Publié par Thierry Ferjeux Michaud-Nérard le 15 avril 2020

La crise du Coronavirus a montré la façon dont évolue et se construit la Chine communiste depuis des années. Les leçons que nous apprend la pandémie du Coronavirus exportée par la Chine communiste, chacun doit en tirer profit sur la base des conséquences révolutionnaires avec la nouvelle poussée de crises économiques, financières et sociales très violentes provoquées contre les nations de l’Occident chrétien.

Encore une fois, la Chine communiste est en guerre contre les nations de l’Occident chrétien.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Pour réussir à dézinguer le capitalisme monopoliste et financier de l’Occident, avec la pandémie du Coronavirus qui ronge les poumons des peuples jusqu’à l’asphyxie, et dont nous ne savons pas comment nous débarrasser, la Chine communiste propose de prendre le seul médicament salvateur qui vaille en la matière, le virus du communisme et de la dictature, non pas du prolétariat, mais des intellectuels de l’ultra-gauche révolutionnaire. On comprend pourquoi la Chine communiste est très liée au Coronavirus chinois qui préoccupe tout le monde aujourd’hui. Ce qu’on a appelé le coronavirus, puis le nouveau coronavirus, et que l’on appelle aujourd’hui le Covid 19, est apparu en Chine à la mi-décembre 2018, dans la ville de Wuhan.

Ce virus n’a pas été immédiatement identifié comme la cause de pneumonies graves. Mais les cas se sont multipliés. En janvier 2020, les autorités de santé de la province du Hubei, puis le gouvernement central, ont compris qu’il s’agissait d’autre chose que le SARS (Severe acute respiratory syndrom) qui affecta la Chine en 2002-2003 et qui présentait déjà de grands dangers, car c’était une épidémie grave dont la particularité était de se diffuser très rapidement. Les autorités de ce pays ont réagi mollement et elles ont alerté très tard le monde entier. Ensuite, décision fut prise de confiner Wuhan, à partir du 23 janvier. Il a fallu un certain temps pour qu’il devienne clair, au sein de la population, que l’épidémie ne serait pas cantonnée à la province du Hubei, mais qu’elle allait gagner toute la Chine, qu’elle allait se répandre et que chacun serait concerné.

Selon le principe de tolérance de la civilisation libérale à l’idéologie socialo-marxiste, la presse collabo dominante de gauche reste inconsciente de son devoir d’informer honnêtement, comme le journal Le Monde, dont les articles comme les éditoriaux partisans n’ont d’autre but que d’imposer aux lecteurs une opinion de gauche pro-Macron. C’est pourquoi les médias collabos de gauche pro-Macron trient à charge les échos de l’opposition et sélectionnent les informations qu’ils mettent à la disposition des lecteurs. Ils mettent en forme les informations de gauche et les raisonnements partisans qui permettront de façonner des lecteurs soumis.

Dans les nations altérées par l’idéologie socialo-marxiste, les médias de propagande de l’information officielle corrigée, l’éducation LREM-socialiste et la communication de guerre en pantoufles de Macron depuis son bureau de l’Élysée, se dégradent forcément ensemble. Le professeur de gauche transmet aux élèves et le journaliste de gauche à ses lecteurs, non ce qu’ils savent être vrai, mais ce qu’ils veulent leur faire croire.

Ils leur cachent ce qu’ils souhaitent leur laisser ignorer. Pour rester dans l’orthodoxie de l’idéologie et de la propagande socialo-marxiste respectable, ils font des mensonges de la presse un idéal moral de gauche pro-Macron et une obligation en conformité avec la bêtise affichée des mensonges de la Si bête Ndiaye.

La peur de la tyrannie socialo-marxiste remplace dans leur esprit soumis le respect de la vérité. Pour comprendre la tyrannie de l’idéologie et de la propagande socialo-marxiste dans les médias dominants, il faut se remémorer le climat de terreur qui domine encore à gauche, comme au centre et même à droite, ou pour ce qu’il en reste, par la peur de passer pour anticommuniste. Trois décennies après que l’Empire soviétique de l’URSS ait réussi sa décomposition absolue, personne ne peut oublier l’intimidation politique et la dictature intellectuelle des crypto-communistes, parmi les plus dures, dans les médias des démocraties occidentales !

Les attrape-nigauds du moment et la bienveillance de la gauche pour la Chine communiste justifient la désinformation et les mensonges de la Chine communiste sur la pandémie du Coronavirus. Le mythe de la Chine « démocratique » est une sorte de hochet et de leurre pour les médias collabos de la gauche pro-Macron qui accréditent le mythe d’un communisme chinois devenu libéral et qui dénigrent l’anticommunisme comme une obsession réactionnaire. Surtout en France, après la débâcle de la gauche en 2017, brisée et battue dans les urnes, qui continue à nuire après recyclage dans le camp du progressisme de la macronnerie vulgaire.

C’est pourquoi la tyrannie de l’idéologie et de la propagande socialo-marxiste continue à faire l’objet d’un culte religieux, comme d’un devoir sacré, dans les médias dominants collabos pro-Macron. Toute critique du communisme chinois serait accusée de crime contre la gauche LREM et de complot destiné à entraver la participation des socialistes au pouvoir. L’histoire de France manipulée par Macron se soumet par obligation à l’avenir électoral des socialistes LREM dépendant encore de l’appoint des fragiles voix communistes. Donc, tout le monde ménage les communistes chinois et les communistes chinois peuvent impunément tromper tout le monde, comme Macron peut impunément insulter tout le monde. Vouloir tenir tête aux communistes chinois et dénoncer leurs mensonges sur la pandémie du Coronavirus exporté par la Chine communiste doit rendre le média audacieux marginalisé par tous les partis, et surtout par la gauche LREM crypto-communiste.

Incapables de s’arracher à l’ornière idéologique socialo-marxiste où expire la curiosité intellectuelle, les décodeurs du journal Le Monde ne parviennent même plus à exprimer correctement leurs préjugés. Car Le Monde de gauche pro-Macron, qui se croit l’avocat d’un libéralisme réformateur, est coloré par l’idéologie de la gauche LREM crypto-communiste toujours aussi nostalgique de la déchéance du collectivisme marxiste.

Nul n’ignore que la forteresse médiatique dominante penche toujours à gauche contre la majorité des Français dans leur ensemble, ce qui échappe naturellement à la réflexion de la majorité des sociologues de la nouvelle génération de gauche qui souffrent d’une pathétique obturation intellectuelle pro-Macron. Comment les décodeurs du journal Le Monde peuvent-ils croire informer, alors qu’ils ont perdu le désir de comprendre ?

Dans bien des articles partisans vidés de leur sens des décodeurs du journal Le Monde, on revoit la vieille serpillière intellectuelle réduite en loques à force d’avoir essuyé tout et n’importe quoi pro-Macron !

Les experts et les politiciens pro-chinois reconstruisent l’insurpassable musée des horreurs maoïstes derrière le décollage économique qui a succédé à l’écroulement chinois, caché par la censure maoïste, dont les journaux, les intellectuels et les gouvernements français furent presque tous dupes jusqu’à la démence.

Les décodeurs du journal Le Monde ignorent le caractère unique et incomparable de chaque situation politique, de chaque configuration sociale, de chaque culture et de leur complexité incompréhensible s’ils s’obstinent à leur appliquer ces passe-partout de la pensée à savoir l’idéologie crypto-marxiste de gauche.

Quoi qu’il en soit, les journalistes de gauche sont soumis à la propagande de la Chine communiste et ils continuent à espérer des insurrections d’extrême gauche contre les démocraties pluralistes et libérales, à quoi ils s’emploient infatigablement, en minorant toujours les attentats terroristes dans le monde.

C’est pourquoi les médias de gauche diffusent la haine de la démocratie en Amérique et au Royaume Uni, à l’aide des journalistes partisans de gauche, ces bons petits révolutionnaires en chambre, parmi les plus malhonnêtes et les penseurs politiques les moins intelligents ! Les aberrations et les illusions des journalistes de gauche sur la Chine communiste sont toujours encouragées par l’idéologie crypto-marxiste de gauche.

Pour eux, l’Amérique de Trump est comme le miroir de leurs propres obsessions anti-américaines et le miroir des obsessions de la gauche crypto-marxiste, haineuse contre l’Amérique de Trump, mais onirique dans le cas de la Chine communiste ou de Cuba. Ainsi, après la décomposition de l’URSS, la gauche crypto-marxiste vit dans la nostalgie de la révolution imaginaire de 1968, avec les élucubrations de Cohn-Bendit sur LCI, le néo-fasciste écolo-gauchiste petit-bourgeois, le mystificateur et rentier d’une vie oisive et parasitaire.

Quoi qu’il en soit, la plupart des gens intelligents, réfléchis et sensés, ne reconnaissent pas le moindre réalisme politique, ni la plus mince exigence morale, aux égarements abrutis de Cohn-Bendit sur LCI.

Malgré cela, l’intelligentsia de gauche en déclin croit, les yeux fermés, à la propagande de la Chine communiste sur la pandémie du Coronavirus, le virus chinois exporté par la Chine communiste.

Elle disculpe entièrement les Chinois de leurs propres échecs et les attribue à l’effet de domination de la politique de Trump et des États-Unis toujours très critique vis-à-vis de la Chine communiste.

Et la gauche crypto-marxiste veut croire à la révolution, par procuration de la Chine communiste, dont elle a été frustrée en 1968. Aujourd’hui, la gauche crypto-marxiste ne voit pas d’où pourrait venir la révolution mondiale, si ce n’est peut-être de la Chine communiste révolutionnaire. Après la déconfiture de mai 1968, la gauche française, spécialiste de la révolution par procuration, cherchait une espérance révolutionnaire dans le Nouveau Monde de Macron. C’est pourquoi la gauche révolutionnaire crypto-marxiste trouve un nouveau support à ses rêves insurrectionnels en 2020 dans la propagande mensongère de la Chine communiste et les données truquées sur la pandémie du Coronavirus. C’est oublier, une fois de plus, que la Chine communiste a toujours menti et qu’elle continue à mentir, conformément à la propagande marxiste révolutionnaire.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz