Publié par Thierry Ferjeux Michaud-Nérard le 16 avril 2020

À propos du scandale de la grippe saisonnière, la médiocrité de la caste des hospitalo-universitaires dans la lutte contre le Coronavirus ne date pas d’hier.

Pour expliquer le scandale de la mortalité démesurée de la grippe saisonnière, dès les années 2003-2006, le Pr Raoult a noté le laisser aller très socialiste vulgaire en France dans des hôpitaux devenus mouroirs en l’absence de mesures de prévention : lavage des mains, limitation des contacts, port de masques, etc. Pourtant, ces gestes barrière auraient constitué un bouclier de protection qui aurait limité la propagation des virus et contribué ainsi à la bonne attitude pour sauver des vies.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Le virus de la grippe saisonnière se transmet par projection de gouttelettes chargées de virus lors de toux ou d’éternuements de par des personnes infectées, par des mains et des objets contaminés par les gouttelettes émises par une personne infectée. Mais pour le Ministère des Solidarités et de la Santé : Pour éviter l’infection par le virus de la grippe, par la grâce des surprofits des laboratoires, il est nécessaire de mettre en place des mesures et la première d’entre elles est et reste la vaccination ! Ben voyons !

Lucie Dendooven : La grippe de Hong Kong a fait un million de morts. L’avons-nous oubliée ?

L’épidémie de grippe de Hongkong de 1968-1969, souvent confondue avec la grippe asiatique et apparue 10 ans plus tôt, a fait un million de morts dans le monde, dont 31.000 en France. Elle apparaît d’abord en Chine en juillet 1968, puis se diffuse à Hong Kong, où elle touche 15% de la population. Les soldats américains au Vietnam l’importeront aux États-Unis où elle va tuer 50.000 personnes en trois mois.

Serge Jaumain, de l’Université Libre de Bruxelles, la qualifie de première pandémie de l’ère moderne. Elle se caractérise par sa vitesse de propagation, due à l’évolution très rapide des moyens de transport et la multiplication des transports aériens. Les scientifiques de l’époque ne saisissent pas l’ampleur de la pandémie qui se répand en Europe en deux vagues successives. La seconde vague, en hiver 1969, est plus virulente.

La maladie met des trains à l’arrêt, et 10% des cheminots de la région toulousaine sont touchés à la SNCF. De nombreuses écoles doivent fermer par manque de professeurs. Dans les médias, la grippe de Hongkong ne fait pas les gros titres. Du côté du monde politique, on ne bouge pas. Les scientifiques, non plus, ne saisissent pas l’importance de la pandémie. En octobre 1969, l’OMS les réunit à Atlanta pour une conférence internationale sur la grippe de Hong Kong. Ils estiment que la pandémie est finie. Malgré cela, au cours des deux mois suivants, elle fera encore des milliers de morts (chez les autres). Il faudra attendre 2003, et les recherches de l’épidémiologiste français de l’Inserm, Antoine Flahault pour obtenir un bilan de la grippe de Hong Kong. Si la grippe de Hong Kong n’a pas marqué les esprits de l’époque, le Coronavirus laissera une trace indélébile. Une conclusion évidente, même si encore on manque de recul face à la pandémie. 

Christine Tasin : Les pandémies de 1957 et de 1969 étaient plus mortelles que le Coronavirus.

Pourquoi journalistes et politiques n’évoquent-ils pas d’autres pandémies, récentes, comme celles de 1957 et de 1969 ? Pourquoi se contentent-ils de parler de la peste du Moyen Âge ? Pourtant, ce n’est pas si vieux et nombre de ceux qui l’ont vécu sont toujours vivants. Le député Olivier Becht relativise le Coronavirus.

Christine Tasin résume le texte d’Olivier Becht : Bon c’est pas drôle, le Coronavirus. Il y a beaucoup de morts, des souffrances (pour les autres). Mais, bonnes gens, l’humanité a connu pire, bien pire. Et il n’y a pas si longtemps que cela. Et on n’en a pas fait tout un plat. On s’en est si bien remis qu’on a complètement oublié. Alors, ça commence à bien faire, ces medias et ces politiques qui ne parlent que du Coronavirus. Cela conformément à la médiocrité de la caste des hospitalo-universitaires dans la minimisation du Coronavirus !

Et ça continue, d’autant plus simple que le message, c’est : Les politiques et Macron font ce qu’ils peuvent. C’est une catastrophe 100 % naturelle. Ils n’y peuvent rien, inutile de les accuser d’incompétence !

Or à l’époque, il n’y avait pas les médias pour dire au peuple de France ce que faisaient, ou surtout ne faisaient pas, les politiques. À présent, on a la propagande des médias officiels et surtout on a la presse de réinformation qui procure des contre-informations et qui dénonce les manquements, les fautes, les crimes. Pour Olivier Becht, il faudrait taire la désinvolture coupable de Macron, ne pas demander de comptes sur les mensonges, sur l’absence de masques, de Tests, les incitations à sortir suivies d’injonctions et d’amendes !

En 1957, en 1969, pas de confinement, pas de masques ni de Tests. Ce qui explique le nombre élevé de morts. Et Olivier Becht indifférent aux morts du Coronavirus se permet de les prendre comme référence !

En cela, il est conforme à la médiocrité et à l’indifférence de la caste des hospitalo-universitaires dans la banalisation du Coronavirus. Christine Tasin : Mais, surtout, dans ces années-là, les dirigeants n’étaient pas aussi corrompus que les nôtres, aussi soumis aux labos et aux diktats d’une UE qui n’existait pas.

Les Martyrs du progressisme sont nécessaires pour ce gouvernement LREM socialiste, engagé dans une politique de destruction de la France, de confiscation des retraites, après le scandale de la CSG, pour imposer la pauvreté pour tous, ou presque, et surtout la répression des colères populaires par la Castapo.

Et tout cela avant les mobilisations et les insurrections à venir. Les morts très âgés par le Covid-19 permettent de réaliser les manipulations des masses en grandeur nature contre les retraités pauvres.

Ensuite le contrôle de la population, sauf dans le Califat du 93, donne libre cours à la répression de Macron totalitaire, avec les amendes-confinement et les mesures d’obéissance imposées par la police comme avec le coup des radars à 80 km/h et des taxes Philippardes. Les Martyrs du progressisme sont nécessaires pour l’effacement de l’hypothèse de Macron réformiste en échec total et qui laisse le pays réel en plein chaos.

De là, l’humanité souffrante est livrée aux activistes des Loges maçonniques et à la dictature LREM-GOF-LGBT qui doit imposer la PMA-GPA pour les lesbiennes aux frais de la Sécu ! Et avec ça, les inégalités monstrueuses qui divisent le pays ne sont toujours pas corrigées ! Comment faire croire aux gens à la lubie de l’Union nationale mensongère, avec l’imposture de Macron qui veut baisser les retraites, quand tout cela génère la colère de la population, comme le mouvement des Gilets Jaunes ou même des mouvements quasi-insurrectionnels qui opposent la population en révolte à l’État-Macron qui prépare la guerre sociale !

Les Martyrs du progressisme sont utiles au gouvernement Macron-LREM socialiste pour détourner l’attention en armant son dispositif policier vers le contrôle des gens après les éborgneurs armés de LBD !

Le suivi des smartphones doit mettre en ordre de marche l’urgence sanitaire totalitaire. Car Macron est en guerre contre les ennemis invisibles du progressisme totalitaire de Macron, diffus, insaisissables !

 Les Martyrs du progressisme sont nécessaires pour désigner un ennemi, a fortiori invisible, pour faire taire tous les désaccords, au nom de l’Union sacrée du renard et de la poule ! Le système de Macron est à l’œuvre et repose sur les effets de la propagande en traquant les questionnements de la pensée sur cet appel à l’Union nationale : Plus jamais de division malgré la médiocrité de la caste des hospitalo-universitaires dans la banalisation de la crise du Coronavirus. Mais rien n’est plus étranger au bon sens populaire français qu’une soi-disant Union sacrée en renonçant à toute critique derrière un chef autoritaire ! Refuser la soumission et la confiscation du débat démocratique rend évidente la nécessaire analyse de la crise du Coronavirus après les gesticulations de Macron à la télévision. La réappropriation populaire du langage politique doit permettre de lutter contre la langue de bois de Macron à la télé, la novlangue qui gangrène le discours politique depuis des décennies et surtout depuis la tyrannie idéologique vide de sens de la Macronnerie vulgaire.

Les Martyrs du progressisme soumis aux lobbies européistes et mondialistes de l’Anti-France, qui sont toujours capables du pire, sont nécessaires pour que, tout simplement, les malheureux soient encore plus malheureux, en train de payer au prix fort les erreurs calamiteuse de Macron dans la banalisation de la crise du Coronavirus, lui qui croit avoir toujours raison contre tout le monde et contre le monde réel.

Christine Tasin : Alors, on ne peut pas comparer 1957, 1969 et 2020, simplement parce que, pour Olivier Becht, il n’y a rien à voir ! Mais c’est oublier la désinvolture coupable de Macron dans la banalisation de la crise du Coronavirus et ensuite l’incompétence calamiteuse de Macron pour corriger ses erreurs.

Moralité 1 : La population doit apprendre et mettre en œuvre les gestes barrière contre le Covid-19 pour les appliquer ensuite au virus de la propagande de Macron-totalitaire ;

Moralité 2 : La population doit apprendre et mettre en œuvre les gestes barrière contre la réélection de Macron en 2022. C’est une urgence politique et sanitaire, donc une urgence très salutaire !

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz