Publié par Christian Larnet le 28 avril 2020

Jusqu’à présent, il a été établi que les enfants sont très peu concernés par le coronavirus : très peu l’attrapent, encore moins en sont malades.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Mais des experts médicaux italiens et britanniques étudient désormais un lien possible entre la pandémie de coronavirus chinois et des groupes de maladies inflammatoires graves chez les nourrissons qui arrivent à l’hôpital avec de fortes fièvres et des artères gonflées.

Les médecins du nord de l’Italie, l’une des régions les plus durement touchées par la pandémie, ont signalé un nombre extraordinairement élevé d’enfants de moins de neuf ans atteints de ce qui semble être la maladie de Kawasaki, plus fréquente dans certaines régions d’Asie.

En Grande-Bretagne, les médecins ont fait des observations similaires, ce qui a incité le ministre de la santé Matt Hancock à dire lors d’une conférence de presse sur le coronavirus qu’il était « très inquiet » et que les autorités médicales examinaient la question de près.

La maladie de Kawasaki, dont la cause est inconnue, touche souvent les enfants de moins de cinq ans et est associée à de la fièvre, des éruptions cutanées, un gonflement des glandes et, dans les cas graves, une inflammation des artères du cœur.

Le directeur médical national de l’Angleterre, Stephen Powis, a déclaré à la réunion d’information britannique qu’il avait eu connaissance de rapports d’enfants gravement malades présentant des symptômes de type Kawasaki au cours des derniers jours, mais a souligné qu’il était trop tôt pour déterminer un lien avec le coronavirus.

« J’ai demandé au directeur clinique national pour les enfants et les jeunes d’examiner cette question de toute urgence… Nous n’en sommes pas sûrs pour le moment ».

En Italie, les pédiatres sont également alarmés.

Un hôpital de la ville de Bergame, dans le nord du pays, a enregistré plus de 20 cas d’inflammations vasculaires graves au cours du mois dernier, soit six fois plus que ce qu’il s’attendait à voir en un an, a déclaré le cardiologue pédiatrique Matteo Ciuffreda.

M. Ciuffreda, de l’hôpital Giovanni XXIII, a déclaré que seuls quelques enfants souffrant d’une inflammation vasculaire avaient été testés positifs pour le nouveau coronavirus, mais que des cardiologues pédiatriques de Madrid et de Lisbonne lui avaient dit avoir vu des cas similaires.

Il a demandé à ses collègues de documenter tous ces cas afin de déterminer s’il existe une corrélation entre la maladie de Kawasaki et le COVID-19. Il a l’intention de publier les résultats de la recherche italienne dans une revue scientifique.

Inflammation multi-organes

M. Ciuffreda a déclaré que son premier cas de maladie apparente de Kawasaki était un garçon de neuf ans qui est arrivé à l’hôpital le 21 mars, au plus fort de l’épidémie de coronavirus, avec une forte fièvre et un faible taux d’oxygène dans le sang. Il a été testé négatif pour le coronavirus.

Un scanner a montré qu’il avait une artère coronaire hypertrophiée, une caractéristique des cas graves de la maladie de Kawasaki, a-t-il déclaré.

« Le petit garçon m’a beaucoup inquiété, avec une violente inflammation de plusieurs organes affectant à la fois le cœur et les poumons », a-t-il dit.

« Je craignais qu’il ne survive pas, mais étonnamment, en quelques jours, il a pris un virage positif et il s’est amélioré ».

La maladie de Kawasaki a également été liée de manière anecdotique, il y a 16 ans, à un autre coronavirus connu, bien que cela n’ait jamais été prouvé.

Les recherches ont été menées après qu’un autre coronavirus apparenté, connu sous le nom de NL63, ait été découvert chez un bébé présentant des symptômes de la maladie de Kawasaki en 2004.

Le professeur Ian Jones, professeur de virologie à l’université de Reading en Grande-Bretagne, a déclaré que le virus NL63 utilise le même récepteur que le nouveau coronavirus pour infecter les humains mais a également souligné qu’il était trop tôt pour tirer des conclusions.

« Nous devons juste attendre et voir si cela devient une observation courante », a-t-il dit.

L’Académie américaine de pédiatrie n’a pas encore vu quelque chose de similaire aux États-Unis, qui comptent le plus grand nombre de personnes infectées par le coronavirus chinois.

« Nous n’avons pas connaissance de rapports sur ce phénomène aux États-Unis », a déclaré le Dr Yvonne Maldonado, qui préside le comité sur les maladies infectieuses de l’académie, dans un email faisant référence à un lien potentiel entre le COVID-19 et les symptômes de type Kawasaki.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz