Publié par Christian Larnet le 29 mars 2020

Le journaliste allemand du magazine Spiegel, Christoph Sydow, est revenu samedi sur sa description du gouvernement d’Israël sous le Premier ministre Benjamin Netanyahu comme étant la première « Dictature de la couronne », après avoir été critiqué pendant des jours pour avoir propagé l’antisémitisme sur le site web de l’agence de presse.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Sydow a tweeté que « si je réécrivais le texte aujourd’hui, je n’utiliserais plus le mot « dictature ». Je m’en tiens à l’évaluation que les dommages qui ont été causés au système démocratique et qui pourraient être encore infligés sont immenses et auront des ramifications pour le pays ».

Le Jerusalem Post a été le premier organe de presse à rapporter les allégations selon lesquelles Sydow alimentait l’antisémitisme dans son article.

L’auteur israélien et expert en antisémitisme, Arye Sharuz Shalicar, qui est né en Allemagne de parents juifs et persans et a fait l’alya en 2001, a tweeté à Sydow :

« J’espère que vous comprenez maintenant pourquoi certaines personnes prétendent que vos reportages ont des tendances antisémites. Parce que vous accusez UNIQUEMENT l’État juif de choses que tant d’autres pays et États font ».


Shalicar est le premier à avoir exposé l’antisémitisme impliquant Sydow et le Spiegel.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

8
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz