Publié par Jean-Patrick Grumberg le 24 mars 2020
Des centaines de personnes font la queue devant l’institut du professeur Raoult pour être testées contre le coronavirus

Je ne pensais pas vivre un jour la quarantaine, le gel de l’économie de pays entiers, les milliers de morts, à cause d’un virus venant de Chine. Mais je pensais encore moins devoir écrire un tel article.

A Marseille, ville où se trouve le laboratoire de recherche virologique du professeur Raoult, qui a testé avec succès un traitement à la chloroquine, les médecins ont décidé de passer outre les recommandations des politiciens et de soigner leurs patients.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Avec le coronavirus, l’économie à l’arrêt, nous tous bloqués chez nous, personne n’imaginait que nous connaitrions de toute notre vie une période comme celle-ci. Et pourtant, se déroule quelque chose d’encore pire sous nos yeux : les élites, les bureaucrates, le marais mondial puant que Trump a promis de nettoyer à Washington, s’est ligué pour tenter d’empêcher les gens d’être soignés.

De longues files de trois à quatre heures d’attente se sont formées devant l’IHU Méditerranée Infection de Marseille du professeur Raoult. Les gens sont là pour subir un test de dépistage du coronavirus chinois que le gouvernement refuse. Les gens ont compris. Ils ont confiance dans les spécialistes de l’institut dirigé par le professeur Didier Raoult, qui a soigné des patients atteints avec la chloroquine. Ils n’ont pas confiance dans ce que disent les « experts » incultes invités par les médias, et encore moins dans leur gouvernement, dont la gestion a été jusqu’à présent catastrophique.

Le 22 mars dernier, alors que des centaines de personnes faisaient la queue devant l’institut du professeur Didier Raoult (1) pour être dépistés, le secteur médical, à qui le gouvernement a interdit de faire son métier, a publié le communiqué suivant :

Conformément au serment d’Hippocrate que nous avons prêté, nous faisons bénéficier à nos patients de la meilleure prise en charge pour le diagnostic et le traitement d’une maladie.

Marseille, le 22 mars 2020

Épidémie à coronavirus Covid-19

Dans le contexte actuel de la propagation de l’épidémie à coronavirus Covid-19 sur le territoire français et dans le monde.

Conformément au serment d’Hippocrate que nous avons prêté, nous obéissons à notre devoir de médecin. Nous faisons bénéficier à nos patients de la meilleure prise en charge pour le diagnostic et le traitement d’une maladie. Nous respectons les règles de l’art et les données les plus récemment acquises de la science médicale.

Nous avons décidé :

• Pour les tous les malades fébriles qui viennent nous consulter, de pratiquer les tests pour le diagnostic d’infection à Covid 19 ;

• Pour tous les patients infectés, dont un grand nombre peu symptomatiques ont des lésions pulmonaires au scanner, de proposer au plus tôt de la maladie, dès le diagnostic :

– un traitement par l’association hydroxychloroquine (200 mg x 3 par jour pour 10 jours) + Azithromycine (500 mg le 1er jour puis 250 mg par jour pour 5 jours de plus), dans le cadre des précautions d’usage de cette association (avec notamment un électrocardiogramme à J0 et J2), et hors AMM.

– dans les cas de pneumonie sévère, un antibiotique à large spectre est également associé.

Nous pensons qu’il n’est pas moral que cette association ne soit pas inclue systématiquement dans les essais thérapeutiques concernant le traitement de l’infection à Covid-19 en France.

Pr Philippe Brouqui, Pr Jean-Christophe Lagier, Pr Matthieu Million, Pr Philippe Parola, Pr Didier Raoult, Dr Marie Hocquart

Le gouvernement est furieux. Les fonctionnaires, les bureaucrates, les stupides ronds de cuir de l’Administration, qui sont habitués à faire la loi et dicter aux gens ce qu’ils peuvent et ne peuvent pas faire, fulminent.

D’un point de vue éthique, les médecins ont raison. C’est indiscutable. C’est leur métier, c’est leur rôle, leur obligation, ils ont prêté serment.

Je vous ai souvent dit que j’ai quitté la France parce qu’elle n’offre pas le degré de liberté auquel je prétends, et que cela n’était pas négociable pour moi. L’assurance santé obligatoire auprès d’un organisme unique et imposé à moi, qui décide pour moi, était assez haut dans ma liste des choses inacceptables.

L’état profond n’a cependant pas dit son dernier mot, et a promis de se venger. La dictature des bureaucrates ne s’embarrasse jamais d’éthique et de respect, et la riposte ne s’est pas fait attendre. Elle est venue de plusieurs côtés : les médias bien-sûr, toujours à la botte du pouvoir au lieu d’être le contre-pouvoir, et l’OMS.

L’OMS hausse le ton contre le traitement

Ce mardi 23, l’OMS a pris la défense des fonctionnaires mondiaux et des laboratoires pharmaceutiques qui voient les promesses de milliards de revenus s’envoler à cause des solutions du Pr Raoult, et a mis en garde contre son traitement (2).

Dans un communiqué, elle a « mis en garde contre les ‘médicaments non testés’ [mensonge, Raoult a testé la chloroquine et il l’utilise depuis 20 ans avec succès] pour traiter les patients et contre la conduite d’essais cliniques inappropriés [mensonge : Raoult est l’un des plus grands spécialistes au monde, reconnu comme tel par toute la communauté scientifique]« .

L’OMS ajoute :

« Des études de petite envergure, basées sur l’observation et non randomisées, ne nous donneront pas la réponse dont nous avons besoin », a déclaré le directeur général de l’OMS, le communiste Tedros Adhanom Ghebreyesus.

« L’utilisation de médicaments non testés [c’est faux] sans les bonnes preuves [lesquelles ?] pourrait [notez le conditionnel] susciter de faux espoirs [vaut-il mieux que pas d’espoir?] et même faire plus de mal que de bien [comment ?] et provoquer une pénurie de médicaments essentiels [démagogie : il ne faudrait pas soigner le coronavirus parce que la chloroquine deviendrait pénurique, alors il faut attendre la découverte et la production d’un médicament qui n’existe pas encore et qui lui ne serait pas pénurique ? Les laboratoires seraient capables de produire en nombre suffisant un nouveau médicament, mais pas un médicament existant ?] nécessaires pour traiter d’autres maladies [l’OMS veut donner la priorité à « d’autres maladies » en pleine pandémie !]« .

Vous avez décodé ce message ? Je le fais pour vous.

Il dit : « nous n’avons pas de traitement. Raoult a un traitement. Nous préférons ne rien donner aux gens tant que nous n’aurons pas de tests à grande échelle plutôt que les soigner. »

Le professeur Raoult a ainsi commenté (3) la bêtise crasse des élites :

Il faudrait refaire une étude sur l’intérêt du parachute. Prendre 100 personnes, la moitié avec des parachutes et l’autre sans, et compter les morts à la fin pour voir ce qui est plus efficace »

http://www.leparisien.fr/societe/didier-raoult-pour-traiter-le-covid-19-tout-le-monde-utilisera-la-chloroquine-22-03-2020-8285511.php

Les médias de gauche font de la démagogie contre le traitement

Un homme meurt après avoir pris un additif utilisé pour nettoyer les aquariums, le phosphate de chloroquine – mais les médias l’ont caché

The Hill, important média de gauche anti-Trump à Washington, a publié hier un article (4) au titre aussi mensonger que sensationnaliste que je suis certain que vous allez retrouver dans vos médias.

Il dit « Un homme meurt après avoir pris des médicaments contre le paludisme [chloroquine] pour tenter de prévenir le coronavirus ».

Il faut lire l’article en entier pour apprendre, au hasard d’un paragraphe, qu’en fait l’homme et sa femme n’ont pas exactement pris de la chloroquine contre le paludisme – qui est utilisée par des centaines de millions de personnes chaque jour dans le monde depuis des décennies – mais du phosphate de chloroquine « un additif couramment utilisé dans les aquariums pour nettoyer les bocaux à poissons » (!!!). Et l’article d’ajouter qu’il n’est même pas clair si le couple en question était atteint du coronavirus : autant dire qu’ils ne savent rien.

Voilà jusqu’où les médias sont capables d’aller pour discréditer le président Trump, qui a recommandé le traitement à la chloroquine du professeur Raoult.

Heureusement, j’ai l’impression que le peuple se rebiffe contre le marécage puant des médias, du gouvernement et de l’OMS, qu’il refuse la dictature des élites, et réclame les soins du professeur Raoult.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

  1. https://www.lci.fr/sante/video-chloroquine-covide-19-coronavirus-pandemie-traitement-des-files-d-attente-devant-l-institut-ou-travaille-le-professeur-raoult-a-marseille-2148843.html
  2. https://www.biospace.com/article/world-health-organization-warns-against-untested-drugs-for-covid-19/
  3. http://www.leparisien.fr/societe/didier-raoult-pour-traiter-le-covid-19-tout-le-monde-utilisera-la-chloroquine-22-03-2020-8285511.php
  4. https://thehill.com/policy/healthcare/489097-man-dies-after-taking-malaria-medication-in-effort-to-prevent-coronavirus?fbclid=IwAR3TIJCdELyTJZZl6bDvjTekd9SzlaQ5Nv9MNQmy2IfyU7304P1XpKZLyMw

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

36
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz