21 heures, des musulmans sont allés directement de la mosquée à la seule église du quartier. Transportant du combustible, des bâtons et des pierres et scandant Allahu Akbar, ils ont mis le feu aux bâtiments de l’église. Les assaillants ont également démoli les maisons de trois chrétiens et vandalisé d’autres biens. 23 chrétiens avec 7 enfants ont fui vers le quartier voisin, où ils sont hébergés à l’église locale. Ils craignent pour leur vie. Sans défense, ils ont besoin de nos prières.

Comme la Constitution éthiopienne garantit la liberté religieuse et qu’aucune loi n’interdit aux gens de parler publiquement de leur foi, les responsables régionaux de l’église ont demandé au gouvernement local d’intervenir dans cette affaire et de veiller à ce que les chrétiens soient libérés. Jusqu’à présent, pas de réponse.

Bien que le pays compte 60 % de chrétiens, pour la plupart affiliés à l’Église Orthodoxe d’Éthiopie, la persécution reste très forte dans certaines régions. Il y a tout juste un an, 13 églises avaient été attaquées dans une autre ville.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz