Publié par Magali Marc le 29 mars 2020

La propagande communiste va bon train même si personne n’y croit ! La Chine et la Russie ont fait de gros titres pour des reportages selon lesquels ces deux pays ont envoyé de l’aide en Italie et en Espagne tandis que Bruxelles ne faisait rien. Manque de pot, le journal italien La Stampa a rapporté jeudi que 80 % de l’aide médicale fournie par la Russie, qui comprenait du matériel de désinfection, était « inutilisable ». Le ministère espagnol de la santé, quant à lui, a constaté que les kits de test donnés par la Chine n’étaient pas assez sensibles pour détecter la plupart des cas de coronavirus, et a décidé de les renvoyer.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’article de Nick Arama, paru sur Blog conservateur RedState, le 27 mars.

*******************

Tout va bien : une émeute éclate sur un pont en Chine alors que les gens tentent de quitter la zone contaminée par le virus de Wuhan

Le gouvernement chinois nous a dit que son pays se redresse, que les gens se remettent au travail et que, si ce n’est pas encore tout à fait que « tout va bien », ils sont certainement sur le chemin du retour à la normale.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Je pense qu’il y a peut-être eu une réduction du nombre de cas, mais je crois aussi qu’ils mentent sur les chiffres réels. Comme nous l’avons observé dans le passé, de nombreux rapports en provenance de Chine suggèrent que les chiffres pourraient être inexacts, qu’ils pourraient avoir été manipulés.

Si vous regardez les chiffres du Worldometers pour les cas en Chine, vous constatez qu’il y a eu une baisse abrupte des «nouveaux cas» après le 12 février. En comparaison, l’Italie, connaît une diminution plus progressive que l’on pourrait s’y attendre.

Pourtant l’absence de confiance envers les chiffres donnés par les fonctionnaires chinois a peut-être provoqué une émeute sur un pont entre la province de Hubei, touchée par le virus de Wuhan, et la province voisine de Jiangxi.

Il s’avère que les habitants du Jiangxi ne croient pas vraiment que les habitants de la région du Hubei peuvent circuler en toute sécurité et les auraient empêchés de traverser le pont pour aller travailler et faire d’autres choses dans leur province.

Les habitants du Hubei sont, bien sûr, prêts à tout pour pouvoir aller travailler et quitter la région maintenant que certaines des restrictions ont été levées pour certains d’entre eux.

Voici l’extrait d’un article de Nathan Vanderclippe, correspondant à Pékin pour le Globe and Mail (paru le 27 mars) :

« Des véhicules de police ont été renversés et des policiers se sont affrontés au milieu d’une grande foule de gens qui criaient, selon une série de vidéos postées sur les médias sociaux chinois. L’affrontement a eu lieu après que les autorités du Jiangxi aient bloqué l’entrée aux personnes du Hubei, selon les médias locaux […]. Les habitants du Hubei se sont vus refuser l’entrée des hôtels et de leurs maisons, même s’ils n’étaient pas au Hubei au cours des deux derniers mois. Sur les médias sociaux, des personnes ont rapporté avoir été interdites d’entrée à Pékin simplement parce que leur ville natale se trouve dans le Hubei. Aujourd’hui, la levée de certaines mesures de confinement signifie qu’un grand nombre de personnes du Hubei tentent de s’installer ailleurs en Chine, ce qui risque de provoquer de nouvelles hostilités. Vendredi, les vidéos de l’affrontement sur le pont ont montré une file d’officiers en uniforme derrière des boucliers anti-émeutes positionnés de l’autre côté du pont, bloquant les arrivants en provenance de la province de Hubei qui traversent le Yangtsé vers Jiujiang, une ville du Jiangxi. Une grande foule a marché vers le barrage en scandant «Allons-y, Hubei ! ». Dans une autre vidéo, Ma Yangzhou, le secrétaire du comité du parti dans le comté de Huangmei, du côté du Hubei, exhorte les gens à se disperser. « C’est dangereux pour vous de vous rassembler comme ça sur le pont », a-t-il dit, citant à la fois le blocage du transport et « le risque d’infection par le virus. »

Le Hubei affirme qu’il n’a eu qu’un seul nouveau cas la semaine dernière. Les gens ont fait la queue pour passer un test obligatoire afin de pouvoir sortir du Hubei, mais d’autres restrictions devraient être levées le 8 avril.

« Les autorités sanitaires ont reconnu que le nombre de cas confirmés n’inclut pas les personnes atteintes du virus mais n’ayant pas présenté de symptômes. Ces cas asymptomatiques se compteraient par dizaines de milliers. De nouvelles questions sont également apparues concernant l’exactitude du bilan officiel des décès. Au début de cette semaine, les autorités ont commencé à distribuer aux membres des familles les cendres de leurs proches incinérés. Des photos prises par des personnes dans des salons funéraires ont montré de longues files d’attente et un grand nombre de restes. Les photos publiées par Caixin Media de l’un des huit salons funéraires de Wuhan montraient bien plus de 1 000 boîtes contenant des restes.»

En d’autres termes, les cas peuvent se compter en dizaines de milliers de plus qu’ils ne le disent, et les décès sont probablement bien plus nombreux. Donc non, les États-Unis n’ont pas le plus grand nombre de cas selon toute probabilité.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Sources :

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz