Publié par Jean-Patrick Grumberg le 10 avril 2020

Joe Biden tient des propos de plus en plus incohérents, et il fait passer les électeurs Démocrates pour des attardés, obligés de soutenir un homme qui n’a plus sa tête.

Joe Biden, en politicien de gauche qui se respecte, a lancé des attaques sur la réponse du président Trump au coronavirus. Cependant, ses demandes sont souvent incohérentes. Comme demander à Trump de faire exactement ce qu’il a déjà fait.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

1 Biden a demandé la gratuité des tests de dépistage du coronavirus chinois…. 9 jours après que Trump ait signé la loi qui dit exactement cela :

  • Le 27 mars, Biden a déclaré lors d’une interview sur CNN que « le coût du test devrait être absolument nul pour vous ». Le journaliste a fait exprès de ne pas le contredire.
  • Le 18 mars, Trump a signé le Families First Coronavirus Response Act, qui prévoit la gratuité des tests de dépistage des coronavirus.

2 Biden a demandé que les tests de dépistage du coronavirus soient disponibles dans tout le pays, 12 jours après que Trump ait annoncé que les tests étaient disponibles dans tout le pays :

  • Le 27 mars, Biden a déclaré lors d’une interview sur CNN que les tests « devraient pouvoir être disponibles dans tout le pays, et que cela aurait dû être dès le départ un objectif de l’administration ». Le journaliste n’a rien relevé.
  • Pourtant, le 15 mars, M. Trump avait annoncé lors d’une conférence de presse que « les tests étaient désormais disponibles dans les 50 États ».

3 Biden a appelé à la « coopération » entre le gouvernement fédéral et les Etats, alors que de nombreux gouverneurs Démocrates ont loué Trump pour son travail de coopération avec eux :

  • Le 27 mars, alors qu’il parlait sur CNN de la façon dont Trump est censé travailler avec les gouverneurs, Biden a déclaré :

    « Je veux dire, c’est – il est censé y avoir une coopération ici. Je veux dire que cela n’a rien à voir avec la politique. Et c’est vraiment – c’est vraiment pas le cas. Ce n’est vraiment pas le cas ». Aucune contradiction ne s’est fait entendre de la part des journalistes, qui sont autrement plus acerbes pour répondre à Trump.
  • En réalité, le 15 mars, le gouverneur Démocrate de New York, Andrew Cuomo, a fait l’éloge de Trump :

    « Je vous dis souvent quand je suis mécontent de la réponse fédérale à notre État. L’équité dicte que les félicitations soient là où elles sont dues, et ici, le président et le vice-président ont réagi très rapidement. Je tiens donc à les remercier pour cela ».
  • Le 19 mars, le gouverneur Démocrate de Californie, Gavin Newsom, a rendu hommage Trump :

    « Nous avons besoin de plus de tests… Le président m’a assuré – et non seulement il m’a assuré – mais en plus il savait où l’on peut se procurer ces tests avant même que je le lui dise. Non seulement il est au courant, mais il a déjà commencé le processus de distribution de ces tests ».
  • Newsom a déclaré plus tard le même jour :

    « Permettez-moi de conclure en faisant quelques remarques pour compléter cela. Nous avons eu aujourd’hui une conversation très importante. Elle a été ponctuée plus tôt dans la journée par le président Trump et sa conférence de presse avec le PDG de Gilead, une société basée en Californie, autour des traitements. Je tiens à féliciter le président pour l’accent qu’il a mis sur les traitements. C’est un foyer de positivité alors que nous travaillons à la mise au point d’un vaccin. Ce fut une conversation très encourageante. …
    Voici les bonnes nouvelles dans l’État de Californie. Je m’entretenais aujourd’hui avec le vice-président et le président, les remerciant pour le premier transfert depuis le stock national que nous venons de recevoir. Où nous avons reçu, littéralement, des centaines de milliers de gants et de masques. Pas seulement des N95, mais aussi des masques chirurgicaux ».
  • Le 24 mars, le gouverneur Démocrate du New Jersey, Phil Murphy, a chaleureusement remercié de Trump :

    « Je tiens à remercier le président et son administration. Nous avions besoin de lits d’hôpitaux, et nous avons quatre hôpitaux de campagne en cours de construction par la FEMA et le Corps d’armée, qui nous permettront de déplacer les personnes non-atteintes de coronavirus dans ces hôpitaux, pour libérer des lits de soins intensifs ».

4 Biden a annoncé son soutien à l’interdiction d’entrée aux États-Unis pour les personnes qui s’étaient rendues en Chine – deux mois après que Trump a annoncé une interdiction de voyager depuis la Chine :

  • Le 3 avril, la campagne de Biden a déclaré à CNN qu’il encourageait Trump à interdire l’entrée des vols depuis la Chine.
  • Le 31 janvier, Trump a promulgué l’interdiction des vols en provenance de Chine dans le but de ralentir la propagation du coronavirus chinois, et c’est probablement ce qui a permis à obtenir un taux de décès si faible, à peu près autant que la France, mais avec 5 fois plus d’habitants.

5 Biden a demandé qu’une équipe du CDC, le Centre pour le contrôle et la prévention des maladies, se rende en Chine, 50 jours après que l’administration Trump ait pris des mesures :

  • Le 25 février, Biden a déclaré :

    « Je serais au téléphone avec la Chine et je lui dirais clairement que nous allons devoir venir dans votre pays ; vous devez vous ouvrir ; vous devez être transparent ; nous devons savoir ce qui se passe ; nous devons être là avec vous, et j’insisterai, insisterai, et insisterai ».
  • Le 3 janvier, l’administration Trump a envoyé un email et appelé le CDC chinois pour parler de l’épidémie et a proposé d’envoyer le CDC américain pour aider à la lutte contre l’épidémie (la Chine a refusé, disant que la situation était mineure et sous contrôle).

6 Biden a affirmé qu’il avait demandé que la Loi de Défense sur la production [qui permet de réquisitionner les entreprises privées en temps de guerre] soit utilisée « avant tout le monde ». Et c’était après que Trump ait annoncé son intention de l’utiliser :

  • Le 18 mars, Biden a déclaré que Trump devait « donner la priorité et augmenter immédiatement la production nationale de tout équipement médical critique nécessaire pour répondre à cette crise – comme la production de respirateurs et la formation associée pour les faire fonctionner – en invoquant le Defense Production Act« .
  • Avant lui, le 18 mars, M. Trump avait déclaré lors d’un point de presse à la Maison-Blanche :

    « Nous allons invoquer le Defense Production Act, juste au cas où nous en aurions besoin. Je pense que vous savez tous ce que c’est, et cela peut apporter beaucoup de bonnes choses si nous en avons besoin. Dès que j’aurai terminé cette conférence, je le signerai. Il est prêt. Nous invoquerons donc la loi sur la production de défense ».
  • Le site Law & Crime a rapporté le 18 mars que « les commentateurs politiques et les journalistes ont noté que cette demande de Biden a été formulée après que le président Trump ait déjà annoncé qu’il invoquait le DPA.

7 Biden a demandé qu’une personne soit chargée de gérer la réponse au coronavirus – soit 5 semaines après que Trump ait chargé le vice-président Mike Pence de gérer la réponse au coronavirus, et de diriger le groupe de travail de la Maison-Blanche sur le virus chinois :

  • Le 31 mars, Biden a déclaré :

    « Qui est responsable, ce n’est pas de la science-fusée, c’est une conséquence, une conséquence incroyable que certaines choses doivent être faites maintenant – cela aurait dû être fait il y a une semaine, trois semaines, un mois. Le test pour moi est de savoir ce qu’il [Trump] va faire à partir de maintenant, et il a une responsabilité importante – mettre quelqu’un en charge. C’est une guerre, vous avez besoin d’un général. Il faut un responsable qui rende des comptes chaque jour. Faire savoir aux gens ce qui se passe exactement. Leur dire la vérité, il doit s’en occuper ».
  • Un mois plus tôt, le 26 février, M. Trump a annoncé qu’il avait choisi le vice-président Mike Pence pour diriger le groupe de travail de la Maison Blanche sur les coronavirus.

Ne soyez pas étonné que les journalistes veuillent faire remplacer Joe Biden par le gouverneur de New-York Andrew Cuomo dans la course à la présidence. Sauf que les journalistes vivent dans une bulle, et qu’ils ne savent pas ce que nous savons, et que le président Trump sait, sur ce que Cuomo a dit et fait dans le passé, et ce qu’il a dit et fait dans le passé, lorsque le président et les médias conservateurs le révèleront, lui barrera la route à la présidence.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz