Publié par Magali Marc le 4 avril 2020
Asiatic Black Bear Standing

D’après Pékin, il suffit d’injecter de la bile d’ours aux patients atteints de la grippe chinoise! En effet, le ministère chinois de la Santé a recommandé le mois dernier une injection du nom de «Tan Re Qing» composée de bile d’ours, mais aussi de poudre de corne de chèvre et d’extraits de plantes, pour les patients gravement atteints. Donc la pandémie est finie! Le problème est réglé!

D’après une dépêche de l’AFP (je cite cette agence, une fois n’est pas coutume) :

« La Chine a donné son feu vert à un médicament à base de bile d’ours afin de traiter des patients victimes du Covid-19, relançant la controverse sur le traitement des plantigrades élevés à cette fin. »

Évidemment les écolos, ces empêcheurs de tourner en rond, dénoncent depuis longtemps le sort fait en Chine à des milliers d’ours, immobilisés dans d’étroites cages où leur abdomen est perforé par un cathéter relié à leur vésicule afin d’en prélever la bile.

M’enfin, c’est vraiment n’importe quoi pour empêcher de guérir des êtres humains de cet affreux virus!

La bile d’ours, toujours d’après l’AFP, est revendue pour les qualités thérapeutiques qu’on lui prête dans la médecine traditionnelle. Elle est notamment censée aider à réguler le cholestérol ou à dissoudre les calculs biliaires et rénaux.

Cette substance, dont l’efficacité est controversée, est désormais incluse dans des recommandations médicales ajoutées par Pékin à l’arsenal de lutte contre le nouveau coronavirus.

« Le régime du président Xi Jinping, qui aime à faire vibrer la fibre nationaliste, vante depuis des années les vertus de la pharmacopée traditionnelle face à la médecine occidentale, et cette fois tout particulièrement dans le cadre du combat contre le Covid-19
« Le Tan Re Qing est indiqué dans le traitement des maladies respiratoires, notamment la pneumonie, selon son fabricant, le laboratoire Kaibao de Shanghai.»

Manque de pot, si la production de bile d’ours est légale en Chine, son exportation est interdite par la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES)!
Cela n’empêche pas le fait que quelque 20.000 plantigrades en sont réduits en Chine à verser leur bile au profit d’un marché pharmaceutique évalué à plus d’un milliard de dollars par an.

Donc, tout va bien. Les Chinois n’ont pas de problème! Ou plutôt ils ont créé un problème mais ils avaient la solution à la portée de la main!
Et c’est seulement maintenant qu’ils le disent!

Le Prof Raoult  avec sa chloroquine n’a plus qu’à se rhabiller!

Ventre saint-gris et corne-bidouille!

Magali Marc
Source:
https://www.afp.com/fr/infos/3734/chine-lours-et-sa-bile-sacrifies-sur-lautel-du-coronavirus-doc-1qc28f1

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz