Publié par Jean-Patrick Grumberg le 17 mars 2020

J’avais renoncé à tenter de comprendre la logique Macron face au Coronavirus, tellement l’homme, bien que président, est incohérent, contradictoire, et finalement stupide.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

J’avais renoncé, jusqu’à lire les mesures qui viennent d’être prises par le gouvernement français. Là, j’ai enfin compris. Après le laxisme, l’incohérence et la bêtise la plus crasse, la répression policière et la bureaucratie la plus insupportable.

  • Quand il fallait fermer la frontière avec l’Italie, foyer mortel à la frontière, le président souriait béat et disait que ce n’était pas raisonnable. C’est du président grande classe ou je ne m’y connais pas. L’histoire s’écrit avec la stupidité des leaders.
  • Fin février, quand de nombreux pays fermaient – tardivement – leurs frontières pour tenter d’éviter la pandémie, Macron, lui, la créait. Il a accéléré, aggravé, encouragé la transmission massive du mortel virus refilé par les Chinois, en laissant entrer 3 000 supporters italiens lors d’un match pour la Ligue des Champions à Lyon.

    Extrême proximité des gens + provenant d’un foyer d’infection + absence de test + important regroupement humain = bouillon de culture et foyer de contagion extrême. L’histoire s’écrit avec la stupidité des leaders. Ce jour-là, des Français ont été inutilement infectés et certains en sont morts, par la stupidité et le retard à l’allumage d’un homme.

Deux députés, Danièle Cazarian et Jean-Louis Touraine, ont tenté de réveiller la conscience du président. Je pense qu’ils ont compris que le mur de leur salle de bain est plus réceptif.

Et puis il y a eu les élections municipales…

 » Allez voter ! venez-vous infecter ! c’est pas grave !

 » Allez voter ! venez-vous infecter ! c’est pas grave ! (on a besoin de vos votes, c’est notre gagne-pain, c’est notre profession, politicien). Voilà en résumé et dans la réalité, la consigne que le président français a donnée aux Français.

Dois-je rappeler ce qu’est le coronavirus ?

Mon ami Avram Miller, ex numéro 3 d’Intel, l’a je crois expliqué mieux que personne. Il a beau être gauchiste et émotionnellement extrémiste anti-Trump, sur beaucoup de sujets, le père de l’Internet à grande vitesse à la maison tient la route.

Voici ce qu’il dit sur son blog, et que beaucoup n’arrivent pas intégrer :

[Le Coronavirus] est une histoire de chiffres. Attraper le virus est un jeu de nombre. Plus vous interagissez avec des personnes, plus vous avez de risques d’être exposé.

Donc Macron, avec l’élection, a encore infecté quelques centaines de personnes, et là, il est passé à la répression. Dans la foulée !

Du laxisme façon république bananière, à la répression façon régimes communistes

Un Kleenex usagé, on le jette.

C’est l’impression, depuis l’Amérique, que me fait la déclaration du Premier ministre français lundi soir, immédiatement après les municipales.

Les Français ont servi à assurer la continuité professionnelle des politiciens, ils ont bien été infectés pour obtenir leur vote, et ils découvrent de quoi un président autoritaire est capable.

1

La répression

  • 100 000 policiers et gendarmes déployés sur tout le territoire.
  • Points de contrôle fixes et mobiles sur l’ensemble du territoire.
  • Déploiement des forces de sécurités intérieures pour préparer les points de contrôle.
  • Déplacements transfrontaliers réduits au strict maximum (vous lisez bien, les étrangers bénéficient d’un régime plus souple que vous) « dans une démarche globale européenne ».
  • Les entrées de tous les ressortissants étrangers dans l’UE sont proscrites, mais les ressortissants de l’UE pourront eux entrer (Résidents du Royaume-Uni compris).

2

La bureaucratie

  • Cerise sur le mode communiste, toutes les personnes qui se déplaceront devront être en capacité de justifier leur déplacement.
  • Pour cela, attestation obligatoire pour tout déplacement téléchargeable sur le site du Ministère de l’Intérieur, pour préciser la nature de son déplacement, la destination et le point de départ.
  • Pourra être fait sur papier libre si pas d’imprimante.
  • Amende de 135 euros, si non-respect.

La prochaine étape, je suppose, un fonctionnaire décidera si votre déplacement est justifié.

Ca me rappelle cet antisémite de Mitterrand, qui avait obligé les Français à obtenir des carnets de devises pour leurs déplacements à l’étranger, et décidé pour nous, en notre nom, combien nous avions le droit d’emporter d’argent avec nous en vacances.

Ces nazes de fonctionnaires bolcheviques au front bas avaient oublié qu’il existait des cartes de crédit – je vous parle en acteur.

Et il y a encore des abrutis qui veulent le socialisme – c’est-à-dire l’Etat qui confisque une partie de votre liberté, décide à votre place comment vous devez vivre, pendant qu’eux s’enrichissent par le copinage, et s’octroient des passe-droits qui leur permettent de ne pas subir les méchantes restrictions qu’ils imposent au peuple.

Comme j’aime ma liberté ! C’est elle qui m’a fait quitter la France. J’ai constamment eu la preuve que je ne m’étais pas trompé. Vous m’imaginez moi, avec un Macron ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz