Publié par Guy Millière le 15 avril 2020

Je n’attendais rien du discours d’Emmanuel Macron lundi soir, sinon des nuisances, car je sais qu’Emmanuel Macron n’est rien, juste une nuisance.

Je l’ai défini autrefois comme un pantin gonflé à l’hélium, et je pense que la définition garde toute sa pertinence. Un psychiatre italien l’a défini comme un psychopathe, c’est une définition qui convient aussi.  On peut être un psychopathe et un pantin gonflé à l’hélium.

Dreuz a besoin de vous : Le journalisme indépendant ne reçoit aucune aide d’Etat. Dreuz.info ne peut pas exister sans votre soutien financier. Pour contribuer en utilisant votre carte de crédit (sans vous inscrire à Paypal), cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution. Nous vous remercions.

Emmanuel Macron n’a rien annoncé, sinon une fin du confinement le 11 mai pour les enfants et les personnes de moins de 65 ans. Et un confinement plus long pour les personnes plus âgées. S’il suit l’avis de la Commission européenne, le confinement pour les personnes plus âgées pourrait durer jusqu’à l’automne.

Il a dit dans sa grande bonté que les membres des familles pourraient venir dans les maisons de retraite assister à l’agonie de leurs parents, ce qui est très gentil de sa part. Il n’a pas précisé si les membres des familles peuvent entrer dans la chambre avant ou après l’injection de Rivotril.  

Je n‘ai pas vu d’humilité chez lui. Macron est incapable d’humilité, et s’il a concédé quelques “failles”, il s’est félicité de succès qu’il est seul à voir :  je ne dresserais pas la liste de ses échecs et de ses décisions néfastes et meurtrières, je l’ai déjà fait trop souvent.

J’ai vu des propos flatteurs pour le personnel soignant, qui agit en situation de pénurie, et qu’il faisait matraquer il y a quelques semaines, et j’ai vu aussitôt l’hypocrite facticité de ces propos. J’ai entendu des propos parlant de la fermeture des frontières avec les pays extérieurs à l’Europe, ce qui a signifié le maintien total de l’ouverture des frontières de la France.

Je n’ai vu aucune compassion pour les souffrances des gens emprisonnés dans leur maison ou leur appartement.

Macron a complimenté les Français : dès lors que les Français n’ont le choix qu’entre subir et se trouver sanctionnés, ils peuvent se passer de félicitations. Sans doute les félicitations étaient-elle destinées à renforcer une docilité installée des semaines grâce à la peur de la mort.

Macron a entériné les “tests scientifiques” européens destinés à prouver que l’hydroxychloriquine est inefficace, et il n’a parlé d’aucun médicament. Il a évoqué la perspective, lointaine, de vaccins.

En attendant les vaccins, les malades pourront prendre du doliprane, et pour ceux dont l’état s’aggravera, mourir. Comme l’essentiel des malades dont l’état s’aggrave et qui meurent sont âges, cela fera certainement moins de retraites à payer.

Je n’ai pas entendu un mot annonçant le retour à la liberté pour les médecins de prescrire les médicaments qu’ils choisissent de prescrire, et pas un mot, bien sûr, sur sa rencontre avec le professeur Raoult, qu’il n’est allé voir que pour faire quelques photos et faire filmer quelques séquences vidéo en adoptant la posture du vengeur masqué.  

J’ai entendu quelques mots sur l’absence de masques et de tests, juste des mots disant que les masques et les tests vont arriver. Bientôt. Plus tard. Dans un certain temps, ou un temps certain.  Les tests seront réservés aux gens présentant des symptômes, et ne serviront donc pas à détecter les porteurs du virus avant que les symptômes apparaissent : c’est peu ou prou la situation actuelle, puisqu’il est aujourd’hui impossible d’être testé avant d’être aux portes de l’hôpital.

Je n’ai pas entendu un mot non plus sur les conséquences du confinement généralisé, qui a mêlé malades et gens pas encore contaminés et a accru le nombre des malades. Et le retour des enfants à l’école, où ils vont se contaminer les uns les autres, leur permettra de ramener la contamination chez eux aux fins de contaminer les membres de leur famille qui ne le sont pas encore. Cela promet de beaux jours. Des familles le comprennent et énoncent leur hostilité, des enseignants aussi, mais je doute que Macron les entende. Il n’a pas entendu la voix des centaines de milliers de personnes qui ont signé la pétition lancée par Philippe Douste Blazy et Christian Perrone.

Je n’ai pas entendu un mot non plus sur la véritable catastrophe économique qui va être celle de la France, et qui est d’ores et déjà là. Il paraitrait que “l’espoir renait”. L’espoir aura la couleur du chômage, de la pauvreté, d’une baisse profonde du niveau de vie. Des aides vont venir, dit le discours. Elles auront la couleur de la dépendance à un Etat en faillite, et pas du tout celle de la libre entreprise et du plein emploi. La France était déjà le pays le plus fiscalisé du monde et l’Etat français était déjà, en termes de pourcentage du produit intérieur brut le plus dépensier du monde. Cela va s’aggraver. Jusqu’à la ruine.

Les commentateurs français, à de rares exceptions près, ont semblé satisfaits.

Quasiment aucun de ceux qui ont parlé ou écrit n’ont pas oublié leur brosse à reluire et leur réserve de cirage et se sont occupés des souliers de Macron.

Aucun n’a dit et ne dira que les malades pendant le mois qui vient n’auront quasiment rien pour se soigner, ce jusqu’au moment où certains d’entre eux devront appeler une ambulance pour être conduit à l’hôpital dans un état critique.

Aucun n’a dit et ne dira que la façon de procéder aurait dû être celle énoncée très explicitement par le professeur Raoult, qui a expliqué que le confinement généralisé était une solution moyenâgeuse et délétère, et qu’il fallait tester, confiner ceux testés positifs, les soigner, protéger les personnes à risque, laisser les autres travailler. Il n’y avait pas de tests, je sais, et je doute qu’il y en ait le 11 mai, ou trop peu. Il n’y a pas de masques, ou trop peu. Et les seuls médicaments qui soignent sont interdits.

 Les sondages semblent indiquer que la majorité des Français approuvent, ce qui montre qu’ils écoutent les commentateurs.

Aux commentateurs s’ajoutent des scientifiques rémunérés par des grands laboratoires, et dès lors que ces scientifiques passent à la télévision, la majorité des Français pense que ces scientifiques disent la vérité. Des médecins, hélas, suivent les scientifiques télévisuels, au nom de la “science” et semblent oublier le serment d’Hippocrate.

La majorité des Français est devenue docile, soumise, et je suis aujourd’hui certain qu’elle réélira Macron en 2022.

En quelques jours à peine, la Chine a non seulement exporté un virus, mais elle a provoqué une panique mondiale en demandant à l’OMS, l’Organisation Mondiale contre la Santé, qu’elle téléguide et contrôle, de donner des chiffres de létalité très excessifs, 3,4 pour cent (la létalité de la maladie appelée par l’OMS Covid 19 se situe en réalité alentour de 0,1 pour cent).

Non seulement elle a provoqué une panique mondiale, mais elle a exporté dans des pays tels que la France son modèle de contrôle social : emprisonnement, surveillance, permissions de sortie, périmètre limité pour les sorties. Elle a ruiné des économies entières.

Macron a adopté le modèle. Et dans un pays tel que la France, ce qui restait de démocratie (pas grand-chose) a été suspendu, et le Président et les scientifiques à sa botte sont devenus tout puissants. Ils disposent d’une armée de commentateurs pour les vénérer.

Des textes circulent disant que “plus rien ne sera comme avant”. Je crains qu’en France, ce soit le cas.

Des textes disent aussi qu’on ne sortira plus jamais vraiment du confinement. Je crains qu’en France ce soit vrai. Un texte qu’un ami m’a transmis dit que trois paramètres entreront en ligne de compte : la santé, l’économie et la liberté et qu’un choix devra être fait entre des solutions ne permettant de garder que deux de ces paramètres. Le texte dit qu’il sera possible d’avoir une économie efficace et la santé, en renonçant à la liberté, ou une économie efficace et la liberté en renonçant à la santé. Je ne sais plus, car je ne parviens plus à y accéder si le texte prévoit qu’on pourrait avoir la liberté et la santé en renonçant à une économie efficace…. Les raisonnements inclus dans un texte de ce genre suggèrent qu’il est impossible d’avoir les trois. Santé, économie et liberté. Ils partent du point de vue que le système de santé français est excellent : on voit chaque jour à quel point c’est faux. Ils continuent à se baser sur un chiffre de létalité bien supérieur à ce que le chiffre de létalité est en réalité. Ils visent à laisser penser qu’il sera désormais impossible d’être libre, prospère et en bonne santé, ce qui est absolument faux.

Ce discours est celui qu’on retrouvera en France dans le futur. La peur de la mort servira à faire accepter la privation de liberté individuelle, et la nécessité de préserver la santé fera accepter la privation de liberté économique, et sans doute l’absence de prospérité. L’ombre du virus continuera à planer. Il importe qu’elle continue à planer. Elle est utile. La France sera plus pauvre, infiniment moins libre, et la peur de perdre la santé surplombera l’ensemble. Big brother veillera.

Un pantin gonflé à l’hélium peut être une incarnation de Big Brother.

 On parle de tracking. En ce moment, les Français n’ont pas le droit de s’éloigner de plus d’un kilomètre de chez eux, sans autorisation écrite. Ce n’est qu’un début, et le téléphone portable offre des potentialités qui intéressent Big Brother.

Aux Etats-Unis où je vis, les démocrates rêvent d’installer un pantin presque acéphale à la Maison Blanche et d’en faire l’incarnation de Big Brother. Heureusement Trump se bat. Heureusement aussi, le peuple américain reste imprégné d’un esprit de liberté qui s’estompe en France. Jamais les Américains n’accepteraient l’emprisonnement qu’on impose aux Français. America is still a free country.

Y a-t-il quelqu’un pour sauver la France ? J’aimerais le penser.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

110
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz