Publié par Gaia - Dreuz le 23 mars 2020

Source : Regardsprotestants

Conciles

Avant de désigner le mouvement des chrétiens visant à leur unité, le mot a désigné des conciles de l’Église. Le mot œcuménisme vient du grec oikouménê qui signifie « la terre habitée » où le mot « terre » est sous–entendu.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Du premier au VIIIe siècle, sept conciles ont été appelés « œcuméniques ». Contrairement à l’opinion partagée, c’est la dimension de la réception par les orthodoxes et les catholiques (et même Calvin plus tard) qui leur vaut
cette dénomination plus que la provenance des évêques y siégeant. Le septième concile, Nicée II tenu en 787, n’est pas reconnu par les protestants puisqu’il y est question des images. L’Église catholique continue à appeler « œcuméniques » les conciles suivants en les distinguant toutefois. Ainsi Vatican II est un « concile œcuménique » pour les catholiques.

Début du mouvement

Si c’est généralement à la Conférence internationale des missions qui s’est tenue à Édimbourg en 1910 que l’on fait remonter le départ de l’œcuménisme moderne, c’est lors de la réunion de l’Alliance évangélique à Londres
en 1846 que le terme semble avoir été employé pour la première fois dans son sens actuel par le pasteur Adolphe Monod. Parmi les pionniers de l’œcuménisme, on dénombre le patriarche orthodoxe Germain V de Constantinople, l’évêque anglican américain Charles Brent, le pasteur réformé hollandais Willem Visser ‘t Hooft, le prêtre catholique français Yves Congar ou encore l’archevêque luthérien suédois Nathan Söderblom
et le laïc américain John Mott, qui ont tous deux reçu le prix Nobel de la paix pour cette activité.

Avancées
Suite à son élection en 1902, le patriarche œcuménique de Constantinople Joachim III demande de faire la part entre la différence, d’ordre pratique, et la division. En 1908 a lieu la première « Semaine de prière pour l’unité des chrétiens » commune aux Églises. Dans une encyclique de 1920, le patriarche Germain V de Constantinople pose onze points fondamentaux comme proposition pour une future collaboration entre les Églises.

Ils serviront de base à la création du Conseil œcuménique des Églises (COE) en 1948. Entre catholiques et protestants, l’œcuménisme sera d’abord biblique avec un renouvellement et un rapprochement des exégètes. En 1937, le groupe des Dombes, lieu de dialogue non officiel entre théologiens, est créé. Après la Seconde Guerre mondiale, les expériences de célébrations communes dans les camps de prisonniers forgent un œcuménisme de terrain bientôt appuyé par Vatican II.
De nombreux accords, déclarations, chartes, concordes découleront du travail de différents dialogues. En 1999, par exemple, l’Église catholique et la fédération luthérienne mondiale signent à Augsbourg la « Déclaration commune sur la doctrine de la justification » mettant fin à la controverse existant depuis la Réforme. Depuis l’union de l’Église évangélique luthérienne de France et l’Église réformée de France, l’Église protestante unie de France est signataire de ce texte, comme les méthodistes (2006), la communion mondiale d’Églises réformées et les anglicans (2017).

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz