Publié par Guy Millière le 6 avril 2020

Il m’arrive de surmonter mon dégoût, et de lire ce qui s’écrit sur les Etats-Unis en France au temps du coronavirus. Il m’arrive même de regarder les reportages télévisés sur le sujet diffusés sur les grandes chaines de télévision françaises.

Je ne veux pas penser que les journalistes français reçoivent des directives, et je pense donc qu’ils écrivent ou disent ce qu’ils écrivent ou disent de façon spontanée, sans avoir à recevoir d’ordres, ce qui est plus consternant encore, et est dès lors le résultat d’un conformisme consternant. Ils font presque tous de la désinformation sans le savoir. Quelques exceptions existent, bien sûr, mais elles sont rares.

Il importe donc de procéder à des rectifications de manière régulière, au titre d’antidote, pour le cas où des gens qui craignent (à juste titre) d’être contaminés par le coronavirus chinois seraient aussi pour partie contaminés par le virus de la désinformation à la française.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.


Non, je l’ai déjà dit, les Etats-Unis ne sont pas “le pays le plus contaminé du monde”, et bien que je l’aie déjà dit, je dois le répéter, car quasiment tous les journalistes ne cessent de le répéter comme des perroquets. Il y a trois fois plus de cas détectés aux Etats-Unis qu’en France, certes, mais les Etats-Unis sont cinq fois plus peuplés que la France.

Il y a actuellement, par million d’habitants, trente pour cent de tests de plus réalisés chaque jour aux Etats-Unis qu’en France, or plus on teste, plus on découvre des personnes contaminées, et le chiffre est donc une preuve que l’utilisation des tests monte en puissance aux Etats-Unis.

En Chine, on ne teste plus du tout, ce qui permet à la Chine de dire qu’elle ne compte plus du tout de nouveaux cas. Si les Etats-Unis ne faisaient plus de tests, ils pourraient dire eux aussi qu’ils ne comptent plus de nouveaux cas, ce qui serait inepte et criminel et digne de la Chine.

Devoir expliquer des choses aussi élémentaires est consternant.

Il y a à ce jour 29 morts par million d’habitants aux Etats-Unis. Il y en a 124 en France, ce qui signifie que, pour l’heure, la pandémie tue quatre fois plus en France qu’aux Etats-Unis. Ce qui devrait préoccuper les journalistes français davantage que le nombre de cas ou le nombre de morts aux Etats-Unis. Il y a à ce jour 9365 morts aux Etats-Unis, sur une population de 330 millions d’habitants. Il y en a hélas, 8078 en France, sur une population de 67 millions d’habitants, ce qui est proportionnellement beaucoup plus, et les chiffres italiens et espagnols sont plus préoccupants encore. Les chiffres chinois n’ont aucune signification. Ils sont faux.

Je dois le préciser, même si cela est dit parfois, la moitié des cas et des morts aux Etats-Unis sont concentrés dans la ville de New York, ce qui est très triste, mais ne doit pas mener à confondre New York avec l’intégralité du pays. New York a 8 millions d’habitants, la grande agglomération de New York a 23 millions d’habitants, soit sept pour cent de la population américaine. Si on retire New York des calculs aujourd’hui, le nombre de morts par million d’habitants aux Etats-Unis chute drastiquement. Il importera d’analyser pourquoi il y a une catastrophe newyorkaise. J’y reviendrai.


Non, là encore, les Américains n’hésitent pas à se faire dépister et soigner et non, les Américains ne risquent pas d’être ruinés par le fait de se faire soigner à l’hôpital pour la maladie provoquée par le coronavirus chinois. L’administration fédérale a décrété que les tests et les soins pour le Covid 19 étaient intégralement pris en charge par le gouvernement fédéral, au vu de la situation exceptionnelle.

Et non, il n’y a pas une trentaine de millions de personnes aux Etats-Unis qui n’ont pas d’assurance et ne peuvent pas se soigner. L’Obamacare a rendu le système de santé américain plus complexe et plus cher pour les personnes qui ne sont ni pauvres ni âgées de plus de soixante-cinq ans, et qui ne bénéficient donc ni de Medicaid ni de Medicare, mais il n’est pas du tout l’enfer que décrivent des ignorants en France.

Aucun Américain n’hésitera à se faire dépister et soigner dans cette période de pandémie.

Tout en ne souhaitant pas du tout tomber malade, car j’appartiens à des catégories à risque, je préfère si je tombe malade (je fais tout pour l’éviter) que cela m’arrive aux Etats-Unis. Si j’étais à Marseille, ma ville natale, je serais plus rassuré que si j’étais à Paris, et je sais exactement où j’irais, n’en déplaise à ceux qui insultent le professeur Raoult.

Aux Etats-Unis, l’hydroxychloroquine et l’azithromycine sont plus aisément disponibles qu’en France. Je ne pourrais en disposer à Las Vegas, car le gouverneur du Nevada est un abruti démocrate (pléonasme), mais je pourrais aller en Utah, en Arizona ou en Californie, car je ne suis pas privé de l’autorisation de circuler librement.  


Non, et ce qui est dit en France, là, est exact, il n’y a pas de police dans les rues aux Etats-Unis, pas d’interdictions omniprésentes, pas le moindre ausweis à présenter.

Les Etats-Unis sont un pays basé sur la responsabilité personnelle.

La population prend ses précautions sans qu’on mette des policiers partout et qu’on inflige des amendes à 150 dollars. Les journalistes français qui parlent du confinement aux Etats-Unis ne comprennent pas, je sais.

A mes yeux, ils sont mûrs pour vivre dans une dictature.


Dois-je ajouter que, contrairement à ce que disent, pour le coup, tous les journalistes français, Donald Trump gère la situation remarquablement, et n’a en aucune façon changé de discours et d’attitude au cours des récentes semaines ?

Donald Trump, initialement, n’a pas voulu provoquer d’affolement, et a voulu rassurer la population. Puis, quand la pandémie est montée en puissance, il s’est fait de plus en plus grave. Il a eu raison. Il n’y a pas eu d’affolement. Il n’y en a toujours pas.

J’éprouve une infinie répulsion pour les arrogants crétins français qui osent traiter Donald Trump de crétin, et insultent ainsi des dizaines de millions d’Américains qui voient que Donald Trump se conduit en commandant en chef digne de ce nom, lui font confiance et sont infiniment moins crétins qu’un journaliste français de qualité moyenne.

Donald Trump parle chaque jour au peuple américain, entouré de toute une équipe de gens très compétents. Il est au front, et il se bat.

Il n’a pas cumulé les erreurs criminelles d’un Macron. Il a fermé les frontières du pays dès le début du mois de février. Il a interdit l’arrivée des vols venant de Chine dès le 31 janvier, et une dizaine de jours plus tard les vols venant d’Europe. Il a demandé que l’hydroxychloroquine soit largement disponible. Il a dit qu’il fallait utiliser le “seul traitement disponible aujourd’hui”. Il a mobilisé toutes les forces vives du pays. Il a injecté 2200 trillions dans l’économie, ce qu’il n’aurait jamais fait, bien sûr, en temps ordinaires, et il reviendra vers un fonctionnement capitaliste normal quand l’effroyable orage sera passé. Il sait que l’économie et le peuple américains vont souffrir et souffrent déjà, mais il insuffle du courage et de l’espérance. Il montre qu’il est pleinement à la hauteur de la situation, et il sait faire preuve de compassion. Il a hâte que l’économie capitaliste américaine puisse redémarrer et donner à nouveau sa pleine puissance. Il écoute le docteur Fauci que des journalistes français présentent comme “infiniment plus intelligent que Trump”, et le docteur Fauci parle, à la différence des journalistes français qui abordent le sujet, avec respect pour Trump, car il sait, a la différence des journalistes français, ce que sont les responsabilités d’un commandant en chef en pareilles circonstances. Fauci parle en médecin, Trump en chef d’Etat. Fauci veut des précautions et ne regarde pas les données économiques, Trump veut que les précautions ne soient pas si omniprésentes qu’elles en viennent à occulter les dégâts économiques et à ruiner le pays.

Trump aurait voulu procéder sur un mode sud-coréen : dépistage massif, confinement limite aux personnes testées positives, traitement des malades, isolement des personnes a risqué, fonctionnement normal de la société. Il n’a pas pu car le Center for Disease Control a fourni des tests défectueux qui ont dû être remplacés, et qui le sont. Cela a malheureusement provoqué un retard très dommageable, qui n’est pas de la responsabilité de Trump.


Les journalistes français, pour la plupart, semblent espérer, comme les Démocrates un effondrement de l’économie américaine, et l’économie américaine va beaucoup souffrir, mais elle se redressera.

Les journalistes français semblent perdre de vue que l’économie américaine est la principale économie du monde occidental, et que si l’économie américaine souffre, les économies européennes souffriront infiniment plus.

Pour ce qui me concerne, je souhaite que l’économie américaine se relève très vite, ce qui signifie que je souhaite aussi que les économies européennes ne glissent pas vers le chaos.


Les Démocrates, que les journalistes français, pour la plupart, épargnent dans leurs commentaires, se comportent de manière infecte.

Ils font tout pour aggraver les difficultés économiques du pays, pour inquiéter les populations et les plonger dans la pauvreté, pour créer des déficits et des faillites.

Ils montrent qu’ils seraient bien davantage qu’incapables de gouverner le pays et que, s’ils le faisaient, ils s’emploieraient, volontairement ou involontairement, à ce que les Etats-Unis ressemblent rapidement au Venezuela sous Maduro. Que les journalistes français, pour la plupart, ne le disent pas pourrait laisser penser qu’ils ne détesteraient pas que les Etats-Unis en viennent à ressembler au Venezuela sous Maduro. Cela pourrait laisser penser aussi qu’ils ne détesteraient peut-être pas que la France ressemble un jour au Venezuela sous Maduro.  


Les journalistes français, de manière presque uniforme, épargnent aussi la Chine et c’est peut-être chez eux ce qui me répugne le plus. Et ils sont infiniment plus sympathiques envers le criminel Xi Jinping qu’envers Donald Trump

Le régime communiste chinois est un régime barbare et criminel abject. Il porte la responsabilité totale de la pandémie. Il vient de réouvrir les abominables wet market où on découpe vivants des chats, des chiens et une multitude d’autres animaux dans des conditions de cruauté vomitive et dans la saleté propice aux virus et aux épidémies.

Le régime chinois doit être endigué et dénoncé. S’il pouvait chuter, ce serait un bienfait immense pour l’humanité entière.

Le monde occidental doit cesser de dépendre de lui et devra lui présenter l’addition, des dizaines de milliards de dollars et d’euros, et le condamner ouvertement. Pour crime contre l’humanité.

Cela doit être répété sans cesse, jusqu’au moment où la pandémie prendra fin.

Et après que la pandémie ait pris fin.   

Donald Trump et des millions d’Américains le savent. Les Européens devraient le savoir bien davantage.

Il semble que fort peu de journalistes français soient prêts à le dire. Il semble que nombre de dirigeants européens sont prêts à la soumission.


Un dernier mot : n’en déplaise à ses ennemis, l’Amérique survivra. Il y a le pire en Amérique. Les dirigeants du Parti Démocrate. Il y a aussi le meilleur. En deux siècles, les Etats-Unis sont passés du statut de pays plus pauvre que les puissances européennes au statut de première puissance du monde. Ils ont vaincu le nazisme et le communisme soviétique. Ils ont écrasé l’islamo-terrorisme. Ils vaincront le coronavirus et le communisme chinois.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz