Publié par Jean-Patrick Grumberg le 26 mars 2020

Avec plus de 1 000 morts, l’Etat de New-York, et plus particulièrement New-York City, est le plus durement touché par le coronavirus.

Contexte : Le maire communiste de New-York, Bill de Blasio, pour des raisons idéologiques, a refusé jusqu’à la mi-mars de fermer les écoles et a encouragé les gens à « continuer à vivre comme si de rien n’était ». Son explication a été que modifier le mode de vie des gens « affecterait le sentiment de normalité de la ville et l’impact que la quarantaine aurait sur les New-Yorkais les plus vulnérables. »

Il n’a finalement accepté, mais trop tard, de proposer aux habitants le confinement et de fermer les écoles que sous la menace de démission de ses conseillers médicaux et sociaux, et des annonces des syndicats enseignants que leurs membres ne se rendraient pas dans les écoles. Trop tard : il y a plus de 1 000 morts, soit la moitié de la totalité des Etats-Unis.

En réponse aux recommandations, De Blasio affichait à sa façon son refus de tenir compte du coronavirus : lundi dernier, il s’est rendu en métro à sa salle de gym, s’attirant la foudre des New-Yorkais, à tel point que même le New-York Times, quotidien très à gauche, l’a violemment critiqué (1).

Trump prend les choses en main

Voyant la situation, le président Trump s’est entretenu longuement avec le gouverneur de l’Etat, Andrew Cuomo, pour le convaincre de prendre la situation en main pour contenir l’explosion de cas avant qu’une catastrophe se produise.

Le groupe de travail constitué par la Maison-Blanche a fait des recommandations, que Cuomo a fini par accepter (c’est un Démocrate farouchement anti-Trump), et a suggéré, vu la situation, de tester un traitement expérimental.

Andrew Cuomo a déclaré hier :

« La FDA [Food and Drug Administration, un des départements du ministère de la Santé] a autorisé une procédure expérimentale selon laquelle notre Département de la santé prélève du plasma sur des personnes infectées qui ont les anticorps, et nous essayons de mettre ce plasma dans le corps d’une personne qui lutte encore contre la maladie, en espérant que les anticorps fassent la différence. »

Un traitement vieux de plus de 100 ans

Ce dont le gouverneur Andrew Cuomo parle est un traitement qui remonte à plus de cent ans. Il a été utilisé lors de la pandémie de fièvre espagnole de 1918, et de nombreux experts sont optimistes que le plasma d’un survivant de covid-19 puisse traiter un patient actuellement infecté.

L’État de New-York est donc le premier à l’essayer. New-York est au moment d’écrire ces lignes, en train de recruter des patients guéris pour démarrer le test.

Docteur Ben Carson : « cela a fonctionné dans le passé, c’est donc prometteur »

Le secrétaire au Logement et au Développement urbain, chirurgien de renom international, et membre du groupe de travail de la Maison-Blanche sur le coronavirus, le Dr Ben Carson a ainsi expliqué le traitement :

« Cela a fonctionné dans le passé, il y a plus de cent ans, pendant l’épidémie de grippe de 1918 qui sévissait ici.

Ca a été utilisé avec succès plus récemment, en 2002, lors de l’épidémie de SRAS. Ca a permis de réduire la gravité et la durée des symptômes. C’est donc prometteur.

Le concept est en fait très logique : si vous avez eu le coronavirus et que vous l’avez surmonté, il est évident que votre système immunitaire s’est mis en route et que vous avez des anticorps importants contre l’antigène viral. Et ceux-ci ont tendance à durer beaucoup plus longtemps que l’antigène.

Et donc, si nous pouvons transférer ces anticorps – cela va bien-sûr nécessiter une coordination importante avec les banques de sang, parce qu’elles doivent typer le plasma et divers autres aspects – nous devrions pouvoir obtenir des résultats très rapidement.

Cela vient d’être approuvé hier. La FDA a fait un travail de titan.

Et il y a plus d’une centaine de thérapies différentes qui sont actuellement à l’étude.

Croisons les doigts, et espérons que le monde pourra bientôt croquer de la « big apple » (surnom de New-York).

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

  1. https://www.nytimes.com/2020/03/16/nyregion/coronavirus-bill-de-blasio.html

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz