Publié par Thierry Ferjeux Michaud-Nérard le 26 avril 2020

L’épidémie de Coronavirus : le laboratoire P4 de Wuhan, créé et exporté par la France, a échappé à tout contrôle ! Le Monde de gauche au secours de la socialiste Buzyn : le couple Buzyn-Lévy serait la cible de publications mensongères. Yves Lévy a inauguré le laboratoire P4 de Wuhan d’où le virus serait sorti.

À l’époque, la livraison du laboratoire avait été critiquée par de nombreux spécialistes. Yves Lévy est un spécialiste dans le domaine du VIH. En 2014, il a pris la tête de l’Inserm. Yves Lévy a bien participé à l’inauguration du laboratoire P4 à Wuhan d’où le virus serait sorti. Un laboratoire P4 est un site de haut confinement consacré à l’étude des micro-organismes pathogènes de classe 4, c’est-à-dire très dangereux.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

En Chine, ce centre de recherche, sis à Wuhan, a été conçu en coopération avec la France, au lendemain de l’épidémie de syndrome respiratoire aigu sévère de 2003. Un accord entre les deux pays a été signé en 2004 afin de développer la prévention et la lutte contre les maladies infectieuses émergentes.

L’inauguration s’est bien déroulée à Wuhan le 23 février 2017 en présence du premier ministre de Hollande et d’Yves Lévy qui faisait partie de la délégation française. Le projet a été mené « en collaboration avec le laboratoire P4 Inserm » Jean-Mérieux à Lyon. Le Monde La Pravda LREM au secours de la socialiste Buzyn et d’Yves Lévy son conjoint note que l’on « tombe dans le complotisme » lorsqu’on écrit que le nouveau coronavirus serait né dans ce centre de recherche chinois, à Wuhan, la ville où est apparu le SARS-CoV-2.

Les chercheurs du laboratoire P4 de Wuhan ont démenti cette « fausse information ». « Ces rumeurs ont gravement nui à nos chercheurs, en première ligne, et sérieusement perturbé notre mission de recherche pour combattre l’épidémie. » L’Inserm précise que les coronavirus sont des agents pathogènes de classe 3 et pas de classe 4 : il n’y a pas de nécessité de les étudier dans un laboratoire P4. Malgré cela, les travaux se poursuivent pour déterminer avec certitude l’origine (???) de ce nouveau virus. Des messages partagés des centaines de milliers de fois accusent la socialiste Buzyn, l’ancienne ministre calamiteuse de la santé et son conjoint Levy, l’ex-directeur de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), d’avoir saboté les travaux du Pr Raoult et de l’Institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée Infection à Marseille et empêché le recours à l’hydroxy-chloroquine pour lutter contre l’épidémie. Le tout sur fond de soupçons de nombreux conflits d’intérêts liés aux subventions très avantageuses du Big Pharma pendant des années.

Times of Israël/AFP : Coronavirus : Le laboratoire chinois de Wuhan, pointé du doigt par des médias américains comme possible source du nouveau coronavirus, a catégoriquement démenti toute responsabilité dans la pandémie du Covid-19, malgré les doutes émis par des pays occidentaux et de nouvelles menaces du président Donald Trump contre Pékin. Le directeur du laboratoire a démenti : « C’est impossible que ce virus vienne de chez nous », a déclaré dans une interview à la chaîne étatique CGTN, Yuan Zhiming, directeur de l’Institut de virologie de Wuhan, dénonçant des accusations sans preuves et pour tromper les gens.

Donald Trump : L’épidémie aurait pu être arrêtée en Chine avant qu’elle commence et elle ne l’a pas été. S’ils étaient sciemment responsables, oui, alors il devrait y avoir des conséquences.

Pour faire diversion, la plupart des hypothèses et conjectures sans fondement des scientifiques disent que le nouveau coronavirus aurait probablement été transmis à l’homme par un animal. Où sont les preuves ?

Pour faire diversion, un marché de Wuhan a été incriminé car il aurait vendu des animaux sauvages vivants. Des informations entièrement basées sur des spéculations. Mais la présence, non loin de là, de l’Institut de virologie alimente les spéculations sur une fuite possible depuis ces installations très sensibles.

20minutes : « Nous savons clairement quels types de recherches sont menées à l’institut et comment sont gérés virus et échantillons, a ajouté le directeur de cet institut possédant un laboratoire P4, installation de très haute sécurité qui héberge les souches les plus dangereuses des virus connus comme Ebola.

« Par la simple localisation de l’institut à Wuhan, les gens (les journalistes) ne peuvent s’empêcher de faire des associations, a-t-il déploré, accusant des médias qui veulent délibérément tromper les gens avec des informations entièrement basées sur des spéculations, sans preuves. » Ben voyons !

Laboratoire P4 de Wuhan et coronavirus : une thèse crédible ? Le coronavirus aurait été créé à partir du VIH selon ce qu’affirme le professeur Luc Montagnier. Selon le Washington Post, l’ambassade des États-Unis à Pékin, après plusieurs visites à l’institut, a alerté en 2018 les autorités américaines sur des mesures de sécurité insuffisantes dans un laboratoire qui travaillait sur les coronavirus. Certains ont même pointé la responsabilité d’un laboratoire P4 à Wuhan où l’on développait des virus extrêmement virulents. Les gens sont nombreux à penser à une souche extrêmement virulente échappée du labo P4 de Wuhan. Le Dr Gérard Guillaume : Le Pr Montagnier a découvert de l’ADN de HIV dans le Covid 19. Les Chinois travaillaient sur un vaccin contre le Sida avec les coronavirus. Ce sont des faits, ce virus a été fabriqué dans un labo !

Origine du coronavirus : L’infection d’un employé de laboratoire de Wuhan est plus probable ! Pour Richard Ebright, microbiologiste à l’université Rutgers aux États-Unis, il faut étudier l’hypothèse d’un accident de laboratoire à Wuhan. Propos recueillis par Jérémy André (Hongkong, correspondance) : Et si l’épidémie provenait des laboratoires de Wuhan ? Soucieux de réfuter les diverses théories du complot, les scientifiques officiels se sont empressés de nier en bloc que le virus était passé à l’homme par des savants fous. L’analyse du génome du Sars-CoV-2 devrait prouver que le virus n’a pas été fabriqué par ingénierie génétique !

Moralité destinée à réfuter les diverses théories du complot : Le nouveau virus chinois n’est pas une arme bactériologique et la Chine n’aurait pas provoqué sciemment l’épidémie.

dreuz.info : Le Coronavirus, développé et lâché dans la nature par les communistes chinois ? Steven Mosher est l’un des chercheurs les plus informés et les plus avancés sur le sujet des coronavirus. Il affirme que le coronavirus chinois a probablement été développé à l’Institut de virologie de Wuhan. Mosher est le président de l’Institut de recherche sur la population (PRI) et défenseur des droits de l’homme en Chine. Il est l’auteur de La brute de l’Asie, pourquoi le rêve de la Chine est la nouvelle menace pour l’ordre mondial.

Mosher : Je pense que le virus s’est échappé du laboratoire. Wuhan a le seul laboratoire de niveau 4 de toute la Chine. C’est là que l’on fait des expériences sur les virus.

C’est là que l’on travaille sur les pathogènes dangereux, qu’ils soient génétiquement modifiés pour en faire une arme ou non. Il est logique que l’épicentre de l’épidémie se trouve dans ce laboratoire et qu’il soit la source de ce virus. Nous savons qu’une chauve-souris n’a pas volé sur 900 kilomètres depuis sa caverne dans une autre province jusqu’à la ville de Wuhan pour atterrir sur quelqu’un ! Tout le monde s’accorde, à l’exception de journalistes de gauche marginalisés qui s’obstinent à défendre la Chine communiste par tous les moyens [NDLR En fait, ces journalistes ont renoncé à faire du journalisme !], pour dire que le virus s’est échappé d’un laboratoire dit de haute sécurité. De haute sécurité ? Parce qu’il est évident qu’il n’a pas réussi à faire ce qu’il était censé faire : assurer la sécurité. Il a abandonné le niveau 4 et a fonctionné au niveau 2.

Mosher poursuit : Coronavirus naturel ou modifié ? La question est savoir s’il s’agit d’un coronavirus naturel qui a été isolé à l’Institut de virologie de Wuhan, puis s’est accidentellement échappé du laboratoire en infectant un employé du labo, ou s’il s’agit d’un virus sur lequel les chercheurs travaillaient, en utilisant la technologie de gain de fonctionnalité en prenant un coronavirus existant pour le rendre plus infectieux et plus mortel. Pourquoi améliorer un agent pathogène naturel pour le rendre plus mortel et plus infectieux ?

L’idée des scientifiques, lorsqu’ils ont découvert qu’ils pouvaient utiliser la technologie recombinante, était la suivante : Nous allons créer des super-bactéries en laboratoire et trouver comment les vaincre. Nous allons développer des vaccins et des traitements. Et, quand une vraie super-bactérie entrera en scène, nous serons prêts. Jusqu’à ce qu’ils aient créé une super-bactérie en laboratoire et qu’elle s’échappe avant qu’ils aient eu le temps et les connaissance pour développer un vaccin ou un traitement contre la super-bactérie !

Mosher : Arme biologique ou étude antivirale ? La directrice du laboratoire de l’Institut de virologie de Wuhan, qui était le chef d’équipe pour la recherche en biologie, était une femme nommée docteur Chen. Le docteur Chen Wei Lee utilise depuis des années la méthode de recherche de gain de fonctionnalité pour créer de nouveaux coronavirus plus mortels et plus infectieux. Si la Chine n’était pas une dictature communiste, le Dr Chen devrait dire ce qu’elle faisait, et comment elle le faisait. Le parti communiste chinois devrait rendre publics les dossiers secrets de l’Institut de virologie de Wuhan. Et nous saurions avec certitude s’il s’agissait d’un coronavirus du laboratoire qui s’est échappé, ou s’ils le bricolaient de quelque façon que ce soit.

Mosher : Je ne suis pas naïf, la Chine aura probablement détruit les dossiers de recherche, et on sait qu’elle a déjà détruit des dossiers et des études. Ils ont probablement déjà averti le Dr Chen Wei Lee qu’elle ne devait parler de ses recherches à personne. Ils ont menacé et déjà fait taire d’autres personnes.

Je pense que nous n’aurons jamais les réponses que les gens exigent, des preuves tangibles, parce que le parti communiste chinois a déjà détruit ces documents et ces preuves tangibles. Et bien sûr, c’est une des raisons pour lesquelles ils ont acheté et payé l’Organisation mondiale de la santé, cela devient clair.

Alors que le coronavirus mortel responsable de la maladie, le covid-19, s’est répandu dans le monde entier, le Dr Chen était sous les feux de la rampe. Chen Wei est général de l’Armée de libération du peuple et la virologiste qui dirige l’Institut de bio-ingénierie de l’Académie des sciences médicales militaires.

Le Docteur Chen Wei Lee, agit en tant que major général ! En mars, les médias de la propagande de l’État communiste chinois ont diffusé des photos de Chen, en treillis et avec un masque chirurgical, se tenant devant un drapeau du parti communiste chinois, et recevant une injection dans le bras gauche.

Selon le narratif officiel, la Chine espère que la substance qui lui aurait été injectée devienne le premier vaccin contre le coronavirus. Sept autres officiers militaires auraient reçu la même injection.

« Le virus est impitoyable, mais nous croyons aux miracles », a déclaré le Dr Chen aux médias locaux.

L’épidémie est une situation militaire et la zone épidémique est le champ de bataille. Le général Chen Wei, expert en chef de la Défense contre les armes biochimiques, est en poste à Wuhan. Elle a pris en charge le laboratoire P4 lié au programme secret d’armes biologiques de la Chine. Zhengli Shi, un chercheur renommé travaillant au laboratoire P4, a co-écrit un article controversé en 2015 où il expliquait avoir créé un nouveau virus, en combinant un coronavirus trouvé chez les chauves-souris chinoises avec un autre et qui cause un syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) semblable à celui de l’homme chez les souris.

Le Docteur Jun Chen est médecin et Directeur adjoint du Département des maladies infectieuses et immunitaires à l’Université Fudan de Shanghai. Son équipe a réalisé un essai d’hydroxy-chloroquine sur 30 malades du Covid-19 en Chine, n’étant pas atteints de forme sévère : « Nous avons recruté au Centre clinique de santé publique de Shanghai, de manière prospective 30 patients atteints d’un COVID-19 confirmé n’ayant jamais été traités et ayant signé leur consentement éclairé. Cette étude a été approuvée par le comité d’éthique du centre clinique de santé publique de Shanghai et enregistrée en ligne (NCT04261517). Sur un faible échantillon de 30 malades 15 reçoivent leur traitement plus de l’hydroxy-chloroquine seule (HCQ) et 15 simplement leur traitement ». Moralité : un des patients sous chloroquine a « gravement empiré » et aucun dans le groupe témoin. La chloroquine a-t-elle empiré la santé du malade ou non ? On ne peut pas le savoir !

« Mais on peut déjà conclure que la chloroquine ne semble pas miraculeuse. Il faut vérifier dans des tests plus larges si elle aggrave le Covid-19. Commentaire du Docteur Chen : Nous n’avons observé aucune tendance bénéfique de l’hydroxy-chloroquine dans le traitement du Covid-19. Mais cela ne signifie pas que cela aggraverait la maladie ! Chen constate que l’hydroxy-chloroquine n’est pas un médicament magique du COVID-19 dans l’hypothèse où il aurait un effet antiviral. L’hydroxy-chloroquine n’aurait jamais été efficace contre les maladies virales, malgré son activité antivirale in vitro. Elle aurait un effet néfaste dans le traitement de certaines maladies virales, aggravant le VIH (???) et les infections par le virus du Chikungunya.

Coronavirus : Désinformation, conjecture et hypothèse : l’agent pathogène « aurait pu » se propager chez les humains pendant des années avant la pandémie, révèle (???) une étude d’une équipe internationale de « scientifiques » ! Stephen Chen « imagine » que le virus « a pu sauter » d’un animal à l’homme avant le premier cas détecté à Wuhan, selon les « scientifiques » (???). L’étude a été publiée dans la revue scientifique Nature Medicine. Zhang Nanshan, qui a conseillé Pékin sur les politiques d’endiguement de l’épidémie, a dit qu’il y avait des preuves scientifiques (???) suggérant que l’origine du virus « pourrait » ne pas être en Chine !

Selon la propagande chinoise : « L’apparition du Covid-19 à Wuhan ne signifie pas qu’il est originaire de Wuhan ». Il y aura un jour où toute la lumière sera faite sur cette pandémie ! Cet article est paru dans le journal South China Morning Post sous le nom : Le virus a pu se propager parmi les humains pendant des décennies, selon une étude. Moralité : Stephen Chen enquête sur les grands projets de recherche en Chine, (bénéficiant de financements illimités pour) une nouvelle puissance en matière d’innovation scientifique et technologique. Il travaille pour le South China Morning Post Seawise Foundation. Ben voyons !

Moralité : Malgré l’immense responsabilité du régime communiste chinois dans la propagation du virus, la propagande et les mensonges continuent sur le laboratoire P4 de l’Institut de virologie de Wuhan !

Isabelle Lasserre : Des scientifiques travaillent dans le laboratoire P4 à Wuhan. Dès janvier 2018, des membres de l’ambassade américaine à Pékin ont signalé l’insuffisance des mesures de sécurité dans ce centre de recherche. Si le Covid-19 s’était échappé du laboratoire P4 au lieu d’être apparu, comme le prétendent les autorités chinoises, sur un marché ? S’il s’était répandu dans la population suite à l’infection accidentelle d’un employé ? La thèse de l’accident étudiée par les services de renseignements américains est entretenue par le fait que les chinois n’ont pas rendu public le résultat de leur enquête épidémiologique et par le fait qu’ils ont empêché les investigations de l’OMS et d’experts étrangers à Wuhan.

Bernard Martoia pour Dreuz.info : Avec l’hygiène déplorable des marchés chinois, donc pas besoin de chercher midi à quatorze heures ! Mais plusieurs faits troublants ont été évoqués par le Washington Post. Le consul américain à Wuhan, Jamison Fouss, signala au Département d’État le manque de précautions prises par les chercheurs chinois après avoir visité leur laboratoire avec son conseiller Rick Switzer en janvier 2018.

Le prix Nobel de médecine 2008, Luc Montagnier, a jeté le pavé dans la mare en déclarant que le coronavirus a été accidentellement libéré du laboratoire de Wuhan au cours du dernier trimestre de 2019.

Les chercheurs chinois cherchaient un vaccin contre le SIDA. Il a examiné le génome du coronavirus et des chercheurs indiens ont abouti à la même conclusion. Pour insérer une séquence du SIDA dans le génome du coronavirus, il faut des outils moléculaires. Ça ne peut se faire qu’en laboratoire. Le laboratoire fut fondé par l’académie des sciences en 1956. Comme le vieil édifice n’était plus apte à mener une recherche moderne, les Chinois firent appel à un consortium franco-américain en 2003. Les Français obtinrent la maîtrise d’œuvre et les Américains un financement partiel. Le laboratoire high-tech ne fut livré qu’en 2015.

Christine Tasin : Le Covid-19, un monstre créé par les Chinois avec l’ADN du virus du Sida ? C’est l’hypothèse du prix Nobel de médecine Luc Montagnier. Le Covid-19 serait un virus, ou plutôt une espèce de monstre créé avec de l’ADN du VIH dans un laboratoire chinois qui cherchait un vaccin contre le Sida. Luc Montagnier est clair : Il faut avoir des outils moléculaires pour intégrer une séquence de VIH dans le génome, il faut l’homme des laboratoires. L’hypothèse est que le virus sort du laboratoire de Wuhan, laboratoire de haute sécurité. Si ce virus a échappé à ses promoteurs, alors l’histoire du marché aux poissons est une fable.

Mais, ce n’est pas possible. Ils ont travaillé sur le virus de chauve-souris qu’ils ont modifié.

Ils voulaient fabriquer un virus agressif, une arme biologique ou un vaccin contre le sida ? Je pense, et c’est l’hypothèse la plus raisonnable, qu’ils voulaient faire un vaccin contre le VIH. C’est donc l’histoire de l’arroseur arrosé version tragique. C’est cela, un travail d’apprenti sorcier, si vous voulez.

Le gouvernement chinois faciliterait les choses en avouant ce qu’il s’est passé dans son laboratoire. Je répète depuis le début que je ne pense pas que le Covid-19 ait été fabriqué exprès pour créer une pandémie mondiale, mais qu’il pourrait bien d’agir d’une création échappée par erreur du labo de Wuhan.

Julien Martel : Luc Montagnier a révélé que le virus Sars-cov-2 ou coronavirus de Wuhan contenait des morceaux de VIH et était un virus issu de manipulations génétiques et ne pouvait venir que d’un labo.

Le virus de la controverse : Le coronavirus serait génétiquement modifié avec des morceaux de VIH.

Moktar avait noté les questions que pose le coronavirus mutant de Wuhan, né dans un labo français ! Les auteurs de l’analyse s’étonnent de la présence de ces inserts de virus du Sida humain HIV-1 dans le génome d’un coronavirus de chauve-souris. Luc Montagnier émet une hypothèse controversée sur l’origine du Covid-19. Il ne croit pas que le Covid-19 soit issu d’une contamination provenant d’un marché aux animaux sauvages de Wuhan. « C’est une légende, ce n’est pas possible. Le virus sort d’un laboratoire de Wuhan ! Le laboratoire de la ville de Wuhan s’est spécialisé sur ces coronavirus. Ils ont une expertise dans ce domaine. »

Le professeur explique avoir analysé dans les moindres détails le génome complet de ce coronavirus [qui comporte] des séquences d’un autre virus, qui est le VIH, le virus du Sida. La séquence de VIH aurait été insérée dans le génome du coronavirus pour créer un vaccin contre le VIH, un travail d’apprenti sorcier !

Pourquoi tout ce mystère autour du coronavirus mutant, né dans un labo français, le laboratoire P4 de l’Institut de virologie de Wuhan ? Un projet mené « en collaboration avec le laboratoire P4 Inserm ». En Chine, le centre de recherche de Wuhan a été conçu en coopération avec la France, après l’épidémie de SRAS de 2003. Un accord entre les deux pays devait développer la lutte contre les maladies infectieuses émergentes.

Un laboratoire P4 est un site de haut confinement consacré à l’étude des pathogènes de classe 4, c’est-à-dire très dangereux. Yves Lévy est un spécialiste dans le domaine du VIH. En 2014, il a pris la tête de l’Inserm. Yves Lévy a participé à l’inauguration du laboratoire P4 à Wuhan d’où le virus serait sorti. Le Monde La Pravda vole au secours d’Yves Lévy : On « tombe dans le complotisme » lorsqu’on écrit que le nouveau coronavirus serait né dans ce centre de recherche chinois, à Wuhan, la ville où est apparu le SARS-CoV-2 ! »

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz