Publié par Jean-Patrick Grumberg le 20 mars 2020

On pensait que le virus s’attrape uniquement par contact ou respiration : il reste dans l’air pendant trois heures, et sur les surfaces pendant trois jours.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Cependant, les historiens qui dans un siècle expliqueront comment le virus s’est propagé auront une autre explication, documentée par une multitude de témoignages : la stupidité. Ils diront : les gens n’ont pas été contaminés par le coronavirus, car ils savaient et pouvaient s’en protéger, ils ont été contaminés par leur propre stupidité.

Le ministre de la Santé des États-Unis a déclaré ce jeudi 19 mars : « Si nous participons tous dans le bon sens pendant 15 jours, nous pouvons inverser la courbe ». C’est aussi simple que ça. Mais les gens stupides savent mieux que les autres ce qu’il faut faire.

Regardez :

▶︎Stupidité en Israël, où l’on compte un nombre très faible de contagion en raison des décisions rapides et intelligentes qui ont été prises par le gouvernement, pourtant le Premier ministre vient de mettre le pays en état d’urgence parce qu’une partie des citoyens ont fait des choses stupides, et décuplé (doublé tous les trois jours), le nombre de personnes affectées.

« Nous avons zéro mort, et j’entends bien que nous restions à ce chiffre », a déclaré le Premier ministre lors d’une intervention publique jeudi 19 mars, où il a décrété l’état d’urgence et le recours à la police pour faire respecter ce qui n’était encore hier que des recommandations : restez chez vous, ne sortez que pour les besoins urgents : faire les courses, aller à la pharmacie… et ne vous regroupez pas, que ce soit dans les cafés, à la plage ou dans les parcs.

Rien de nouveau ou différent pour les gens qui respectent depuis le début les recommandations du gouvernement. Ce qui a été décidé, c’est pour les cons. C’est une réglementation anti-con.

▶︎Stupidité à Miami, où de nombreux participants au festival LGBTQ de Miami ont été testés positifs au coronavirus.

Le festival LGBTQ dure une semaine. Il attire des milliers de personnes chaque année. Et les organisateurs l’ont maintenu. Une semaine après, le 10 mars, plusieurs participants étaient testés positifs. Et lorsqu’ils disent plusieurs et ne publient pas de chiffre exact, le pire est à craindre.

Le festival a débuté le 4 mars et a attiré une foule de 10 000 personnes tout au long de la semaine.

Les organisateurs ont déclaré avoir « pris la décision la plus éclairée à l’époque, en suivant toutes les directives officielles disponibles ». Ah bon ? Alors que les autorités recommandaient déjà de ne pas se réunir à plus de 100 ?

L’événement avait « pris des précautions pour les participants, distribuant 10 000 bouteilles de désinfectant pour les mains et des guides d’information sur l’hygiène pour les festivaliers ». Ce sont surtout les organisateurs, qui s’en sont lavé les mains.

▶︎Stupidité à l’aéroport de Vancouver, qui reçoit toujours les avions en provenance de Chine, alors que plus personne ne sait ce qu’il s’y passe, et que la Colombie-Britannique a annoncé 40 nouveaux cas de coronavirus et un nouveau décès.

▶︎Stupidité en France, de la part du gouvernement, qui a autorisé la venue de 3 000 supporters italiens lors d’un match de foot à Lyon, alors que l’Italie est la plus touchée d’Europe. Stupidité des Parisiens qui dimanche s’amassaient les uns sur les autres sur les rives de Seine et dans les parcs, au point que la police devra maintenant garder les accès contre les cons.

▶︎Stupidité à l’université IDC d’Herzlya en Israël, où les étudiants ont organisé une fête pour Pourim malgré les appels à ne pas se réunir à plus de 100 personnes. Dans un message vidéo, le président de l’université a révélé qu’une personne contagieuse a potentiellement infecté un millier d’étudiants, qui devront se faire tester.

Stupidité, stupidité, stupidité, et encore stupidité. Tantôt du gouvernement, tantôt des citoyens, tantôt des deux. Et dire qu’avec un peu de bon sens, de la chance, de l’intelligence et de la discipline, tout pourrait être sous contrôle et presque totalement réglé le temps de découvrir le médicament. Au lieu de cela, les cons nous pourrissent la vie, nous tuent, et détruisent l’économie – pour longtemps.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz