Publié par Gaia - Dreuz le 23 mars 2020

Source : Lepoint

Hani Ramadan, directeur du Centre islamique de Genève, assure que les hommes, en se livrant à la « turpitude », déclenchent des épidémies nouvelles.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Ces derniers temps, le courroux de Hani Ramadan, directeur du Centre islamique de Genève (CIG) et frère aîné de Tariq Ramadan, s’est beaucoup porté sur la Chine. Il l’accuse de persécuter les Ouïgours, une minorité musulmane, sans que la communauté internationale lève le petit doigt. Et voilà que l’apparition du nouveau coronavirus lui apparaît comme une intervention divine. Selon lui, cette « minuscule créature » a remis en cause « la toute-puissance de l’empire du Milieu », comme il l’explique dans un prêche audio d’environ huit minutes.

Pour le frère de Tariq Ramadan, il n’y a pas de doute, ce sont les péchés des hommes qui ont provoqué la colère de dieu. Se référant aux enseignements du prophète Mahomet, il explique que l’une des causes des maladies nouvelles, et aujourd’hui du coronavirus, « est le fait que les hommes se livrent ouvertement à la turpitude, comme la fornication et l’adultère, ce qui déclenche des maladies et des épidémies nouvelles ». Pour le directeur du CIG, qui a commencé son prêche en rappelant qu’il faut « craindre Allah, Allah est avec ceux qui le craignent », les musulmans doivent tout faire pour se protéger. S’il est nécessaire de « se conformer aux directives médicales », il convient également d’être « assidu dans les invocations ».

« La charia incomprise »

Hani Ramadan, petit-fils de Hassan al-Banna, le fondateur des Frères musulmans en Égypte, ne fait pas mystère de son appartenance à la confrérie, contrairement à son frère Tariq. C’est surtout un habitué des provocations. En septembre 2002, il publie dans Le Monde une tribune, intitulée « La charia incomprise », dans laquelle il explique que la lapidation constitue « une forme de purification ». Évoquant le virus du sida, il affirme que « seuls s’exposent à la contamination ceux qui ont un comportement déviant », ajoutant : « La mort lente d’un malade atteint du sida est-elle moins significative que celle d’une personne lapidée ? » Cette tribune lui a valu de se faire licencier de son poste de professeur de français dans un collège de Genève.

Plus récemment, en août 2016, Hani Ramadan, étrangement invité dans une école genevoise pour parler d’islamophobie à des jeunes de 15 à 17 ans, compare les femmes voilées à « des perles protégées dans des coquillages » et les femmes non voilées à « des euros qui passent d’une poche à l’autre ». Quelques semaines plus tard, en août 2016, le directeur du CIG remet en cause l’action des soldats américains qui avaient évité un carnage dans un train Thalys. Selon lui, ce serait une manipulation pour « rehausser le prestige des militaires américains, passablement amoindri par les agissements d’une armée qui sème la mort à grande échelle depuis des décennies partout où elle se rend », et, une fois encore, on a cherché à « diaboliser les musulmans ».

Interdit de séjour en France

Déjà interdit de séjour en France de 1997 à 2001, Hani Ramadan s’est vu remettre en avril 2017 un arrêté d’interdiction administrative du territoire français, émanant du ministère de l’Intérieur. Par ailleurs, il apparaît sur une liste de personnes dont les fonds et les ressources sont gelés, car suspectées de tenter de commettre, de faciliter ou de financer des actes de terrorisme qui y incitent ou y participent. Hani Ramadan voit dans cette interdiction « l’influence de milieux très pro-israéliens ». « Mais on ne me musellera pas. Je continuerai ma lutte antisioniste, une lutte qui n’a rien à voir avec l’antisémitisme dont vous m’accusez. »

Cette dénonciation des hommes qui « se livrent ouvertement à la turpitude, comme la fornication et l’adultère », ne manque pas de surprendre. Son frère Tariq Ramadan, mis en examen pour quatre viols en France, est certes toujours présumé innocent, mais n’a-t-il pas reconnu à plusieurs reprises devant les juges d’instruction avoir eu de multiples relations extraconjugales consenties ? Or, depuis le déclenchement de cette affaire, en octobre 2017, Hani Ramadan, qui prône pourtant la lapidation pour les fornicateurs, n’a jamais cessé de défendre son frère. S’en prenant, en revanche, avec virulence, à ceux qui critiquent Tariq Ramadan.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

43
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz