Publié par Magali Marc le 20 mars 2020

Les médias qui auraient pu à l’occasion de cette grave crise causé par une pandémie de COVID-19 en profiter pour démontrer leur sérieux et leur souci de la vérité, ont fait tout le contraire. Ils publient la propagande anti-américaine du régime communiste chinois et prétendent que faire allusion au Coronavirus comme venant de la Chine c’est du racisme!

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit la chronique amusante de Kurt Schlichter, parue sur le site de Townhall, le 19 mars.

**********************

Les médias sont encore plus pourris que d’habitude

C’est comme si les mandarins débiles des grands médias – des sommités comme l’honnête Dan Rather, Brian « Aussi Dur-À-Cuire que Buttigieg » Williams et Zombie Cronkite – s’étaient réunis pour mettre au point un projet visant à faire en sorte que les gens haïssent les médias encore plus qu’ils ne les haïssaient déjà.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

C’était un défi de taille, car les gens considèrent les médias grand public comme quelque chose qui ressemble à la syphilis, sans le côté positif.
C’est comme s’ils avaient finalement réussi, contre toute attente, en tirant parti de cette pandémie pour détruire les médias à jamais.

Le Syndrome chinois causé par une soupe à la chauve-souris a démoli ce qui restait de la réputation des médias, y a versé de l’essence et a mis le feu avant d’aplatir le tout avec un bulldozer et y larguer un clochard de San-Merdique-Francisco afin qu’il vomisse son sandwich gratuit d’hier soir sur les décombres.

C’était le moment pour les médias de s’illustrer, un moment où nous avions besoin d’informations claires et objectives livrées par des personnes intelligentes qui posaient les questions importantes afin que les Américains puissent se protéger et protéger leurs familles.

C’était un moment critique où les médias pouvaient s’engager et nous montrer à tous que oui, les médias sont toujours importants. Ils méritent toujours notre respect.

Au lieu de cela, nous avons eu de la part d’une journaliste : « M. le Président, n’est-il pas raciste de souligner avec précision que le Coronavirus est originaire de Chine ? »

Vraiment ?

Faire remarquer que la grippe de Wuhan vient de Wuhan c’est raciste?

Oh, et puis littéralement trembler parce que quelqu’un a fait une blague amusante en l’appelant le COVID-19 «la Kung-flu».

J’aimerais que ma capacité à générer des hyperboles dans la poursuite de la critique de notre Establishment en faillite soit si grande que je puisse construire une image sublime de reporters prétendument sérieux, en temps de crise nationale, renonçant à la chance de diffuser le 411 qui sauve des vies et choisissant plutôt, et à dessein, de poursuivre les obsessions fébriles des Social Justice Warriors, des étudiants en deuxième année de sociologie de Wellesley, publiés par leur papas.

Oui, M. Chang a léché une salamandre dans un restaurant de Wuhan mais voilà, nous ne pouvons pas le dire car certains millénaires WOKE (éveillés) pourraient en avoir des vapeurs.

Et si on ne mangeait pas de trucs bizarres ?

Et que diriez-vous de ne pas être des communistes qui mentent, trichent et, en général, se fraient un chemin vers le désastre?

Et que diriez-vous de ne pas être des médias américains qui couvrent les gens qui mangent des trucs bizarres et les communistes qui mentent, trichent et, en général, se fraient un chemin vers le désastre ?

Et pourquoi ne pas renoncer à dire des mensonges au sujet du président ?

Écoutez, nous comprenons tous que vous voulez que cet étrange Joe Biden, sénile et hésitant, soit président, mais vous pourriez peut-être éviter d’afficher autant votre parti pris.

Vous avez à peine couvert son débat avec Bernie Sanders parce que ce n’était pas spectaculaire. Le papa de Hoover Biden a promis des soins médicaux gratuits et des poneys pour les étrangers en situation irrégulière.

Si Trump s’était égaré hors caméra pendant une réunion publique sur vidéo, ce serait une grande nouvelle. La démence avancée du candidat présumé du Parti Démocrate n’est pas de la nouvelle parce que vous ne voulez pas qu’on le sache.

La gestion magistrale de cette crise par Trump, en revanche, est une chose que vous ne pouvez pas gérer. Comme il fait tout ce qu’il faut – mêler transparence, leadership et optimisme avec calme et concentration – vous vous sentez obligés de fabriquer des mensonges. (…)

N’ayant jamais dirigé une opération de quelque nature que ce soit, les jeunes reporters d’une vingtaine d’années ne savent pas de quoi ils parlent. Dans le meilleur des cas, ils sont trop stupides pour faire des reportages précis ; dans le pire des cas, ils nous ont simplement menti.
Bravo les médias !

Nous sommes censés respecter ces gens, les traiter comme de braves pompiers qui risquent tout pour nous apporter la vérité. Pourtant ce ne sont que des petits menteurs minables, et pas très bons.

Je suis un avocat de Los Angeles, et franchement, je suis un peu snob quand il s’agit de gens qui essaient de me mentir, et ces matraqueurs ne sont pas à la hauteur d’un avocat chasseur d’ambulance en costume qui essaie de transformer un tamponnage de 3 km à l’heure par une histoire de paraplégique atteint d’un reste de syndrome de stress post-traumatique.

Mardi, le gouvernement chinois a décidé de jeter hors du pays un groupe de médias américains. Il a ainsi trahi ses propres amis. Mais cela montre que tout le monde déteste les médias – et même les fichus communistes pensent que nos médias sont nuls.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Source :

https://townhall.com/columnists/kurtschlichter/2020/03/19/the-media-is-even-more-garbage-than-usual-n2565172

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz