Publié par Jean-Patrick Grumberg le 24 mars 2020
Chuck Schumer, leader du parti Démocrate au Sénat, a bloqué l’aide aux Américains

Il est loin le temps où la gauche faisait croire qu’elle avait le bénéfice du cœur : crispée sur un monde qui commence à lui échapper, elle n’essaye même plus.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Le coronavirus vient d’exposer au grand jour ce qui transpire depuis une dizaine d’années maintenant : toutes les nuances de la gauche, des Démocrates modérés aux communistes en passant par les socialistes, sont les descendants d’un tronc commun, qui dans toute sa cruauté et sa froideur, fait toujours passer l’idéologie avant l’homme.

Nancy Pelosi, leader du parti Démocrate à la Chambre

Les Démocrates, profitant toute honte bue que 5 Sénateurs Républicains sont en quarantaine, ont bloqué au Congrès le vote sur le programme des aides aux victimes de coronavirus. C’était un programme bipartite. C’est un programme urgent. Et ils l’ont pris en otage et fait un chantage en ajoutant au dernier moment des exigences idéologiques comme le renforcement du pouvoir des syndicats, qui n’a strictement rien à voir avec la pandémie.

Il y a quelque chose de profondément cruel, d’abjecte même, dans la prise d’otage par la gauche de millions d’Américains modestes qui ont instantanément perdu leurs emplois, leurs ressources, leur petits commerces, leurs moyens de subsistance, et ont été décimés financièrement par l’épidémie chinoise.

Il y a quelque chose d’immensément glacial et calculateur dans le refus des Démocrates de voter la gratuité des tests contre le coronavirus ou les congés maladie payés en cas de coronavirus.

Bien entendu, aucun média ne vous dira pourquoi le Sénat n’a pas voté le programme d’aide aux victimes.

Ils se contentent tous de dire que « le programme n’a pas pu être voté », sans révéler que les Démocrates l’ont bloqué, ni expliquer pourquoi. Encore une fois, ce n’est que sur Dreuz que vous apprenez la réalité. Quelques médias plus impudents que d’autres se sont même risqué à mentir en disant que le programme contenait trop peu d’argent pour les hôpitaux et pas assez de restrictions sur un fonds destiné à aider les grandes entreprises, alors que ces mesures, négociées entre Démocrates et Républicains, ont obtenu le consensus.

« Le pays est en feu et votre camp joue à des jeux politiques », a déclaré le sénateur républicain John Thune, qui a accusé, en colère les Démocrates de « traîner les pieds ».

La mesure bloquée comprend une aide financière pour les Américains modestes, les petites entreprises et les industries gravement touchées comme les compagnies aériennes.

Mais les Démocrates ont voulu ajouter des dispositions idéologiques sans rapport avec le coronavirus, dont l’extension de crédits d’impôt pour l’énergie éolienne et solaire, et l’augmentation de l’influence et des pouvoirs des syndicats.

Et ils ont pris les Américains en otage pour obtenir satisfaction, pour faire avancer l’idéologie progressiste.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz