Publié par Sidney Touati le 13 avril 2020

Des énormes mensonges

Depuis le début de la crise dite du Covid-19, j’ai  publié sur Dreuz, 9 articles dans lesquels je dénonce systématiquement la tentation autoritaire et notamment l’emprise mortelle du modèle chinois sur nos sociétés et ce dès le début mars 2020.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

La vérité commence à éclater.

Dire que l’épidémie de Covid-19 met en péril la survie de l’humanité comme le fait l’OMS, est un mensonge grossier, sans équivalent dans l’histoire, comme le démontre les faits :

On compte chaque année dans le monde environ 60 millions de décès.

Dans les pays à hauts revenus, les maladies non transmissibles (MNT) sont responsables de 88% des décès.

Les cardiopathies et les accidents vasculaires cérébraux sont les principales causes de mortalité dans le monde : 15.2 millions de morts en 2016.

Grippe saisonnière 2018-2019 : 650 000 décès dans le monde.

Ceux qui meurent du Covid-19 représentent une infime minorité de décès : 100 000 morts du Covid-19 sur 60 millions de morts annuels, ça fait quoi comme pourcentage ? 0,16%. ?

Dire  avec le président français que « Le Covid-19 est la plus grave crise sanitaire qu’ait connue la France depuis un siècle » est un énorme mensonge.

Dire que nous sommes en guerre, est également un énorme mensonge. L’Allemagne vient de le dénoncer. L’Allemagne a peur du retour du totalitarisme qu’elle sent poindre en France où la plupart des libertés ont été suspendues, avec la bénédiction du Conseil Constitutionnel.  L’Allemagne a été la victime et le vecteur des mensonges d’Etat. Elle connaît ça par cœur. Elle sait où ça conduit. Au désastre.

La grippe espagnole de 1919 a tué près de 40 millions de personnes. Clemenceau a interdit d’en parler. La vie politique intense a continué rassemblant des milliers de personnes.

Plus près de nous, la grippe de Hong Kong de 1968-69 a tué 1 million de personnes. Le virus a fait 50 000 morts aux Etats-Unis en moins de trois mois. En France il a provoqué 30 000 décès. Ni de Gaulle, ni Pompidou, ni Cohn-Bendit n’en ont parlé. Des criminels ? Des inconscients ?

A-t-on arrêté l’économie ? Mis en berne la vie politique et sociale ? Absolument pas. La vie a continué normalement. Les malades ont été pris en charge par les médecins et pas seulement par l’hôpital et le ministère de la santé.

Ne parler que de l’épidémie du Covid-19 à longueur d’antenne, relève d’un phénomène de panique collective irrationnelle, d’un déluge de propagande, d’un véritable rouleau compresseur, qui écrase tout, interdit toute réflexion sereine, rendant littéralement malade d’angoisse et d’inquiétude les gens.

La grande manipulation des dictateurs chinois.

La Chine a exporté le virus-Covid-19 un peu partout dans le monde.

Mais plus grave: elle a également exporté la manière de traiter la maladie en enfermant les gens, en mettant malades et gens sains dans le même sac.

La Chine ne possède pas une médecine de la qualité comparable à celle des USA. Normal qu’elle ait eu recours à des méthodes moyenâgeuses pour combattre le mal.

Le confinement de 60 millions d’habitants, les hôpitaux champignons, n’étaient qu’une mise en scène grossière dont toutes les dictatures sont coutumières. Une opération de communication  pour entraîner le monde occidental et principalement les États-Unis dans le déclin économique et les ruiner. Hitler et Staline, sans parler de Mussolini, étaient des spécialistes de la politique-spectacle. La propreté-spectacle des rues reposait sur la montagne de cadavres des camps.

Soyons vigilants. Les Chinois n’ont pas confiné toute la Chine. Mais une région seulement. L’économie chinoise continue de tourner.

Il ne faut pas copier le modèle chinois comme l’ont fait stupidement ou criminellement la France, l’Espagne et l’Italie. (Trois pays porteurs de traditions politiques autoritaires, voire fascistes).  Copier les Chinois, c’est tomber dans un piège mortel qui aggrave dans des proportions considérables le mal. Le stupide confinement autoritaire créé plus de morts que la politique souple et intelligente de l’Allemagne. On fragilise  les gens en les soumettant à la torture, en  rajoutant de la souffrance à de la souffrance. Détruire des secteurs entiers de l’économie, obère le futur  et détruit l’espérance.

C’est absurde et contreproductif d’enfermer indistinctement tout le monde, les gens sains et les malades. Ça contribue à propager le virus.

Voyons les choses lucidement. Prenons en compte les faits, rien que les faits. Ceux qui meurent du Covid-19 sont principalement des personnes âgées de plus de 65 ans, présentant de surcroît de lourdes pathologies : obésité, diabète, cardiopathie…

Enfermer, surveiller, contrôler, ériger la méfiance en méthode de gouvernement,  sont les normes de toutes les dictatures totalitaires. Elles sont totalement contraires à nos traditions de libertés. Elles nous rendent malades nerveusement, psychiquement.

Les Etats-Unis, pays de libertés, doivent faire confiance aux médecins, aux patients, à la population pour affronter cette épreuve et guérir ceux qui sont malades. La confiance est l’élément clé, le ciment, le moteur de l’économie américaine. Porter atteinte à l’ethos de confiance, c’est rendre malade cette économie qui était en pleine expansion et qui est le moteur de l’économie mondiale.

Le confinement général n’est pas une solution. C’est la source d’un immense malheur pour une masse énorme de gens. Les plus fragiles socialement.

Ajouter du malheur au malheur ne résoudra pas le problème. Créer des millions de chômeurs n’aidera pas les malades à se guérir. Nous appauvrir massivement n’est pas une solution.

Dans le passé, le monde a été confronté à des épidémies et des catastrophes bien plus redoutables que celle à laquelle nous sommes confrontés aujourd’hui.

Il n’est venu à l’idée d’aucun responsable d’arrêter l’économie et ce quelle que soit sa couleur politique. Ni Johnson (démocrate), ni Nixon (républicain) n’ont préconisé une telle mesure alors que la grippe de Hong Kong faisait 50 000 morts aux Etats-Unis. 

Celui qui aurait proposé d’arrêter l’économie aurait été traité de dangereux suicidaire et enfermé chez les fous.

Ne soyons pas dupes. Ce qui est en jeu dans cette crise ; ce sont nos libertés, nos emplois, notre niveau de vie, notre style de vie. La santé n’est qu’un prétexte dont se sont emparés des gouvernements en crise, à bout de souffle, coupés de leur population.

La Chine et ses complices tentent de s’emparer de la gouvernance mondiale en prenant possession de nos existences, de ce qui nous est le plus précieux, le plus intime : notre santé.

Les bureaucrates de l’OMS espèrent instaurer leur dictature par le biais de la peur de la maladie. Ils projettent de nous passer une sorte de camisole technologique pour nous confiner à vie.

Combattons la maladie avec des médecins qui pratiquent librement, tout en préservons nos emplois, notre niveau et notre style de vie, nos libertés. N’arrêtons pas l’économie qui est notre meilleure alliée dans la lutte contre toutes les maladies. Les pays pauvres ont une mortalité bien plus élevée que les pays à hauts revenus. Les chiffres le prouvent de manière indubitable. 

Encore une fois, la survie des classes moyennes, la survie  d’un régime de libertés, sont entre les mains des Etats-Unis. Espérons que le président Trump tiendra bon, et qu’il ne cèdera pas aux sirènes du totalitarisme chinois et au chantage des prochinois occidentaux majoritaires dans les médias. 

Les Etats-Unis et le monde libre, doivent sortir victorieux du combat contre le totalitarisme chinois et sa volonté hégémonique. Pour cela, nous appelons à combattre la maladie, tout en  préservant  les économies et tout en garantissant les libertés. 

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Sidney Touati pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz