Publié par Thierry Ferjeux Michaud-Nérard le 6 mai 2020

Suaudeau, slate.fr : Lettre au soldat Onfray. Le tutoiement signe la vulgarité du petit pisse-copie très médiocre sur bobo-Slate. Mais il n’a pas gardé les cochons avec Michel Onfray. En réalité, il a dû se garder les cochons pour lui tout seul. Il ose, médiocre et vulgaire : « Tu souffriras que je t’appelle par ton nom ! Tu te languis de ces temps glorieux et penses en moine-soldat les termes de notre déclin. Comme tous les rentiers du pessimisme, tu t’appropries la République. Toi seul sais ce que républicain veut dire. Toi seul peux dire qui l’est, et surtout qui ne l’est pas. La dénonciation outragée est ton sport favori » (et du petit gaucho-Suaudeau).

Le garde des cochons Suaudeau : « Je te tutoie, Onfray : on pourrait dire que c’est le tu de l’amitié philosophique. Mais philosophe, l’es-tu encore ? La philosophie fabrique des concepts. Toi, tu préfères saisir au vol des images de chaîne info et faire comme si c’étaient des idées. Ton texte du 23 mars s’intitule « Faire la guerre ». Rien de moins : si tu aimes le solennel et le tragique de l’infinitif, c’est parce que l’heure est grave.

Pour contribuer à Dreuz.info en utilisant votre carte de crédit sans vous inscrire à Paypal, cliquez sur ce lien Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

« À chacun de prendre ses responsabilités. Toi, tu sonnes le tocsin. Tu es sensible à la polémologie, la science ou l’art de la guerre, mais plus encore à l’irénologie, un jargon pour dire la science ou l’art de la paix.

Le garde des cochons continue : « J’ai du mal à te croire sincère. Ce qui te branche, c’est la castagne, le clash, l’affrontement. Faut que ça saigne et que les os craquent. Tu aimes les mecs, les vrais, les durs à cuire, pas ces technocrates à chaussures impeccablement cirées qui nous gouvernent en se voilant la face.

Le garde des cochons est un adepte du naufrage intellectuel, le sien pas celui de Michel Onfray.

« Toi, tu appelles un chat un chat. Comme tu dis la République, tu dis la France : il y a dans ce pays des vrais Français et des anti-Français. L’islamisme mondial et le terrorisme islamiste sont aux portes de la Cité. Les islamo-barbares des cités attendent que les murs tombent en cassant les voitures des soignants et en empêchant les pompiers et la police de faire leur travail protecteur. Tu es convaincu que le coronavirus est leur cheval de Troie et tu leur as déclaré la guerre. Tes mots sont des armes de destruction massive. (???)

« Tu ridiculises le gouvernement, (déjà Macron est très ridicule avec son arrogance) que tu juges faible et menteur, à l’image de Macron faisant un selfie avec une jeune fille intégralement voilée. Tu vitupères contre les tribus des territoires perdus de la République qui, en refusant le confinement, perdent la République. Tu justifies la répression à réserver à ces hordes de barbares et au régime fantoche de Macron qui n’ose pas agir en saine réaction, de peur de paraître politiquement incorrect. Tu regardes le réel en face quand nous autres (bobos-gauchos) avons le bandeau de la bien-pensance sur les yeux (quand) le laxisme et l’incompétence du pouvoir laissent le champ libre aux sauvages qui profitent de la pandémie pour semer le chaos dans le pays.

Pour pauvre petit Juju gaucho-Suaudeau, pisse-copie sur bobo-Slate : « Comme tous les complotistes, tu associe des éléments épars de l’actualité pour fabriquer un rapport de cause à effet. » Ben voyons !

« Oui : la gestion politique de la crise présente des lacunes criantes.

« Oui : il y a des incivilités dans les cités – comme partout en France. (???) Mensonge !

« Non, ce lien de causalité n’est pas démontrable. » Mensonge islamo-gauchiste bis très médiocre !

« Ta petite guerre à la Clausewitz : Une répression militaire dans les banlieues : l’image et le scénario excitent ton imagination. Tu appelles ça la petite guerre, en rabâchant la sagesse de Clausewitz. Tu invoques de Gaulle. Ton plaisir est grand à décrire la petitesse (très médiocre) de Macron au pied de ce totem. Tu parles au nom du peuple, dont tu es la vigie, l’oracle, mais tu n’aimes que lui marcher dessus quand c’est le peuple de banlieue. » Le petit Juju gaucho-Suaudeau, sur bobo-Slate, oublie que ce sont les intellos socialo-marxistes et les dictateurs communistes qui ont depuis toujours marché sur et même massacré les peuples sous leur domination en URSS et dans le mode entier. « Comment mettre au pas ces gens que tu appelles les outlaws, ces ennemis de l’intérieur, ces non-Français ensauvagés, ces indigènes perdus de la République ? »

Le pauvre petit Juju gaucho-Suaudeau, pisse-copie sur bobo-Slate croit se grandir en agressant Onfray plus grand que lui ! Le garde des cochons est un islamo-gauchiste adepte de l’invasion migratoire : « Salauds de pauvres et de métèques qui ne veulent pas rester chez eux. » Macron est un fou de dire que nous sommes en guerre seulement contre un virus. Pour toi, le Covid-19 n’est rien sans le virus de l’anti-France.

Macron n’est qu’un chef d’opérette. Au lieu d’écraser les récalcitrants du 93, ce lâche Macron ordonne à sa police d’empoisonner la vie des citoyens. Le garde des cochons se roule dans la boue : « Un de tes amis, qu’on se figure sous les traits d’un monsieur blanc, respectable et d’âge mûr, a déjà reçu deux contraventions alors qu’il faisait le tour du pâté de maison avec madame, comme un couple de (sales) bourgeois (réacs).

Cette (in)-justice à deux vitesses (de la Castapo de l’anti-France gay-friendly) te rend malade devant la persécution systémique dont sont victimes les Français de souche hétérosexuels. Tu réfléchis à la riposte : « Repérer l’ennemi, le dépister, le cibler, le circonscrire, le confiner, l’isoler afin d’épargner les personnes saines : qui dira qu’il n’en va pas là d’une saine méthode pour mener à bien la petite guerre, toutes les petites guerres. » Parole de garde des cochons, cochon qui s’en dédie ! Le virus séparatiste qui nous menace aura été ciblé, circonscrit, confiné, isolé. Dans ta sainte colère, tu ne vois pas que ton remède, le cordon sanitaire autour des territoires perdus, n’est autre que le mal (toujours dénoncé par les bobos islamo-gauchistes) !

Les gens meurent par milliers (du fait de l’incurie de Macron) et tu as l’obscénité de choisir ce moment « pour avancer la trahison des élites et la sécession des racailles. Ta diatribe est nauséabonde. Tes évidences sont à vomir et diffusent l’air rance de Vichy. Ta circonscription et ton confinement sentent la déportation. Que ta saine méthode a tout d’une idée nazie« . Le pauvre petit Juju gaucho-Suaudeau, pisse-copie sur bobo-Slate, le garde des cochons médiocre et en manque d’argument, appelle à son secours son obsession nazie ! Et le garde des cochons croit pouvoir faire grimper la fachosphère aux rideaux ! Pour puer, agresser Onfray de ses relents de cochon, les idées et les écrits doivent avoir de la chair gaucho-Suaudeau digne des cochons ! Fais-toi plaisir et continue à brailler si ça te chante. Les mois et les années emporteront tes rengaines martiales.

Marine Le Pen ✔@MLP_officiel : « Ça fait 20 ans qu’il y a des zones de non-droit où l’on ne respecte aucune règle, aucune loi, aucune autorité. On voit bien qu’il y a d’autres lois et d’autres règles en vigueur dans ces quartiers, et cela a une gravité particulière dans le contexte. » #Covid19

Marine Le Pen ✔@MLP_officiel : « Je trouve indécente la manière dont le gouvernement culpabilise les Français qui pourtant jouent le jeu. On les menace et on les traite comme des enfants. C’est d’autant plus inadmissible que l’on attend d’abord de l’État qu’il remplisse ses obligations ! » @BFMTV #COVID19

Le pauvre petit Juju gaucho-Suaudeau, pisse-copie sur bobo-Slate : « Marine Le Pen, Jeanne d’Arc de l’obscène ! Jeanne d’Arc vous a appelée, vous qui êtes l’Élue, la Sauveuse, la Femme providentielle. L’icône de Domrémy ne murmurant qu’à vos oreilles, j’ai suivi votre allocution. Naïvement, je m’attendais à entendre que Jeanne vous avait enjoint de redresser le pays (vous) commandant d’être pieuse, de libérer le royaume et de conduire le dauphin sur le trône, elle qui avait relevé la France, à genoux devant les Anglais. Candidate à l’élection présidentielle de 2022 depuis le 16 janvier 2020, vous n’avez pas l’intention de conduire quiconque à l’Élysée, à l’exception de vous-même. Pour y parvenir, vous ne reculerez devant aucun opportunisme et ne nous épargnerez aucune indécence. La catastrophe sanitaire (du fait de l’incurie de Macron incompétent et médiocre) sera votre monture. Mais, ce n’est pas en sainte que vous galoperez à la conquête du pays.

« Vous n’avez que faire de la souffrance. » Le petit Juju gaucho-Suaudeau, sur bobo-Slate, oublie que ce sont les intellos socialo-marxistes et les dictateurs communistes qui ont depuis toujours marché sur et même massacré les peuples sous leur domination en URSS et dans le mode entier. « Si un jour vous arrivez au pouvoir, on se souviendra de votre petit trot de charognarde, enrôlant les victimes de la pandémie dans votre armée aux mille et une revanches, prête à tout pour capter le vote des Français qui se battent en première ligne aujourd’hui contre le virus, démagogue stigmatisant les zones de non-droit (du fait de l’incurie de Macron incompétent et médiocre) feignant d’ignorer qu’elles sont souvent la maison de ces (chances pour la France) héros du quotidien (de la propagande islamo-gauchiste) à qui vous tressez vos lauriers d’hypocrite.

« Vous ricanez parce que Monsieur Macron, comme vous l’appelez, a affirmé et répété à six reprises, droit dans les yeux, que nous sommes en guerre. Puis, d’une mine pénétrée et solennelle, vous dressez la liste des carences et des manques, des erreurs, des mensonges et des fautes gravissimes (du fait de l’incurie de Macron incompétent et médiocre) dont le gouvernement se serait rendu coupable. Vous en remettrez une couche, dimanche 3 mai, sur son indécence culpabilisatrice et sur la faillite de l’État (LREM) de bout en bout.

« La victoire du FN aux Européennes de 2014 était la traduction politique d’une exaspération d’une masse d’oubliés aux fins de mois difficiles, à laquelle le système UMPS (devenu LREM) n’avait pas su, ou ne voulait pas répondre. Les 25% du FN aux Européennes reposaient sur l’agrégat de ces rancunes disparates à qui Marine Le Pen a su si bien parler, comprenant que la rhétorique de la rigueur ne saurait être audible dans la bouche d’hommes et de femmes politiques qui ne connaissent ni la honte, ni la solitude du chômage, ni les tourments du pouvoir d’achat. Son populisme de tribun de la plèbe aura un boulevard électoral tant qu’elle sera le seul acteur politique de premier plan à afficher de l’empathie pour les déclassés de France.

« Le mouvement des Gilets Jaunes a renforcé votre position. Dans la seconde moitié du quinquennat Hollande et plus encore depuis, Macron a persisté dans son indifférence (en affirmant) son mépris social.

« En réalité, vous n’avez que faire de la souffrance des Français. Ce qui vous intéresse, comme les autres représentants de la vague (socialiste opportuniste recyclée LREM) populiste qui déferle ces dernières années, c’est l’instrumentalisation politicienne de leur colère. » Le pauvre petit Juju gaucho-Suaudeau, pisse-copie sur bobo-Slate, le garde des cochons, médiocre, nul et en manque d’argument, appelle à son secours son obsession du complot ! Le temps des théories du complot ! « Vous dénoncez. Vous raillez. Vous surjouez l’indignation et la consternation. Vous vous mettez en scène dans la posture de l’alternative. Pas de discours articulé mais une rengaine, pas de programme mais une pose, pas d’idées mais des éruptions accusatoires. »

Miroir ! Miroir ! Le garde des cochons pose, n’a pas d’idées, mais des éruptions accusatoires !

MLP : « Derrière ces erreurs, ces mensonges, ces fautes gravissimes, il y a eu et il y a encore des sacrifices, des souffrances, des morts et un cortège de drames dont certains auraient pu être évités. Nous avons le devoir de ne pas oublier. » Votre discours et votre horizon temporel trahissent à la foi votre ambition dévorante et votre inanité dans le domaine de la politique qui n’est rien en dehors du réel et du possible. « Le monde d’après ne pourra pas se faire avec ceux qui se sont tant trompés et surtout ceux qui ont tant trompé les peuples au prix de la sécurité de tous« . Le garde des cochons continue : L’indignité de réécrire l’histoire !

« Vous appelez de Gaulle à la rescousse. Jeanne, le Général, il ne manquait plus, pour compléter la sainte Trinité d’une ex-grande puissance où la nostalgie est un sport national, que Napoléon. Si votre OPA sur le gaullisme a commencé il y a plusieurs années, la filiation intellectuelle et politique entre de Gaulle et votre parti, connu du temps de votre père pour sa sympathie envers les thèses négationnistes et au sein duquel ont milité des escouades de nazillons, ne va toujours pas de soi. » Ben voyons ! TAKAYCROIRE !

Le pauvre petit Juju gaucho-Suaudeau, pisse-copie sur bobo-Slate : « Pourtant, vous ne vous arrêtez pas là : « Les principes, que nous, patriotes français, portons depuis tant d’années, vont être éclairés d’un jour nouveau, à l’aune des épreuves mais aussi de la lucidité dont le mouvement national français a fait preuve. »

« À l’indécence du fantasme politique par lequel vous vous voyez à la tête du pays, vous ajoutez donc l’indignité de réécrire l’histoire, comme Onfray, Zemmour et consorts, comme vos petits lieutenants, Odoul et Bardella, les Dupond et Dupont de Twitter, comme vos fantassins qui sonnent la charge contre les racailles de l’anti-France. « Parce que cette crise nous alerte sur l’état de notre pays, sur l’impéritie de nos dirigeants qui nous ont conduit à cette situation difficile, (Marine Le Pen) appelle le pays à une grande alternance, c’est-à-dire à un authentique changement pour retrouver les voies de la sécurité du pays et de la grandeur nationale. »

« Votre rhétorique de la dénonciation et de l’accusation oscille entre la Révolution nationale d’un Pétain et la surenchère populiste d’un Trump, dont les calculs électoralistes ne connaissent aucune limite rationnelle ni morale. (???) Cette année, outre sa grandiloquence un peu désuète, le simulacre avait quelque chose d’obscène : Pour parler à 67 millions, cela ne vous a pas dérangée de vous mettre devant les 25.000 morts (de l’incurie de Macron), devenus pour l’occasion le triste décor de votre performance. » Bravo ! Pauvre et tout petit Juju gaucho-Suaudeau, pisse-copie sur bobo-Slate, le site de propagande progressiste pro-Macron !

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Thierry-Ferjeux Michaud-Nérard pour Dreuz.info.

Parce que Dreuz est censuré pour le crime de désaccord avec la gauche, suivez notre fil Twitter, et retweetez-nous. C’est un important geste de résistance pour faire circuler vos idées.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz